Il était une fois les 24 Heures du Mans : l’année 1959

L’édition des 24 Heures du Mans 1959 marque la seule et unique victoire d’Aston Martin aux 24 Heures du Mans. Cette course sera une véritable hécatombe, avec seulement treize autos à l’arrivée sur les 53 au départ !

Généralité :

Date : 20 et 21 juin

Temps : pluie puis forte chaleur le dimanche

27e édition

Circuit de 13,461 km

Nombre de partants : 53 partants

Nombre d’abandons : 40 abandons

Départ : donné par M. Maurice HERZOG (Sous-secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports).

Les forces en présence :

Ferrari remet son titre en jeu et aligne six voitures, des 250 TR, dont trois sont engagées officiellement et munies de frein à disque. Face à l’armada italienne grandissime favorite, on trouve quelques Jaguar, marque qui a remporté Le Mans en 1955, 1956 et 1957. Une Jaguar type D est présente ainsi que deux Lister Jaguar et une Tojeiro Jaguar. Quatre Aston Martin DBR1 sont aussi engagées dont trois officiellement. Porsche n’est pas en reste, dans une cylindrée inférieure, avec quatre 718 RSK et une RS. Sept DB Panhard sont de la fête ainsi que trois Lotus XV. Une nouvelle catégorie voit le jour, le Grand Tourisme, qui est principalement occupée par Ferrari, avec ses 250 GT (quatre ainsi qu’une Dino 196S), et aussi Lotus (3 Elise).

Les faits importants :

Dés le départ, Stirling Moss prend la tête sur son Aston Martin DBR1 #4. Le but est de jouer les lièvres et d’essouffler la concurrence. Tout le monde tombe dans le panneau, même les meilleurs pilotes Ferrari comme Jean Behra. Ce dernier, 3e, dépasse son coéquipier Gendebien puis Moss pour prendre la tête à la 2e heure. Bien suppléé par Dan Gurney, le duo conserve la tête pendant 4 heures. Le duo Gendebien / Hill connaît ensuite des soucis et rétrograde. (Photo Aston Martin Racing)

Dès que l’équipage Moss / Fairman baisse pavillon (abandon moteur), les Ferrari, sensées prendre le relais, ont des problèmes de transmission ou de boîte de vitesses hors d’usage et les Jaguar se retirent au fur et à mesure. Du coup, Aston Martin est de nouveau en tête (de la 7e à la 10e heure), mais cette fois ci avec la #5 de Carroll Shelby et Roy Salvadori. Cependant, Gendebien / Hill sur leur Ferrari 250 TR #14, seuls rescapés, ne se résignent pas et prennent les commandes un peu avant la mi-course pour la conserver…jusqu’à la 19e heure lorsque, une fois la chaleur revenue, le V12 commence à souffrir et montrer des signes inquiétants. Le moteur fume puis rend l’âme et la route est toute tracée pour la #5 qui remporte cette épreuve devant la #6 de Trintignant / Frère et la Ferrari 250 GT LWB #11, première GT !

Quelques faits et chiffres clés :

Cette édition voit apparaître une nouvelle catégorie, en plus de celle des « Sports », le « Grand Tourisme »…

Création des « Essais préparatoires » du mois d’avril.

Superbe temps de référence signé lors de ces essais d’avril par Phil Hill en 3’59’’3 sur sa Ferrari 250 TR.

Début de la marque SAAB, la SAAB 93 terminera même 12e

L’ACO fournit un carburant commercial à 95 /100 d’octane

Création d’un classement à l’indice au rendement énergétique qui comprend la moyenne horaire, le poids, la consommation sans tenir compte de la cylindrée.

1er système de classement et de diffusion des résultats par un ordinateur, un IBM.

Quarante abandons sont à noter !

Il s’agit de la dernière apparition en course d’une Jaguar Type D !

Aston Martin signe un doublé.

Sur les 30 sport prototypes engagés, 28 ne voient pas l’arrivée dont la totalité des Ferrari…

Aucune Jaguar, Porsche et donc Ferrari ne sont à l’arrivée.

1ère et unique victoire de la marque de pneumatiques Avon.

Les vainqueurs :

Au général : Aston Martin DBR1 #5 de Roy Salvadori Carroll Shelby

Distance parcouru : 4 347,900 km à 181,163 km/h de moyenne

Écart avec le 2e : 10,341 km

Meilleur temps en course : Jean Behra (Ferrari 250 TR 59 #12) en 4’00 »9 soit 201,161 km/h de moyenne

Vainqueur de catégorie :

1er en S 2001 à 3000 : Aston Martin DBR-1 #5 de Roy Salvadori Carroll Shelby

1er GT 2001 à 3000 : Ferrari 250 GT LWB #11 de Beurlys / Eldé

1er GT 1501 à 2000 : AC Bristol #29 de hiteaway / Turner

1er GT de 1101 à 1500 : Lotus Elite #41 de Lumsden / Riley

1er GT de 501 à 750 : D.B. Panhard HBR 4 #46 de Cornet / Cotton

1er S 501 à 750 : Stanguellini B.A. #55 de Delageneste / Guiraud

Coupe Biennale 1958 – 1959 : D.B. Panhard HBR 4 #46 de Cornet / Cotton

Indice au rendement énergétique : D.B. Panhard HBR 4 #45 de Consten / Armagnac

Indice de la Performance : D.B. Panhard HBR 4 #46 de Cornet / Cotton