Une De Cadenet Lola T380 à vendre

Le site Springbok avait déjà mis en vente une jolie Lotus Elise GT1. Cette fois-ci, c’est une  De Cadenet-Lola T380 qui est proposée. Alain de Cadenet était un vrai privé et un amoureux des 24 Heures du Mans. Il y participa comme pilote à 15 reprises, mais il est aussi venu en tant que directeur d’équipe et constructeur jusqu’en 1986. Il foule le sol du Circuit des 24 Heures pour la première fois en 1971 avec Hugues De Fierlant au volant d’une Ferrari 512 M engagée par l’Ecurie Francorchamps (abandon embrayage). Dès l’année suivante, il revient en tant que constructeur (et toujours pilote), faisant rouler la Duckhams LM sur la base d’un châssis Brabham et conçue par Gordon Murray.

Duckhams LM Le Mans 1973

A partir de 1975, une De Cadenet Lola T380 est engagée. Elle a été construite par Thompson. Cette T380 était entièrement conventionnelle, avec une monocoque en aluminium construite pour accueillir le moteur V8 Cosworth DFV. Elle fut engagée pour De Cadenet lui-même et Chris Craft. Ce châssis #HU1 a fait ses débuts aux 24 Heures du Mans en 1975. Les deux pilotes se sont qualifiés avec le 7e temps (4.02.600) et ont finalement terminé à la 14e place. Au cours de l’hiver suivant, la voiture est révisée et de nombreux travaux sont effectués sur la partie arrière.

1975

En 1976, elle est de nouveau alignée au Mans toujours avec Alain De Cadenet et Chris Craft. Ils se qualifient en 10e position en 3.55.300 soit plus de sept secondes par rapport à l’édition précédente ! Les deux hommes font une course remarquable avec, à la clé, une 3e place derrière la Porsche 936 victorieuse de Jacky Ickx et Gijs van Lennep et une Mirage GR8 emmenée par Jean-Louis Lafosse et François Migault.

Encouragé par ce beau résultat de 1976, Alain De Cadenet fait construire une deuxième voiture (De Cadenet Lola LM) par John Thompson et envisage une participation au Mans 1977 avec les deux voitures. Malheureusement, notre voiture, celle qui s’était classée troisième en 1976, n’a pas réussi à se qualifier avec Richard Bond, Tony Birchenhough et Simon Phillips au volant.

Elle est finalement vendue en fin de l’année et engagée aux 24 Heures du Mans 1978 sous la bannière Simon Phillips Racing with BATCO France. Elle est pilotée par Simon Phillips lui-même accompagné de Nick Faure et John Beasley. Elle termine la course, mais n’est pas classée à cause d’une distance parcourue insuffisante.

Elle refera encore deux fois les 24 Heures du Mans. En 1979, d’abord, sous le nom de Fisons Agricole-Simon Phillips. Toujours pilotée par le patron de l’équipe, il est accompagné cette fois-ci par Ray Mallock et Martin Raymond. L’équipage se qualifie à la 14e place et termine 20e de l’épreuve. Sa dernière apparition en Sarthe se fera deux ans plus tard, en 1981, sous le nom de Dorset Racing Associates. Elle est pilotée par Vivian Candy, Nick Faure et l’ancien propriétaire de Lola Cars, Martin Birrane. Elle ne finit pas suite à des soucis de boîte de vitesses.

Le Mans 1979

Cette De Cadenet Lola T380 a été remise aux spécifications 1976, au Danemark. Elle porte de nouveau la livrée qu’elle avait cette année là aux 24 Heures du Mans. Elle est équipée d’un moteur V8 3.0 DFV Cosworth récemment révisé par Xtec Engineering, au Royaume-Uni. La voiture est livrée avec un ensemble de pièces détachées comprenant un deuxième jeu de jantes ainsi que de nombreux rapports et la carrosserie complète des 24 Heures du Mans 1979 (Fisons Livery). La voiture est prête à courir, possède un Passeport Technique Historique valide jusqu’au 31.12.2027 et est éligible à Le Mans Classic (le prix sera communiqué uniquement sur demande).

Merci à Christian Vignon et Luc Joly pour les photos. Les photos « plus modernes » (ainsi que celle de l’arrivée 1976) sont de Springbok…