Focus sur la McLaren F1 GTR victorieuse des 24 Heures du Mans 1995

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’une voiture que personne n’a oublié de par le son de son V12 BMW et de par son palmarès car il s’agir de l’auto qui a remporté les 24 Heures du Mans 1995…

Le châssis 01R est le premier des neuf châssis F1 GTR fabriqués en 1995. Il n’était pas forcément destiné à la course au départ, il a surtout servi de voiture de développement pour l’usine McLaren. Elle a été utilisée pour de nombreux tests pilotée, entre autres, par John Nielsen et a participé au test de longue durée à Magny-Cours fin mai organisé en vue des 24 Heures du Mans. Comme le montrent les photos ci-dessous, elle était grise et orange (photos McLaren)

En avril 1995, McLaren fait le plein d’engagements et de demandes pour sa tout nouvelle arme et la firme de Woking est contactée par un homme d’affaires japonais du nom de Motokazu Sayama. Ce dernier dirige une clinique japonaise de chirurgie esthétique, Ueno Clinic, et souhaite que sa compagnie soit le sponsor en titre d’une McLaren F1 GTR aux 24 Heures du Mans 1995.

Ne disposant plus d’espace publicitaire sur aucune des autres F1 GTR, McLaren décide de ressortir son châssis 01R. Elle fait appel à Lanzante Motorsport, concurrent habituel de la série BPR, pour que l’écurie la fasse courir au Mans sous la bannière de Kokusai Kaihatsu Racing. Le deal est alors le suivant : Motokazu Sayama est autorisé à acheter la voiture après la course, à moins qu’elle ne gagne, auquel cas le châssis #01R resterait chez McLaren.

Malheureusement, cela commence mal car la voiture fait partie de la liste des suppléantes. La #01R doit d’abord passer les pré-qualifications du Mans qui se tiennent le week-end des 29 et 30 avril 1995. Toujours dans sa livrée de départ, elle est emmenée par Yannick Dalmas et Pierre-Henri Raphanel. Elle réalise le 10e temps, le 5e de la catégorie GT1.

Dans les semaines qui précédent les 24 Heures du Mans, le châssis #01R est entièrement reconstruit par McLaren qui l’habille d’une robe noire et grise. Elle s’inspire des couleurs néo-zélandaises, patrie de Bruce McLaren. Il se dit également qu’elle reprend les couleurs de la Mercedes de route du propriétaire, Motokazu Sayama. Ce dernier demande au pilote japonais Masanori Sekiya d’être dans l’équipage pour Le Mans. Il accepte car c’est un amoureux du Mans (huit participations dont une seconde place en 1992) à tel point qu’il s’est marié dans la préfecture de la Sarthe. Il est rejoint par « JJ » Lehto, retiré de la F1 après un grave accident, qui n’a pris le départ du Mans que par deux fois. Ils sont accompagnés par Yannick Dalmas, double vainqueur au Mans en 1992 (Peugeot) et 1994 (Porsche Dauer).

Les qualifications voient la #01R aller plus vite que toutes les autres F1 GTR : la McLaren noire et grise se qualifie en neuvième position en 3:57.180 derrière un trio de Ferrari F40.

La course a lieu les 17 et 18 juin et débute sur le sec. Cependant, cela ne va pas durer, la pluie s’abat sur le circuit de la Sarthe pendant 17 des 24 heures et ne va plus s’arrêter, à tel point que l’édition 1995 est l’une des plus humides jamais enregistrées. Cela réduit considérablement l’avantage de vitesse dont bénéficient les prototypes. Le trio de notre McLaren saisit cette chance et une conduite irréprochable permet à la #01R de prendre les commandes de la course.

Au final, JJ Lehto, Yannick Dalmas et Masanori Sekiya remportent cette course en terminant avec un tour d’avance sur la Courage C34, deuxième, pilotée par Eric Hélary, Bob Wollek et Mario Andretti. Les autres McLaren GTR F1 font également très bonne figure en terminant troisième, quatrième, cinquième et 13e.

Après cette victoire historique, plus possible de vendre la 01R à Motokazu Sayama. À la place, on lui donne une voiture de route F1 (châssis 043) livrée en noir et gris à un prix fortement réduit. Depuis, notre vainqueure des 24 Heures du Mans 1995 est restée la propriété de McLaren (photos McLaren).La lauréate des 24 Heures du Mans 1995 a été exposée à plusieurs reprises dont à deux reprises à Rétromobile. La dernière fois, c’était en février dernier sur le stand de Richard Mille. Voici les photos de Bruno Vandevelde…