Le Mans 2010 : il s’y disait quoi ?

24H du Mans 2010.

Dix ans ! En une décennie, il s’en est passé des choses aux 24 Heures du Mans, des bonnes et des moins bonnes. En 2010, Pescarolo Sport n’était pas au départ, le diesel avait la part belle, l’ILMC prenait son envol, le Michelin Green X Challenge était en place et c’était la dernière année des GT1 au Mans. En 2010, Panoz dévoilait l’Abruzzi ‘Spirit of Le Mans’et on nous parlait (encore une fois) d’une année de transition. On a repris ce qui se disait en 2010, quels étaient les plans pour l’avenir.

56 en 2010 contre 62 en 2020…

En dix ans, le plateau des 24 Heures du Mans a grossi pour passer de 56 à 62 autos. Sur les équipes présentes en 2010, 8 seront encore là en septembre prochain : Rebellion Racing, Aston Martin Racing, Signatech, Corvette Racing, Proton Competition, Risi Competizione, JMW Motorsport, AF Corse. Sur les 62 autos invitées en 2020, on comptait 11 châssis différents. En 2010, 56 autos et 29 châssis différents. 28 équipes ont totalement disparu des paddocks et près de 30 pilotes étaient en piste en 2010 et 2020.

Lancement de l’Intercontinental Le Mans Cup…

La traditionnelle conférence de presse donnée par l’ACO mettait en avant le lancement de l’ILMC. Trois courses au menu dès 2010 : Silverstone, Petit Le Mans, Zhuhai. Les objectifs étaient clairs : retrouver la magie du Mans sur tous les continents, lancer une coupe mondiale de l’endurance, développer avec les constructeurs un fil rouge permanent, toute l’année, autour des 24 Heures du Mans. Sept épreuves étaient prévues pour 2011 avec deux courses aux Etats-Unis, deux en Asie, deux en Europe et les 24 Heures du Mans où les points compteront double.

Le règlement 2011…

Présenté au Mans, le règlement 2011 mettait en avant la technologie hybride : récupération d’énergie sur deux roues, quantité d’énergie maximum restituée entre deux freinages, stockage de l’énergie électrique ou mécanique, système commandé par la pédale d’accélérateur, réduction de la capacité du réservoir, test de la pitlane pour les prototypes hybrides.

Les moteurs de LMP1 voyaient leur cylindrée réduite avec toutefois une année de plus pour les LMP1 ‘2010’ avec ajustement des performances.

En LMP2, on parlait d’un prix de vente de châssis de 325 000 euros sans moteur (483 000 euros en 2019). L’exploitation-moteur entre deux révisions était fixée à 30 heures en 2011, 40 heures en 2012 et 50 heures en 2013.

La catégorie GT connaissait elle aussi des changements avec la fin des GT1. C’est parti pour le GT Pro et le GT Am avec uniquement des GT2.

Le Mans vers le futur…

Dix voitures avant-gardistes à tendance sportive ont pris la piste : Porsche 911 GT3-R Hybrid, Audi e-Tron, Peugeot RCZ HYbrid4, Ferrari 599XX, Tesla électrique, Mazda RX-8 Hydrogen RE, BMW Hydrogen, Volkswagen Scirocco au gaz naturel, SECMA F16 électrique et Andros électrique.