Les Lister Storm GT et LMP par Laurence Pearce (part 1)

    On a vu pour la dernière fois une Lister dans les compétitions modernes fin août 2006. Une Lister Storm LMP Hybrid avait alors participé à la quatrième manche ELMS, les 1000 km de Donington, après qu’elle ait disputé les 24 Heures du Mans au mois de juin et signé un podium dans les 1000 km d’Istanbul, première manche de l’ELMS 2006. La voiture était engagée par Lister Storm Racing. Laurence Pearce, le charismatique patron du team (ci-dessous aux côtés de ses pilotes au Mans en 2006) ayant racheté la marque à Brian Lister, son créateur, en 1996.

    Brian Lister avait fondé Lister Motors Company en 1954 et a fait courir ensuite des protos -Lister-Bristol, Lister-Jaguar (Costin ou Knobbly), Lister-Chevrolet- qu’on peut toujours voir dans des événements historiques tels que Le Mans Classic.

    Après avoir préparé des Jaguar XJS, Laurence Pearce décida de construire sa propre voiture, motorisée par un V12 Jaguar, la Lister Storm GT. La réussite fut au rendez-vous, avec comme point d’orgue les titres FIA GT Pilotes pour Jamie Campbell-Walter et Julian Bailey et Equipes pour Lister Storm Racing. En 2003, Laurence Pearce passa du GT aux prototypes avec les Lister Storm LMP900 et la Lister Storm Hybrid, avec moins de succès qu’en GT. Après avoir cessé la compétition en 2007, la marque a été vendue en 2013 à Laurence Whittaker qui va faire revivre la Lister Knobbly.

    Les Lister de Laurence Pearce, indépendamment des résultats, ont laissé une trace dans l’histoire de l’Endurance par leurs silhouettes atypiques, que ce soient les Storm GT ou les Storm LMP.

    Laurence Pearce a gentiment accepté de répondre aux questions d’Endurance-Classic et de revenir sur la carrière des Lister Storm avec en fin d’article la possibilité d’un retour prochain du Lister Racing avec une surprise …

    Laurence, vous avez travaillé avec votre père Warren chez WP Automotive. Quelle influence a-t-il eu sur votre carrière ?

    « WP Automotive était une joint-venture entre nous deux au début, mais il s’en est retiré assez rapidement. En dehors du fait d’avoir travaillé avec lui en tant que mécanicien sur ses Jaguar lorsque j’étais adolescent, il a eu très peu d’influence sur ma carrière d’ingénieur. »

    Qu’est-ce qui vous a motivé pour reprendre le nom de la marque Lister ? Comment cet accord s’est-il réalisé ? Votre famille avait-elle des liens particuliers avec Brian Lister ?

    « Initialement, j’aidais BLE Automotive (Beatty, Lewis, Exeter) à développer leurs moteurs Jaguar puis Brian Lister m’a demandé de reprendre la marque Lister. Lister Jaguar Limited a racheté à Brian la marque déposée en 2000. »

    Après que vous ayez préparé des Jaguar XJS, qu’est-ce qui vous amené au sport automobile et à devenir constructeur?

    « Au départ je développais pour des clients des Jaguar XJS pour la compétition. Cela s’est suivi par la conversion de ces moteurs Jaguar avec des spécifications de haute performance, ce qui a naturellement conduit à la modification de la carrosserie également. La Lister Storm en a été une avancée naturelle et c’est cette voiture de série qui m’a amené à m’engager dans les courses GT, à commencer par Le Mans et Daytona. » (ci-dessous au Mans en 1995 et la Storm GT #28 en 1996)

    #52 Lister Storm (Lister Cars Ltd) Dominic Chappell (GB) – Geoff Lees (GB) – Rupert Keegan (GB) Le Mans 1995 et ci-dessous la Storm GT en 1996 (Geoff Lees (GB) – Tiff Needell (GB) – Anthony Reid (GB)

    Pouvez-vous dire un mot sur Mike Hughes et Andy Thornby qui ont contribué aux Storm GT ?

    « Mike Hughes est venu chez nous pour l’habillage de la Lister routière, le design et l’ingénierie de la Storm GT ont été entièrement faits par moi. Tony Southgate (le « papa » des Jaguar XJR, ndlr) a contribué au développement de la Storm GT en tant que voiture de course, tout comme Geoff Kingston. Andy Thorby a été engagé pour concevoir complètement la LMP900. »

    Les Storm -GT et LMP- avaient un look très différent des autres voitures. Était-ce un choix délibéré ou était-ce dû uniquement aux concepts des designers ?

    « En ce qui concerne la LMP900, Andy Thorby a fait le design tout seul et l’ingénierie alors que pour la Storm GT, j’en suis le seul responsable. »

    La Storm GT a été une vraie success story avec un titre FIA GT (2000), deux places de vice-champion (2002 et 2003), une troisième place (2001) et trois titres en British GT (deux en GT1 et un en GT2. Quelles étaient les qualités principales de la voiture ? Considérez-vous le titre de 2000 comme votre meilleur succès ?

    « Les qualités de la voiture étaient son centre de gravité, la maniabilité et l’appui aérodynamique, conjugués avec un moteur puissant. Le titre de 2000 a été une réussite énorme, mais le titre du British GT en 1999 a beaucoup d’importance pour moi également. »

    Pourquoi avec-vous cessé de courir avec la Storm GT pour passer aux prototypes avec la Storm LMP ?

    « La Storm GT arrivait au terme de sa carrière sportive, bien qu’elle soit encore compétitive face aux Maserati et aux nouvelles GT si elle était conduite par les bons pilotes. La nouvelle génération des GT avait été conçue pour la compétition. Lister n’avait pas le budget nécessaire pour avoir ses propres pilotes professionnels attitrés, donc nous devions payer davantage les pilotes.

     

    La LMP900 semblait être la marche à suivre. L’homologation ne nécessitait pas d’avoir une voiture de série. De plus, nous avions un commanditaire pour le projet. »

    Remerciements à Christian Vignon pour ses photos

     

    Plus de photos ici

    A suivre…