Les Lister Storm GT et LMP par Laurence Pearce (part 2)

    Suite de l’entretien que Laurence Pearce, le patron de Lister Storm Racing, a accordé à Endurance Classic. Après la page GT, il aborde le chapitre prototype…

    Pourquoi avez-vous choisi le V8 Chevrolet LS6 pour la Storm LMP900 ?

    « A l’époque le moteur Judd n’avait pas bouclé une course de 24 Heures. Le moteur Chevy convenait à mon concept et j’avais été impressionné par les Corvette au Mans. Son poids était peu élevé et il avait une centre de gravité bas, mais avec le recul j’aurais dû choisir le Judd. »

    La Storm LMP900 n’a pas connu le même succès que la Storm GT. Quelles en ont été les raisons ? Un manque de budget pour le développement et les essais, le moteur ?

    « Le manque de succès de la LMP900 a été principalement dû au développement du moteur. La réglementation a ensuite changé et la LMP900 Hybride n’a jamais fonctionné correctement parce que les nouveaux règlements concernant l’appui aérodynamique ne convenaient pas au châssis.

    Il y avait aussi un manque de budget pour cette voiture. Je crois que la LMP900 aurait pu avoir d’excellents résultats dans des circonstances différentes et avec un moteur Judd. »

    En 2003, pour la première course de la voiture aux 24 Heures du Mans, elle a été accidentée lors des essais. Quels étaient vos espoirs pour cette course ?

    « Cela aurait dû être une bonne course (ci-dessous aux essais, en 2003) . Avec les pilotes danois (ci-dessous en 2004), l’année suivante, elle a a fait une bonne course. »

    Quelles étaient les principales différences entre la Storm LMP de 2003 et 2004 et la Storm Hybride de 2006 ?

    « Cela concernait en majeure partie l’aérodynamique, avec des modifications pour se conformer à la nouvelle réglementation de l’ACO. » (ci-dessous, dans l’ordre, la Storm LMP de 2003, 2004 et la Storm LMP Hybrid de 2006)

    En 2007, je crois que vous aviez pensé à acheter une Pescarolo 01 ? Pourquoi avez-vous abandonné cette idée ?

    « Je ne l’ai pas abandonnée. Nous avions réellement acheté un châssis Pescarolo dans le but de construire une Pescarolo Lister. Cela n’a pas été plus loin à cause d’un manque de budget. »

    Jamie Campbell-Walter a été très lié avec Lister Racing. Que pouvez-vous dire à son propos ?

    « Jamie était un pilote de talent. Il a également travaillé dans la société pour rechercher des sponsors, etc. Il était donc un membre essentiel de l’équipe. »

    Pourquoi avez-vous vendu Lister Cars à Lawrence Whittaker ?

    « Il m’a offert d’acheter la marque déposée et d’autres choses. Cela ne m’intéressait plus de posséder une équipe de course à moins que ce soit pour un grand constructeur. »

    Suivez-vous toujours le sport automobile. Que pensez-vous de sa situation actuelle (avant la pandémie du Covid-19). Etes-vous optimiste pour l’avenir du sport automobile ?

    « Je suis toujours la compétition automobile, mais pas tant que ça. Je regarde le GT World Challenge Europe et le WEC. Je pense que les longues courses ne sont pas intéressantes. Je crois qu’avec la combinaison du Covid-19 et la prise de conscience écologique, la compétition traditionnelle deviendra plus difficile. La perspective de courir sans spectateurs sera pénible. Selon moi, l’avenir de la compétition professionnelle passera par les voitures électriques. Je pense également qu’il y aura de l’intérêt pour les compétitions historiques avec des voitures récentes. »

    Y-a-t-il une chance de voir une Storm GT ou une Storm LMP dans des épreuves telles que l’Aston Martin Masters Endurance Legends ou les compétitions Peter Auto ?

    « Oui , je travaille actuellement sur deux ou trois projets. J’ai le châssis Pescarolo dans nos ateliers et je construis la voiture aux spécifications de la Pescarolo 01. Peut-être courra-t-elle dans la série Endurance Legends. »

    Nous remercions vivement Laurence Pearce et son épouse Fiona (tous deux ci-dessous entre les pilotes et les mécaniciens lors du Pesage au Mans en 2003).


    Remerciements également à notre ami Christian Vignon pour ses photos.