Silverstone Classic : double victoire Pescarolo en Aston Martin Masters Endurance Legends

Les Pescarolo 01-Judd ont brillé lors de ce meeting de Silverstone Classic avec la victoire dans les deux courses pour la Pescarolo #10. Cette Pescarolo 01 est un proto qu’OAK Racing faisait courir en 2011 et qui a notamment couru à Silverstone, pilotée par Jacques Nicolet, Alexandre Prémat et Olivier Pla, avec le #24. Une autre Pescarolo 01 était également un ancien proto OAK Racing, la #99 de Jamie Constable, pilotée en 2011 à Spa par Guillaume Moreau, Mathieu Lahaye et Pierre Ragues. La Pescarolo #116 d’Emmanuel Collard est aux couleurs de Playstation et de Pescarolo Sport. Elle était pilotée au Mans en 2007 par Manu lui-même, Jean-Christophe Boullion et Romain Dumas.

Le plateau était bien garni avec 26 engagés – 8 LMP1, 7 LMP2, 1GT1, 5 GT2, et 5 invités (1 Ferrari 458 GT3, 1 Aston Martin Vantage V12, 1 Porsche 997 GT3 RSR et 2 Aston Martin Vantage GT4).

Qualifications

Les Pescarolo 01-Judd ont monopolisé la première ligne de la grille de départ. La pole revenait à la Pescarolo #10 de Jonathan Kennard et Mike Cantillon, en 1.48.019, devant la #116 de Emmanuel Collard.

La deuxième ligne réunissait la Peugeot 908 #8 de Kriton Lendoudis (1.49.889) et la Lola B06/60 Mazda #16 de Steve Tandy (1.50.391) alors qu’en troisième ligne venaient la Peugeot 908 #7 de David Porter et la Dallara SP1 #6 de James Cottingham. Mike Newton (MG-Lola EX257 #25), septième temps de ces qualifications était le plus rapide des LMP2.

Course 1

Dans les premiers tours, Emmanuel Collard prend le commandement aux dépens de Kennard, alors que Tandy et la Lola-Mazda passaient la Peugeot de Lendoudis pour la troisième place.

Christophe D’Ansembourg, placé au départ en cinquième ligne avec sa Lola Aston Martin DBR1-2 #008, remontait rapidement vers l’avant et à la fin du troisième tour, il était déjà quatrième, derrière Collard, Kennard et Lendoudis.

En LMP2, les voitures françaises étaient également à leur avantage, Keith Frieser (Oreca 03 #45) dépassant la MG-Lola de Newton au troisième tour, alors que Mark Higson (Oreca 03 #46) menaçait la deuxième place de Newton. François Perrodo, qui n’avait pu disputer les qualifications avec la Porsche RS Spyder LMP2 #34 et donc était parti en fond de grille, remontait lui aussi vers l’avant de la course.

D’Ansembourg était troisième deux tours plus tard, mais les Pescarolo étaient plus rapides, Collard se dégageant progressivement de Kennard qui possédait 20 secondes d’avance sur la Lola Aston-Martin.

Dans le trafic cependant, Kennard revenait sur Collard.

Derrière, Shaun Lynn prenait peu à peu la mesure de la Bentley Speed 8 #9 et avait passé les LMP2, emmenées désormais par Mike Furness, au volant d’un autre proto français, la Courage LC75 #24, devant les Oreca de Frieser et Higson, en bagarre, et la MG-Lola de Newton.

Collard était le premier à s’arrêter pour le pitstop obligatoire, alors que Kennard restait en piste et établissait le meilleur tour en course en 1.48.893.

Alors que la fenêtre des arrêts était encore ouverte, le safety car entrait peu après en action, à la suite d’une sortie de route de la Porsche 996 RSR #52 de Stephan Jocher et d’un accrochage sérieux entre la Pescarolo de Collard et la Peugeot de Lendoudis.

La neutralisation dura longtemps, le temps de dégager la Pescarolo et la Peugeot. Mike Cantillon, qui avait relayé Kennard sur la Pescarolo #10, était en tête devant la Lola-Mazda de Tandy, la Lola Aston-Martin de D’Ansembourg, la Dallara SP1 de Cottingham, la Peugeot 908 de Porter et la Bentley de Lynn. Furness était toujours en tête en LMP2, devant Higson qui avait passé Frieser.

Le safety car rentrait à six minutes du terme de la course, mais les positions n’allaient plus changer.

Course 2

Jonathan Kennard et la Pescarolo #10 conservaient la première place et creusaient tout de suite l’écart sur leurs suivants. Christophe D’Ansembourg (Lola Aston Martin DBR1-2 #008) prenait provisoirement la deuxième place mais était très vite passé par la Lola-Mazda #16 de Steve Tandy et la Peugeot 908 #7 de David Porter.

Après quatre tours de course, Kennard possédait déjà douze secondes d’avance, alors que François Perrodo et la Porsche RS Spyder #34 avaient pris la tête en LMP2.

Emmanuel Collard, parti en fond de grille à la suite de son abandon de la veille, remonte dans le peloton avec la Pescarolo #116 mais rétrogradait en raison du stop and go de trente secondes consécutif avec son accrochage avec la Peugeot de Lendoudis samedi. Le Français reprit aussitôt sa remontée alors que Lendoudis -parti dans cette course 2 avec sa 908 de réserve – avait dû s’arrêter et abandonner dès le premier tour sur problème d’embrayage.

Kennard augmentait son avance et, lors de l’ouverture des stands pour le pitstop, la Pescarolo #10 précédait de 17 secondes la Lola Aston Martin DBR1-2 #008 de D’Ansembourg, de 23 secondes la Lola #16 de Tandy et de 25 secondes la Peugeot #7 de Porter. James Cottingham (Dallara SP1 #6) était cinquième devant la RS Spyder de Perrodo, la Pescarolo #99 de Jamie Constable, la Bentley Speed 8 #9 de Shaun Lynn et la Pescarolo #116 de Collard.

Mike Cantillon avait relayé Kennard sur la Pescarolo #10 et, à la suite du handicap de temps pendant le pitstop en raison du succès de la veille, il était sous la pression de la Lola-Mazda de Tandy qui prenait le commandement au douzième tour.D’Ansembourg était troisième à 14 secondes, Porter cinquième à 17 secondes. Emmanuel Collard, huitième, était le plus rapide en piste, mais était très loin des premières places.

Cantillon ne s’avouait pas vaincu et l’Irlandais revenait sur la Lola-Mazda, reprenant même la première place au quinzième tour. Derrière les deux leaders, D’Ansembourg bloquait ses freins et rétrogradait dans le peloton. Cantillon maîtrisait la situation et l’emportait avec un peu moins de deux secondes sur la Lola-Mazda de Tandy.

David Porter était troisième à quarante secondes, Constable quatrième à une minute, devant la Dallara de Cottingham, la Porsche RS Spyder de Perrodo et la Pescarolo de Collard qui avait réalisé le meilleur tour en course en 1.48.768.

En GT, la victoire revenait à la Ferrari 550 Maranello GT1 #65 de Massimiliano Girado.

Les classements sont ici

D’autres photos de Luc Joly