Rétromobile : focus sur trois voitures de la vente Artcurial (part 1)

Artcurial Motorcars a révélé le contenu de son catalogue pour la vente officielle, dans le cadre du Salon Rétromobile 2020, qui doit avoir lieu le 7 février prochain. La part belle est faite aux véhicules sportifs. Trois (pour l’instant !) ont retenu notre attention. Ces trois autos ont participé aux 24 Heures du Mans et elles en sont indissociables.

La plus ancienne est la DB HBR4 Coach surbaissé « Le Monstre » de 1959. C’est sur les conseils d’André Guilhaudin, pilote et agent Panhard que Jacques-Edouard Rey fait l’acquisition en 1959 d’un coach HBR4. Guilhaudin va être le maître d’œuvre des modifications destinées à rendre cette auto compétitive en course.

Les « optimisations » prônées par Guilhaudin ont pour objectifs d’alléger au maximum et améliorer le coefficient aérodynamique : abaissement du pavillon de 12 cm, tronçonnage de la carrosserie avec suppression de la baie de pare-brise, laquelle est remplacée par un encadrement de lunette de Panhard Dyna Z1, les portières sont formées en aluminium afin de prolonger l’inclinaison de la partie avant, modification des tambours de freins…

Pour sa première participation en compétition ce coach est inscrit au Tour de France Auto 1959 dans la catégorie Grand Tourisme avec, à son volant, Guilhaudin et Rey. Avec son « petit » moteur de 747 cm3, elle se classera 8ème au scratch et 1ère à l’indice.

Les autres bons résultats obtenus par cette DB (1ère de sa catégorie et 5ème au scratch du Critérium des Cévennes) attireront l’attention de René Bonnet lui-même et c’est, à cette époque, qu’elle sera surnommée « Le Monstre » par les membres de l’équipe DB officielle.

A l’issue de sa première saison, le coach fera l’objet de nouvelles modifications toujours dans le sens de l’allègement et de l’aérodynamisme : passages de roues modifiés et formés en aluminium, pare-chocs supprimés (seules leurs extrémités sont conservées), dessous de la voiture caréné en tôles d’aluminium, roues arrières carénées avec des panneaux de contreplaqué.

L’équipage André Guilhaudin/Jean-François Jaeger se voit confier « Le Monstre » pour participer à l’édition 1961 des 24 Heures du Mans. Dotée d’un moteur d’usine de 848 cm3 avec un poids total de 559 kg (« Light is right »), la voiture se classera à la 2e place à l’indice énergétique et 20e au général. Elle aura parcouru 3268,86 km à la moyenne de 136,203 km/h.

« Le Monstre » poursuivra vaillamment sa carrière (Tour de France Auto 1962, course de côte de Chamrousse 1962, Critérium des Cévennes 1962). Il fera son retour sur le circuit des 24 Heures du Mans le 9 juin 1973 pour les besoins d’une rétrospective.

Cette auto sera proposée à la vente dans sa livrée Le Mans 1961, son moteur d’usine, son volant, sa planche de bord en aluminium et ses sièges baquets d’origine. Elle est estimée 140.000/180.000 euros. Pour mémoire, en novembre dernier dans le cadre d’Epoqu’Auto, la maison Aguttes a vendu une DB HBR5 Coach Super Rallye de 1960 pour 62.864 euros (estimation 70.000/90.000 euros).

Photos : Artcurial