Il était une fois les 24 Heures du Mans : l’année 1969

L’édition des 24 Heures du Mans 1969 est restée célèbre pour son arrivée très serrée entre la Ford GT40 de Jackie Ickx et la Porsche 908 de Hans Hermann, mais aussi de la protestation du pilote belge au moment du départ. Il s’agit de la première des six victoires de Jacly Ickx en Sarthe.

Généralité :

Date : 14 et 15 juin

Temps : chaud et ensoleillé

37e édition

Longueur du circuit : 13,469 km

Nombre de partants : 45 partants

Nombre d’abandons : 31 abandons

Spectateurs : 400 000

Départ : donné par Bernard Costen, Président de la F.F.S.A.

Les forces en présence :

La CSI (Commission Sportive Internationale) a décidé que 25 exemplaires étaient désormais suffisants pour homologuer une voiture de Sport et donc de bénéficier d’une cylindrée supérieure. Porsche se jette dans la brèche et arrive avec deux 917 officielles (Elford / Attwood, Stommelen / Ahrens), de 4.5 litres. Au total, la marque allemande aligne six autos (dont 5 officielles) dans trois catégories différentes. Une multitude de spyder tels que Porsche 908/02, Matra 650, Ferrari 312 P (Rodriguez / Pier et Amon / Schetty) et Alfa Roméo 33/2 font leur apparition, la règle sur la hauteur en sport prototype ayant disparu. L’un des favoris (avec Porsche) est néanmoins Ford qui reste sur trois victoires consécutives. John Wyer engage deux Ford GT 40 (Ickx / Oliver et Hobbs / Hailwood). Suite au décès de Lucien Bianchi, Alfa n’est pas représenté officiellement et Matra est présente, mais pas avec sa 640 suite au grave accident d’Henri Pescarolo en essais privés sur la ligne droite des Hunaudières (voir si interview ICI).

Faits importants :

Tout le monde a en tète le fameux dérapage de Stommelen (auteur de la pole position) au départ de ces 24 Heures du Mans 1969. Le pilote allemand prend alors les commandes de la course devant trois autres autos allemandes. La fin du premier tour est tragique. Sur la 3e Porsche 917 présente (semi-officielle), John Woolfe se tue lorsque son auto explose contre les fascines de Maison Blanche. Il était le premier acheteur d’une 917 et il n’a pas voulu que Herbert Linge, pilote officiel mis à disposition par Porsche, ne prenne le départ. La Ferrari 312 P de Amon / Schetty prend feu en passant sur les débris de la Porsche.

De son coté Jacky Ickx, pour marquer son désaccord avec le départ Type Le Mans, marche au moment du départ, se retrouve en dernière place, mais ne tarde pas à remonter. Très vite, l’une des 917, la #14 a des soucis (crevaison, fuite d’huile, embrayage) et cette auto abandonnera dans la nuit. Le commandement est alors pris par la Porsche 908/2 #20 de Siffert / Redman, mais elle doit aussi se retirer sur souci de surchauffe de boîte. La 917 rescapée (#12) prend la tête. La bataille est rude entre cette auto, les Porsche 908, les Ford et les Matra. Les Alpine, les Alfa et la Lola T70 de Bonnier / Gregory disparaissent au fil de la course. Idem pour les Ferrari dont la dernière abandonne au petit matin. Après 13e heure de course, une autre 908, la #23 doit renoncer alors qu’elle était 2e, mais elle est remplacée, à la même place par une autre 908 qui évolue à 5 tours de la 917 toujours leader. Un doublé Porsche est alors possible, ce serait la 1ere victoire de Porsche, mais à la 21e heure, les deux voitures connaissent des soucis de transmission. La 908 abandonne en piste, la 917 à son stand.

Il reste trois heures de courses, la seule Porsche 908 (la #64) rescapée peut encore gagner grâce à Larousse / Herrmann. Elle est revenue du fond du classement suite à un ennui de roulement. La bagarre est intense entre cette auto et la Ford GT40 #6 de Jacky Ickx / Jackie Oliver qui a pris le commandement suite à l’abandon de la 917. Après de superbes passes d’armes (huit échanges de position), la voiture américaine l’emporte avec 120 mètres d’avance !!! Du jamais vu. Le podium est complété par la seconde Ford GT40, la #7 de Hobbs / Hailwood.

Quelques faits et chiffres clés :

Cette année 1969 voit le chiffre de la production minimale dans la catégorie Sport réduit de 50 à 25 exemplaires.

L’ACO a fait poser des rails de sécurité sur toute la longueur de la ligne droite des Hunaudières.

Au Tertre Rouge, à Mulsanne et à Arnage, les bancs de sable laissent leur place à des bordures crantées.

Suite au temps canon de Stommelen, 3’22’’9, deux autos ne sont pas qualifiées : une Unipower et une Piper.

Il y a un nouveau directeur de course : Charles Deutsch (ex pilote et constructeur) remplace Jacques Loste.

Pour cause d’élection présidentielle, le départ est avancé à 14 heures.

Au départ, Jacky Ickx traverse la piste en marchant pour protester contre le départ type « Le Mans ». Il s’agira d’ailleurs du dernier départ de ce genre.

Présence de Jean-Claude Killy, champion olympique de ski. Il fait équipe avec Bob Wollek sur une Alpine A210. Le duo ne verra pas l’arrivée, bris de châssis.

Début de Reinhold Joest qui termine 6e avec Helmut Kelleners, le père de Ralf Kelleners, sur une Ford GT 40.

Deuxième victoire au Mans avec le même châssis (#1075) et consécutivement. La Ford lauréate n’a occupé la tête que trois heures seulement, les trois dernières.

Quatrième victoire consécutive de Ford (la dernière) qui rejoint Bentley (1927-1930) Alfa Roméo (1931-1934) et Ferrari (1960 à 1965).

Matra termine 4e, 5e et 6e. Beau tir groupé. La marque atteint l’arrivée pour la première fois.

Une seule Alpine est à l’arrivée, celle de Serpaggi/ Ethin. La raison des abandons: un moteur trop fragile.

 

Les vainqueurs :

Au général : Ford GT 40 de Jacky Ickx et Jacky Oliver

Distance parcourue : 4 998 ,000 km à 208,250 km/h

Écart avec le 2e : 120 mètres

Meilleur temps aux essais : Rolf Stommelen (Porsche 917 LH #14) en 3’22’’9 à 238,977 km/h de moyenne

Meilleur temps en course : Vic Elford (Porsche 917 LH #12) en 3‘27 »2 à 234,017 km/h de moyenne au neuvième tour

Prix du rendement énergétique : Ford GT 40 #6 de Jacky Ickx et Jacky Oliver

Prix de la Performance : Alpine A210 #50 de Serpaggi / Ethuin

Vainqueur de catégorie :

1er S 3001 à 5000 : Ford GT 40 #6 de Jacky Ickx et Jacky Oliver

1er SP 2501 à 3000 : Porche 908 #64 de Larrousse / Herrmann

1er SP 1601 à 2000 : Porsche 910 #39 de Poirot / Maublanc

1er GT 1601 à 2000 : Porsche 911 S #41 de Gaban / Deprez

1er SP 1001 à 1150 : Alpine A210 #50 de Serpaggi et Ethuin

Photo de couverture : Ford