La Spice SE90C #40 des 24 Heures du Mans 1991 à vendre à Goodwood

Spice Engineering a été fondée en 1985 par les pilotes Gordon Spice et Ray Bellm qui ont d’abord fait campagne avec des châssis Tiga en catégorie C2 du Championnat du Monde de Voitures de Sport. En tant que membre de l’équipe Spice, Ray Bellm remportera cette catégorie en 1985, 1986 et 1989, date à laquelle Spice Engineering a commencé à construire ses propres voitures. Le succès décisif de l’équipe est survenu en 1985 lorsque Gordon Spice et la Spice-Tiga GC85 de Mark Galvin ont remporté sa classe au Mans.

Pour 1986, Spice a mis sur le marché la première de ses propres voitures, la SE86, utilisant des moteurs Ford-Cosworth dans le Championnat du Monde et des Pontiac pour la catégorie GTP Lights en IMSA. L’équipe est passée aux catégories C1 et GTP en 1989 avec le SE89. Pour 1990, Spice propose la SE90, conçue comme ses prédécesseurs par Graham Humphrey. Après avoir rompu ses liens avec Pontiac, l’équipe usine est passée au puissant Honda, remportant la série Camel Lights pour le constructeur japonais en 1991, 1992 et 1993. A cette époque, les grands championnats internationaux de voiture de sport étaient en pleine mutation et les finances de Spice Engineering se sont détériorées. La production s’est essoufflée, mais certains châssis Spice étaient encore pilotés avec succès vers la fin des années 1990. Au cours de sa courte mais brillante carrière, l’équipe Spice Engineering a connu un succès sans précédent : cinq victoires de classe aux 24 Heures du Mans et six à Daytona, en plus des trois championnats du monde déjà mentionnés, plus 19 autres championnats et victoires de catégorie comme constructeur.

La voiture qui nous intéresse aujourd’hui est la Spice SE90C châssis #SE90-C-017 muée par un moteur V8 Ford-Cosworth DFR de 3,5 litres. Il s’agit de l’une des dernières C1 construites par Spice Engineering. Propriété de Tsunemasu Aoshima, la voiture a été engagée par Euro Racing pour les 24 Heures du Mans 1991 et, alors peinte en rose vif, a suscité beaucoup d’intérêt en raison de son équipage entièrement féminin. Le trio était composé de Lyn Saint James, Cathy Muller et Desiré Wilson, cette dernière étant l’une des rares femmes à avoir roulé en Formule 1.

Au cours des qualifications, Lyn Saint James a heurté les rails, endommageant gravement la voiture, qui a été reconstruite à la hâte autour d’un châssis acheté à GP Motorsport, qui vendait une Spice dans le paddock. Avec un temps de piste limité, seul Désiré Wilson a réussi un tour assez rapide pour se qualifier (4:11.781). Néanmoins, l’équipe a été autorisée à prendre le départ en partant en fond de grille. Malheureusement, il n’y aura pas de fin féerique pour l’équipe, la Spice étant contrainte d’abandonner après six heures de course (47 tours couverts) suite à un accident.

En 2001, la Spice a été achetée par David Mercer qui l’a pilotée dans les courses du Groupe C entre 2002 et 2010. Le propriétaire actuel a ensuite acheté la voiture et l’a entièrement restaurée en 2011. Sa dernière sortie s’est déroulée au Mans Classic en 2018.

Cette voiture est entièrement prête pour la course. Elle sera à vendre aux enchères organisées par Bonhams demain, samedi 14 septembre, dans le cadre de Goodwood Revival. La vente commencera à 11 h, heure anglaise. Son estimation est de 220,000 – 290,000 euros. La « Pink Spice » est éligible pour Le Mans Classic 2020.