Une Porsche 956 ex-John Fitzpatrick Racing (trois fois Le Mans) à vendre

Pas mal de voitures à vendre en ce moment. Après la Lola LMP675, la Peugeot 908, la Zytek Z11 SN, c’est au tour d’une icone du Groupe C d’être proposée à la vente (d’autres sont à suivre) par Maxted-Page, Fine Historic Porsche. Il s’agit d’une Porsche 956 Group C (Châssis #956-114). Cette voiture a mené au Mans en 1984 terminant 3e au classement général, finit également 4e en 1985 et en 1986. Cette célèbre auto aux couleurs emblématiques a participé à 27 courses sur trois saisons avec John Fitzpatrick Racing.

Un peu d’histoire…

Considéré par beaucoup comme un « âge d’or » des courses de voitures de sport, la nouvelle catégorie du groupe C de la FIA pour les prototypes a duré de 1982 à 1993. Elle a été créée pour remplacer à la fois le Groupe 5 (prototypes de tourisme fermés comme la 935) et le Groupe 6 (prototypes de voitures de sport ouvertes comme la 936). Au fur et à mesure que l’intérêt pour le groupe C a grandi, les principaux constructeurs du monde entier ont rejoint la mêlée avec Porsche, Jaguar, Ford, Aston Martin, Lancia, Mercedes-Benz, Mazda, Nissan et Toyota.

Le groupe C imposait une limite de quantité de carburant autorisée, mais a laissé aux constructeurs pratiquement toute latitude en matière de conception. Porsche a immédiatement relevé le défi et, en neuf mois seulement, Norbert Singer a supervisé une équipe d’ingénieurs au sein du département compétition Porsche à Weissach pour concevoir, construire et développer la nouvelle Porsche 956. Le développement aérodynamique a commencé mi-août 1981 dans la soufflerie de l’université de Stuttgart où Norbert Singer a expérimenté des modèles à l’échelle 1/5e pendant le développement du concept de la 956.

La 956 a été la première Porsche à utiliser un châssis monocoque en aluminium. Sa puissance est dérivée d’une version du moteur six cylindres à plat biturbo de Porsche qui avait déjà propulsé la Porsche 936 « Jules », gagnante des 24 Heures du Mans en 1981. Appelé Type 935/76, il était doté de culasses refroidies par eau et de cylindres refroidis par air. Ce moteur Porsche 2.6 litres équipé de doubles turbos KKK est estimé à 630 ch à 8 200 tr/min avec une vitesse maximale d’environ 240 mph (386 km/h). En raison du succès immédiat de la Porsche 956 usine, 11 autres exemplaires ont été construits et fournis directement à des « équipes de clients » pour participer au championnat du monde d’endurance de la FIA.

Le développement de la 956B

Lancée pour la saison 1984, la 956B était le développement ultime de la 956, construite selon les spécifications de la « Rothmans » de 1983, avec une suspension modifiée et un dessous de caisse en une seule pièce, mais fonctionnant maintenant avec l’injection de carburant Bosch Motronic. Le système d’allumage et d’injection Motronic, entièrement électronique et intégré, a permis un contrôle beaucoup plus étroit du processus de combustion, offrant plus de puissance, une meilleure consommation de carburant et une réponse plus progressive de l’accélérateur. Combiné au développement aérodynamique de Norbert Singer sur le dessous de caisse, la 956B est devenue la spécification ultime de la 956.

Le châssis qui nous intéresse aujourd’hui est une 956B. Le 16 avril 1984, John Fitzpatrick Racing prend livraison de cette 956-114. Une semaine plus tard, la voiture débute aux 1000 km de Monza avec David Hobbs et Thierry Boutsen au volant (notre version). La voiture dispute ensuite les 1000 km de Silverstone en mai puis les 24 Heures du Mans 1984.

En Sarthe, David Hobbs fait équipe avec Philippe Streiff et Sarel van der Merwe, vainqueur des 24 heures de Daytona 1984. Le principal souci de l’équipe lors des essais est lié au moteur (arbre à cames mal installé). Malgré le temps perdu, David Hobbs qualifie la voiture à la sixième place. À 16 heures, la 956-114 prend un départ prudent, mais à la tombée de la nuit, elle est en tête, ayant pris l’avantage lorsque la Lancia la plus rapide a eu une rupture de suspension. Le leadership change plusieurs fois entre la 956 « Bandit » et les Porsche Joest Newman. À 6 h 30, elle a développé un raté d’allumage que ni la boîte noire ni les bougies d’allumage ne peuvent corriger. Finalement, le problème est diagnostiqué à une valve brûlée et un cylindre est alors isolé. Pendant les 10 heures restantes, la 956-114 est pilotée à fond sur cinq cylindres dans la chaleur intense de 1984 et se hisse à une troisième place bien méritée derrière la Porsche 956 #26 de Preston Henn, Jean Rondeau et John Paul Jr et la Porsche 956B #7 de Joest Newman, gagnante, de Henri Pescarolo et Klaus Ludwig.

Notre 956-114 est de retour au Mans en 1985 avec John Fitzpatrick Racing, mais sous une nouvelle livrée sponsorisée par American100s. Elle est alors pilotée par David Hobbs, Jo Gartner et Guy Edwards. S’élançant 12sur la grille de départ grâce à un temps de 3.32.840, les trois hommes finissent à la 4e place au classement général.

La dernière apparition de cette auto aux 24 Heures du Mans se fait en 1986 avec une voiture aux couleurs de Danone. Aux mains de Emilio de Villota, Fermin Velez et George Fouché, elle se qualifie 20e en 3:35.990. En course, comme l’année précédente, elle termine une fois de plus 4e au classement général, ce qui veut dire que cette auto s’est classé dans le top 5 de toutes ses participations au Mans !

À la fin de la saison 1986, Jochen Dauer achète John Fitzpatrick Racing qui comprenait deux Porsche, 956-114 et 962-112, plus le transporteur et l’équipement de l’équipe. Contrairement à la 962-112, Dauer n’a pas couru avec la 956-114 parce que la 956 n’était plus éligible au groupe C et avait été remplacée par la 962 modernisée. Dauer a dûment vendu la 956-114 à Angelo Palavicini, un ancien concurrent du Mans qui dirigeait un garage à Zürich, en Suisse. C’est là que Martyn Konig (Royaume-Uni) a vu la voiture en 1999 et a décidé de l’acheter en vue de la faire courir en Groupe C Classic après sa remise à neuf par le Dr Siggi Brunn. Il a couru avec succès entre 2002 et 2004 avec 14 victoires. En 2005, la voiture a été vendue à Henry Pearman (Royaume-Uni) où elle a rejoint la plus grande collection privée de Groupe C et de Porsche officielles du monde, en dehors du Musée Porsche de Stuttgart.

En 2018, la voiture a été confiée à Trevor Crisp (Katana), spécialiste de la restauration du Groupe C, pour un travail de restauration et de préservation complet. La voiture a été décapée au niveau du châssis puis soigneusement reconstruite, en mettant l’accent sur la préservation, évitant la tentation de restaurer trop de pièces, préservant soigneusement les anciennes surfaces de peinture et sa patine historique lorsque cela est possible.

Son moteur d’origine numéroté de 2,65 litres (#125) a été retrouvé et remonté, après avoir été entièrement reconstruit par X-TEC Engineering, tandis que Katana a reconstruit la boîte de vitesses et a soigneusement examiné le reste de la voiture. La 956-114 n’a eu qu’un seul accident dans sa période de vie (légère sortie de piste d’Emilo de Vilota alors du warm-up des 1000 km de Brands Hatch 1986).

Elle est présentée dans sa première configuration de carrosserie des 1000 km de Monza 1984. Cette auto est éligible pour la course Group C de Le Mans Classic 2021. Le prix ne nous a pas été communiqué !