Vingt points du règlement des 24 Heures du Mans 1969

Il y a 50 ans, ils étaient 55 au départ des 24 Heures du Mans. Alpine-Renault, Ford, Ferrari, Matra-Elf, Porsche, Lola, Mirage, Alfa Romeo ont répondu à l’appel de la plus grande course automobile du monde.

Jacky Ickx et Jackie Oliver se sont imposés sur la Ford GT 40 pour 120 mètres d’avance sur la Porsche 908 de Hans Hermann et Gérard Larrousse. La dernière marche du podium revenait à la Ford GT 40 de David Hobbs et Mike Hailwood.

Ce qu’il faut retenir : 

– Charles Deutsch remplace Jacques Loste à la direction de course.

– Steve McQueen est présent au Mans avec son équipe de tournage en vue de tourner le film Le Mans.

– Pour manifester contre le départ type Le Mans, qu’il juge trop dangereux, Jacky Ickx décide de traverser la piste en marchant. Il s’élance donc bon dernier.

– John Woolfe se tue au premier tour lorsque sa Porsche 917 a explosé au niveau de Maison-Blanche.

– Jean-Claude Killy est au départ de l’épreuve sur une Alpine A210 avec Bob Wollek. L’Alpine est donc partagée par deux skieurs.

– Les ailerons mobiles sont autorisés sur les Porsche 917 mais pas sur les 908.

– La Ford GT 40 de Gardner/Guthrie est équipée de l’injection.

– La Matra 630/650 de Servoz-Gavin/Müller est la 630 qui a pris part à l’épreuve en 1968.

Le règlement des 24 Heures du Mans 1969 : 

– Longueur du circuit : 13,469 km

– Heure de départ et d’arrivée : samedi 14  juin 16h/dimanche 15 juin 16h

– 55 autos au départ sur invitation. Entre les premiers essais des 29 et 30 mars et ceux qui précèdent la course, les organisateurs peuvent faire appel à des suppléants en cas de  forfait des titulaires.

– Trois types de voitures : prototypes (cylindrée max 3000 cc), sports (cylindrée max 5000 cc et au moins 25 exemplaires construits), Grand Tourisme (cylindrée libre et au moins 500 exemplaires construits).

– Le Mans compte pour le Championnat International des Marques, la Coupe des Voitures de Grand Tourisme, le Challenge mondial de vitesse et d’endurance, le Championnat de France des Circuits.

– Plusieurs classements : à la distance, à l’indice énergétique, à l’indice de performance, à la distance par classe et par cylindrée.

– Le classement le plus important est celui à la distance.

– Deux pilotes titulaires et un suppléant. Chaque pilote doit obligatoirement se faire relayer  par son coéquipier au bout de 60 tours max. Un pilote ne peut pas conduire en totalité plus de 14  heures.

– Quatre mécaniciens sont autorisés par voiture.

– Un certain nombre de pièces sont poinçonnées, ce qui fait qu’on ne peut pas les remplacer : moteur, boîte, pont arrière,  démarreur, générateur électrique, batterie.

– Un pilote peut réparer sa voiture sur le circuit mais uniquement avec l’outillage et les pièces se trouvant à bord et seul.

– Le ravitaillement en essence se passe exclusivement au stand, par une installation fixe munie d’un compteur. On ne peut pas avoir de ‘nourrice’ à bord. Il est possible de ravitailler au stand autant de fois que l’on veut.

– Les additifs ne sont pas autorisés dans l’essence. On ne peut ajouter que de l’huile de haut de cylindres.

– Le ravitaillement en huile ne peut se faire que tous les 25 tours.

– Les pilotes doivent avoir passé la visite médicale trois jours avant, être vêtu d’une combinaison ignifugée deux pièces, porter un casque en permanence.

– La couleur des brassards est : blanc pour le pilote prenant le départ, bleu clair pour le ‘relayant’, rouge pour le suppléant.

– Pratiquement tous les types de moteurs sont autorisés : moteurs à pistons alternatifs (suralimenté ou non), turbo, pistons rotatifs.

– Le nombre de roues et de pneus n’est pas limité.

– Il n’est pas possible de démarrer les autos à la manivelle. Les voitures doivent être mises en route en utilisant le dispositif automatique. L’usage de la manivelle entraine la mise hors course.