Focus sur la WM P88 des 24 Heures du Mans 1988

La WM P88 est une voiture mythique des 24 Heures du Mans car elle détient le record de vitesse dans les Hunaudières. Ce dernier risque d’être éternel car, depuis 1990, la ligne droite a deux chicanes !

L’équipe WM (pour Welter & Meunier, deux ingénieurs et stylistes chez Peugeot) fut fondée en 1969. L’écurie française décide de s’engager aux 24 Heures du Mans 1976 avec une P76 (Guy Chasseuil, Claude Ballot-Léna et Xavier Mathiot). Cette première édition se solde par un abandon à cause d’un souci de réservoir d’essence. Cependant, l’aventure est en marche.

La voiture dont nous parlons aujourd’hui arriva bien des années plus tard, en 1988 pour être précis. Elle est très particulière car elle avait pour objectif de décrocher le record de vitesse dans la ligne droite des Hunaudières jusque là détenu par Porsche avec 391 km/h. Le « projet 400 » est alors lancé. WM fait appel à son partenaire Heuliez pour travailler sur la carrosserie et les flux d’air pour refroidir le moteur tout en offrant le moins de prise au vent. La WM P88 passe même des tests en soufflerie. Elle est équipée d’un V6 PRV à double turbo de 3.643 cm3 et la puissance annoncée est de 910 chevaux !

WM aligne deux voitures aux 24 Heures du Mans 1988 : une P87 (#52 de Pascal Pessiot, Jean-Daniel Raulet, CLaude Haldi) et une P88 (Claude Haldi, Roger Dorchy et Jean-Daniel Raulet). « La légende raconte que, lors d’essais sur autoroute, la voiture franchissait le cap des 400 km/h, mais qu’au Mans, lors des premiers jours d’essais, l’équipe WM et les pilotes n’arrivaient pas à égaler cette vitesse sur les Hunaudiéres alors que la voiture semblait fonctionner de façon optimale. Heureusement, on réalisa le samedi durant la course que le radar de vitesse se trouvant sur la mythique ligne droite n’était pas réglé pour enregistrer des vitesses au-delà de 400 km/h. »

La P87 abandonne à la cinquième heure de course (boîte de vitesses), mais la P88 #51 signe, le samedi soir à 20 h 46, un 407 km/h dans la ligne droite des Hunaudières avec Roger Dorchy au volant. Le record de Porsche est pulvérisé et la barre symbolique des 400 km/h est franchie. La voiture n’arrivera pas à franchir la ligne d’arrivée, rendant l’âme, durant la nuit à cause d’une surchauffe. Peu de temps après cet exploit, Peugeot décide d’abaisser la vitesse à 405 km/h dans le but de soutenir la nouvelle berline de la marque qui est mise sur le marché !

Notre P88 revient l’année suivante au Mans, mais cela ne se passe pas bien puisque, pilotée par Michel Maisonneuve et Roger Dorchy, elle prend feu lors des essais. Elle ne prit donc pas le départ.

Elle a été présentée à Rétromobile dans sa version 1988.