Vincent Vosse : « Aller au Mans, l’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à un pilote ! »

@Christian Vignon / ACO

Vincent Vosse est à la tête de l’équipe WRT qui dispute, entre autres, le GT World Challenge Europe Powered by AWS et l’Intercontinental GT avec des Audi R8 LMS. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’avant d’être un team manager à succès (double vainqueur des 24 Heures de Spa en 2011, 2014, des 24 Heures du Nürburgring en 2015, de nombreux titres Equipes et Pilotes en Blancpain Endurance Series), le Belge a eu une longue carrière de pilote. Il possède un beau palmarès : vainqueur des 24 Heures de Spa, des 24 Heures de Zolder et champion Le Mans Series. Il a aussi disputé cinq fois les 24 Heures du Mans. Retour sur ses différentes participations.

Vincent Vosse est né le 5 janvier 1972 en Belgique, à Verviers, à quelques dizaines de kilomètres du circuit de Spa-Francorchamps. Après avoir roulé plusieurs saisons en Formule Ford au niveau national et européen, il dispute à plusieurs reprises le Belgian Procar et remporte en 1997 les 24 Heures de Zolder sur une Porsche 993 (avec Patrick Huisman et Marc Goossens).

En 1999, il s’aligne en FIA GT sur des Viper GTS-R de plusieurs équipes (GLPK Racing, Chamberlain Motorsport, Viper Team Oreca). Cette année correspond aussi à sa première venue aux 24 Heures du Mans. Elle se fait sur une Porsche 911 GT2 de Roock Racing (photo de une) qu’il partage avec Claudia Hürtgen et André Ahrlé : « Ce fut ma première découverte des 24 Heures du Mans. Malheureusement, après quelques heures, nous avons cassé la boîte de vitesses et avons dû repartir très loin, attardés. Cette expérience m’a permis d’engranger pas mal d’informations, de découvrir cette course mythique et de la terminer. » Effectivement, loin dans la course, le Belge et ses coéquipiers arrivent néanmoins à franchir la lige d’arrivée à la 20e place, 8e des GTS.

Après cette première expérience, Vincent Vosse ne revient pas au Mans en 2000, mais roule principalement en FIA GT sur une Viper GTS-R de Paul Belmondo Racing. Le pilote belge continue en 2001 avec l’équipe française et a l’opportunité de disputer ses 2e 24 Heures du Mans, toujours sur une Chrysler Viper GTS-R (#55). Il y fait équipe avec sa compatriote Vanina Ickx et le Suédois Carl Rosenblad : « Je me rappelle surtout du début de course. Il y a eu un orage violent et, soudain, un véritable mur d’eau. J’avais réussi à rester en piste, j’étais le seul « fou » à avoir gardé mes pneus slicks. Je menais alors la course avec deux tours d’avance sur les autres GT et j’avais effectué un triple relais.» Malheureusement, cela se termine mal… « Alors que nous étions toujours en tête, Vanina est partie en aquaplaning, ce fut l’abandon… »

Avec Larbre Compétition, Vincent Vosse dispute une troisième fois Le Mans en 2002 sur la Chrysler Viper GTS-R de l’écurie française. Il fait équipe avec deux autres français, Patrice Goueslard et Christophe Bouchut. « Cette édition est un assez bon souvenir. Nous étions toujours 3e à trente minutes de la fin lorsque la boîte de vitesses a cassé. Nous terminons 4e de notre catégorie (et 18e de la course, ndlr). »

Vincent Vosse se rattrape le mois suivant en décrochant la victoire aux 24 Heures de Spa, sa course à domicile, toujours avec une Viper GTS-R alignée par Larbre Compétition. Il faisait équipe avec Christophe Bouchut, Sébastien Bourdais et David Terrien. Les quatre hommes dominent leurs adversaires, possédant cinq tours d’avance sur la Lister Storm officielle à l’arrivée.

Les années suivantes sont, de nouveau, synonymes de FIA GT pour le Belge avec Larbre, mais 2003 aurait dû être sa 4e participation aux 24 Heures du Mans. En effet, il n’a pas pu prendre le départ, sa voiture étant détruite lors des essais qualificatifs. A l’époque, il roule pour Lister Racing qui aligne un prototype de sa propre crétion, une Lister Storm LMP. Il fait équipage avec Nathan Kinch et Jamie Campbell-Walter : « 2003 reste comme le point noir des mes participations aux 24 Heures du Mans. Je roulais à l’époque sur le prototype Lister et la voiture n’a pas pu prendre le départ. Je crois que, lors des essais, j’ai dû faire un seul tour !» En effet, Jamie Campbell-Walter, le pilote maison, est parti à la faute dans les Esses de la Forêt lors de la seconde séance qualificative au volant de cette Lister Storm LMP. La voiture étant trop endommagée, le forfait est alors officiellement prononcé.

La saison 2004 est plutôt calme pour le pilote et, en 2005, il revient dans une équipe qu’il connait bien : Paul Belmondo Racing. Il partage le volant de la Courage C65 #36 avec Karim Ojjeh et Claude-Yves Gosselin. Il termine 3e du championnat LMP2. Au Mans, il roule sur une Ferrari F550 GTS Maranello d’une écurie qu’il connait aussi très bien, Larbre Compétition (avec Olivier Dupard et Patrice Goueslard). « Ce fut une grande édition. J’avais réalisé le meilleur temps de la catégorie le mercredi soir lors des premiers essais qualificatifs devant les Aston Martin et les Corvette officielles. A l’époque, en GT1, la référence s’appelait Christophe Bouchut. Il roulait, cette année-là, lui aussi sur une Ferrari 550 Maranello, celle engagée par Russian Age Racing. Rien que le fait d’être devant lui était une superbe performance. Au niveau de la course, j’ai piloté pendant 14 heures lors de cette édition. Nous nous sommes longtemps battus pour la 3e place et nous finissions 4e des GT1 (et 12e au général, ndlr)

Pas de 24 Heures du Mans pour lui en 2006, mais une belle ligne à son palmarés. En effet, il est titré champion Le Mans Series sur l’Aston Martin DBR9 de Larbre Compétition. Il partageait le baquet de la voiture britannique avec deux autres pointures : Gabriele Gardel et Pedro Lamy ! Il continue en Le Mans Series en 2007, mais avec une auto différente, une Corvette C5-R de Luc Alphand Aventures. Il fait Le Mans avec cette même auto et équipe. Il est associé à Jean-Luc Blanchemain et Didier André. « Ce fut mon ultime participation aux 24 Heures du Mans et un moment particulier. J’ai en effet disputé cette course avec mon ami Jean-Luc Blanchemain. » Les trois hommes terminent finalement 24e de la course, 11e des GT1… 

Vincent Vosse va poursuivre sa carrière en disputant des courses en FIA GT3 Europe, en Belgian GT et en FIA GT sur une Saleen S7-R Labre Competition (non parant aux 24 Heures de Spa 2008) et une Maserati MC12 Vitaphone Racing (2e des 24 Heures de Spa 2009). Il n’est plus jamais revenu aux 24 Heures du Mans en tant que pilote, mais garde de bons souvenirs de ses différentes participations. « Je n’ai quasiment que des bons souvenirs de mes différentes participations aux 24 Heures du Mans. Déjà, rien que d’être présent au Mans est déjà l’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à un pilote. Je n’ai malheureusement jamais roulé dans des conditions qui m’ont permis de pouvoir gagner une catégorie. Pourtant, j’ai bien failli l’emporter à une ou deux reprises. » Maintenant, le Belge aimerait pouvoir venir en Sarthe avec sa propre équipe pour accrocher la course à son palmarès de…team manager !