Une Simca Deho Barquette de 1949 vendue à Monaco

Cette Simca Barchetta de 1949 a été proposée à la vente aux enchères  « Les Grandes Marques à Monaco » organisée par Bonhams à Monaco le 23 avril 2021, pendant le week-end du Grand Prix Monaco Historique (23-25 avril). Elle a été vendue pour 166,750 euros.

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le châssis Simca Eight était un choix populaire parmi les constructeurs indépendants de voitures de course en France, et cet exemple est l’œuvre de Jean Estager, un pilote établi et un ami du concurrent de F1 et vainqueur du Mans, Louis Rosier. Le moteur quatre cylindres de 1 089 cm3 à soupapes en tête a été préparé par Roger Deho, spécialiste de Simca, et la voiture d’Estager a été équipée d’amortisseurs en aluminium Deho-Dubonnet, d’un boîtier de direction en aluminium et de freins à tambour ventilés en alliage d’aluminium. Pour la carrosserie sportive, Estager s’est adressé à la Carrozzeria Motto de Turin, une entreprise ayant une grande expérience dans la construction de carrosseries de compétition de type barchetta pour Alfa Romeo, FIAT et Cisitalia. Pour Estager, les artisans de Motto ont construit à la main une carrosserie biplace simple et aérodynamique en aluminium, tout à fait dans l’air du temps. Une fois terminée, la Simca d’Estager passe le contrôle du Service des Mines et est immatriculée à son nom le 18 octobre 1950 sous le numéro 581 G 63.

En 1951, Estager vend la voiture à Max Deblon. Cette année-là, la Simca est inscrite à la course des 24 Heures du Mans pour le duo Deblon/Daguet (numéro de concurrent #74) mais ne prend pas le départ. Malgré cet échec, la voiture participe à diverses courses, notamment à Montlhéry en 1953. L’exemplaire unique d’Estager a ensuite disparu de la circulation jusqu’aux années 2000 où il a été redécouvert par Christophe Pund dans l’état de « grange trouvée », incomplet mais conservant heureusement son châssis spécial et sa carrosserie d’origine. La voiture a ensuite été vendue au vendeur actuel, un éminent collectionneur de voitures françaises, qui a commandé une restauration professionnelle complète, au cours de laquelle un moteur a été reconstruit et modifié pour la course. Alésé à 1 220 cm3, il est équipé de deux carburateurs Solex 32 PBIC sur un collecteur Abarth (le carter en aluminium et le réservoir d’huile sont des composants Deho d’origine).

De conception simple, légère et facile à entretenir, cette barchetta française unique à carrosserie italienne représente une entrée idéale dans le monde de la course de voitures de sport historiques et fait tourner les têtes lors de tout événement. Elle est éligible à Le Mans Classic.