Vente Artcurial Motorcars : une Porsche 911 ‘backdating’ reine des enchères

2.080.130 euros (motos et autos) c’est le résultat cumulé de la vente « Automobiles sur les Champs » organisée par Artcurial Motorcars le 27 octobre 2019. Un résultat qui doit être loin de satisfaire Hervé Poulain et ses équipes. Seules 36 autos sur les 74 présentées ont trouvé acquéreurs.

L’enchère la plus haute revient à une Porsche 911 « backdating » de 1980 pour 143.040 euros frais compris. Une auto entièrement reconditionnée en Espagne par l’atelier « Julia 911 » (près de 120.000 euros de factures, hors achat du véhicule). Une bonne affaire pour son vendeur… on en doute…

Deux Combis Volkswagen étaient soumis au feu des enchères : un Microbus De Luxe « Samba » de 1957 avec 23 fenêtres et un grand toit ouvrant part pour 107.280 euros frais compris (estimé 90.000/120.000 euros) ; le Combi Samba-bus « 21 fenêtres » de 1966 avec une estimation comprise entre 85.000 et 105.000 euros n’a pas trouvé son nouveau propriétaire.

Une rare Mazada Cosmo Sport Série 2 de 1970 avec un titre de circulation russe est partie pour 88.537 euros frais compris (estimation comprise entre 30.000/40.000 euros).

Du côté des sportives :

. une Renault 5 Turbo de 1981 entièrement restaurée avec sa peinture gris Galaxie et bleu Olympe est partie pour 101.320 euros frais compris (estimation 60.000/80.000 euros).

. une Peugeot 205 GTI 1.6L de 1985 estimée entre 18.000 et 26.000 euros affichant 96.000 km au compteur a trouvé preneur pour 16.688 euros (frais compris).

Que retenir de cette vente ? De nombreux invendus :

-la plus grosse estimation revenait à une Fiat Otto Vu Tipo 106 Sport Berlinetta de 1953 : 1.100.000/1.300.000 euros. Cette voiture d’exception, la seule dépassant le 1.000.000 euros au cours de cette vacation, est une brillante illustration du design italien. Mais pas d’acheteur à ce prix là…

-Une Bugatti Type 23 Biplace Sport de 1924 restaurée et modifiée proposait à la vente pour une estimation comprise entre 550.000 et 650.000 euros. Elle attend toujours son nouveau propriétaire…

-Une Ferrari 250 GTE Série 1 de 1961. Cette quatre places signée Pinin Farina présentée dans un bel état n’a pas trouvé preneur pour une estimation entre 340.000 et 380.000 euros.

-Une Porsche 993 RS de 1995 avec un peu plus de 50.000 km estimée 230.000/280.000 euros ; pas d’acheteur…

-Une Maserati Bora 4,7L de 1972 (125.000/175.000 euros) restaurée au cours des années 1990 devra retourner dans le Lubéron chez son propriétaire…

-Un des 490 exemplaires produits de la Facel Vega HK 500 mis en circulation en 1959 avec une estimation de 100.000 à 140.000 euros ; elle aussi, elle rentre chez son propriétaire…

-Une Renault 8 Gordini R1135 immatriculée neuve en 1969 par le pilote Attila Ferjancz et victorieuse de la classe 1300 du championnat de Hongrie en 1969, 70 et 71, avec une estimation allant de 40.000 à 60.000 euros n’a pas trouvé son nouveau propriétaire…

Seulement 7 modèles ont dépassé les 100.000 euros. Pour rappel le record de la vente s’établit à 143.040 euros. Des autos estimées entre 30.000 et 60.000 euros (Honda S800 Coupé MK1, Renault 8 Gordini, Peugeot 208 Coupé, Meeserschmitt KR200 Cabriolet) restent invendues.

Des vendeurs ayant fixé des prix de réserve trop élevés ? Des acheteurs attentistes ? Début de recul du marché ? A notre avis une réponse positive doit être apportée.

La tendance semble se confirmer tant dans les grandes maisons de vente que dans les enchères de province. Une opportunité pour les plus « petits acheteurs » ? Pas si sûr…

Photos : Artcurial Motorcars