Yojiro Terada (partie 2) : « Le Mans, passionnément ! »

Suite de notre entretien avec un pilote qui a marqué les 24 Heures du Mans de son empreinte : Yojiro Terada et ses 29 participations à la course mancelle.

Vous avez couru à plusieurs reprises avec l’équipe WR. Que pouvez-vous en dire ?

« C’était une équipe merveilleuse, avec un esprit familial. J’éprouve de la sympathie pour la passion que Gérard Welter avait pour Le Mans. »

Vous avez été – et êtes toujours – impliqué avec Mazda. Avez-vous eu une influence sur l’engagement de Mazda au Mans ?

« Je pense avoir pu contribuer à la victoire de Mazda au Mans, au développement de leurs voitures de course ainsi qu’à l’organisation. Je leur ai toujours parlé de l’avantage d’un engagement en tant que constructeur, de l’attractivité de cette course, de l’importance de construire des voitures de course, de la difficulté de celle-ci et de tous les retours sur investissement qu’ils pourraient avoir après s’être engagés dans la course. »

Vous avez couru au Mans sans et avec les chicanes des Hunaudières. Était-ce très différent avec les chicanes ?

« Les courses sont devenues très différentes. Auparavant, la ligne droite des Hunaudières était faite pour que les voitures puissent y atteindre leur vitesse maximale. Désormais, les voitures doivent avoir une bonne balance, avec leur capacité de passer en courbe à haute vitesse. Pour ma part, j’ai autant aimé courir sans les chicanes et, avec elles, c’est différent, c’est tout. »

Vous avez souvent roulé au Mans avec des voitures portant le numéro 24 ? Pourquoi ?

« Pour deux raisons. Par amour de la course, bien sûr, j’étais très fier de ce numéro. Mais c’est aussi parce que de l’un de mes sponsors, une chaîne de supérettes ouverte 24 heures sur 24, comme beaucoup au Japon, portait ce numéro ! »

Avez-vous quelques anecdotes du Mans que vous n’avez jamais racontées ?

« En fait, il y en a deux. La première, elle remonte à 1991, et j’en ai seulement parlé dans un livre « 4 Heures de l’après-midi au Mans » – comme vous le savez, le départ de la course était donné à 16 heures dans ces années-là-, un livre paru uniquement au Japon et qui n’a jamais été traduit.

1991 24 HEURES DU MANS #56 Mazda 787 (Mazdaspeed) Yojiro Terada (J) – Pierre Dieudonne (B) – Takashi Yorino (J)

Donc en 1991 , à la sortie du virage d’Arnage, il y avait une maison sur la droite, avec un jardin. A cet endroit, il y avait une jeune femme, en bikini, en maillot deux pièces, qui brandissait une pancarte sur laquelle était inscrite « Mazda », très étrange ! Et en plus, elle changeait de maillot quatre fois pendant la course ! L’année suivante, je l’aperçois encore, et elle me semblait enceinte…L’année suivante, encore, j’aperçois une poussette dans le jardin. Donc, l’année d’après encore, je décide d’en savoir plus. Le vendredi, la veille de la course, je me rends sur place, je sonne. Une dame âgée s’approche. Je lui explique qui je suis et elle me fait entrer. En fait, la jeune femme que je voyais dans le jardin n’habitait pas ici. C’était la nièce de la dame âgée qui venait pour les 24 Heures… J’ai invité l’année d’après la propriétaire de la maison au traditionnel repas d’avant-course et beaucoup de personnes étaient très surpris de me voir avec une femme nettement plus âgée que moi !! Je n’ai jamais su pourquoi la jeune femme avait des panneaux Mazda ! »

Les Mazda étaient très populaires, particulièrement à cause de la sonorité du moteur…

« C’est vrai, la première fois que suis venu au Mans, j’ai été fasciné par le son des moteurs Matra ! Au Japon, nous avons beaucoup travaillé là-dessus avec Mazda pour essayer de trouver un son du même type. C’est pourquoi la sonorité du moteur Mazda doit beaucoup à celle du V12 Matra !

La deuxième anecdote, je crois, date de 1994. Elle est aussi très étrange, peut-être plus. J’étais dans la forêt, dans la ligne droite qui mène à Indianapolis. Juste avant de prendre le premier droite d’Indianapolis, au bout de la ligne droite, j’aperçois dans mon rétroviseur une voiture qui part sur la gauche à grande vitesse et qui va dans la forêt ! A cet endroit, ça va très vite et j’étais très inquiet pour le pilote. Quand je reviens à Indianapolis le tour suivant, je fais donc bien attention, mais je ne vois aucune voiture, ni aucun dégât. Pourtant, j’avais vraiment l’impression d’avoir vu cette voiture ! Très bizarre…Mais, ce qui est encore plus bizarre, c’est que d’autres pilotes m’ont dit avoir vu -cru voir donc -, eux aussi une voiture sortir dans la forêt, au même endroit, mais pas les mêmes années !! Un vrai mystère… »

Pensez-vous que Mazda pourrait revenir au Mans ?

« Je l’espère, cela pourrait dépendre de la réglementation. »

Avec les systèmes hybrides, cela pourrait être difficile pour Mazda…

« Pas forcément. Mazda va faire des voitures électriques et développe un nouveau système, le « range extend » qui associe une batterie et un moteur rotatif qui recharge la batterie et qui en prolonge l’autonomie. L’avantage du moteur rotatif, c’est qu’il est de petite taille, très compact. Donc, Mazda au Mans, pourquoi pas ? »

Vous avez posé la question ?

« Effectivement. On ne m’a pas dit oui, mais on ne m’a pas dit non, non plus. Donc, espérons. »

Faites-vous encore un peu de compétition ?

« Oui, je fais quelques courses, j’ai fait la Road to Le Mans, quelques meetings historiques. Et même, je reviendrais bien faire les 24 Heures ! Une trentième course, ça me plairait. Je ne veux pas battre le record de Henri Pescarolo, mais une course supplémentaire au Mans, j’aimerais bien. Aussi, si vous connaissez une voiture, je suis partant ! »

Vous êtes aussi administrateur de l’ACO ?

« Oui, depuis 2003. C’est l’ancien Président de l’ACO, Michel Cosson, qui me l’avait proposé en me disant que j’étais la personne qui connaissait le mieux Le Mans ! Aussi, je participe régulièrement aux réunions. »

Le Mans est-il toujours aussi populaire au Japon ?

« Oui, absolument. Le WEC vient chaque année au Japon, et ça continue à susciter l’intérêt pour les 24 Heures. Pour ma part, j’aime Le Mans passionnément ! Mon ambition est de rendre les 24 Heures les plus populaires possibles et j’essaie, au mieux, de faire partager ma passion pour cette grande course en Asie

Un grand merci à Luc Joly et Christian Vignon pour leurs photos.

Vous trouverez d’autres photos des 24 Heures de Yojiro Terada, par ordre chronologique, ici