Rétromobile : les résultats de la vente Artcurial…

C’est devant un public présent en masse que le trio Hervé Poulain, Matthieu Lamoure et Pierre Novikoff ont animé le 7 février 2020 la vente organisée au sein du salon Rétromobile. En cette semaine de vente aux enchères parisiennes, les équipes d’Artcurial Motorcars se félicitaient, dès le lendemain, d’avoir réalisé de meilleurs résultats que leurs concurrents. Nous avons néanmoins relevé que bon nombre des enchères victorieuses étaient en dessous des estimations.

La vente totalise 22.894.104 euros. 81 % du volume des ventes est réalisé par des acheteurs étrangers, représentant 18 nationalités.

En termes de chiffres, la vente dénombre 5 enchères millionnaires, 9 enchères au-dessus de 500.000 euros et 47 enchères au-dessus de 100.000 euros

Les 5 enchères millionnaires :

– Une Mercedes-Benz 710 SS 27/140/200HP Sport Tourer de 1929 a fait envoler les enchères jusqu’à 4.900.000 euros (*). Nettement en dessous de son estimation basse fixée à 6.000.000 euros. Cette splendide bénéficie de la certification par Mercedes-Benz Klassik.

– La Ferrari 275 GTB de 1965 est partie pour 2.150.000 euros (estimation 2.000.000/3.000.000 euros).

– La Porsche 906 de 1966 a trouvé preneur pour 1.475.000 euros (estimation 1.400.000/1.800.000 euros).

– La Ferrari 126 C3-068 (1983) quitte le Manoir de l’Automobile de Loéhac pour rejoindre son nouveau propriétaire qui a déboursé la bagatelle de 1.220.000 euros (estimation 600.000/1.000.000 euros).

– Une Alfa Roméo 6C 2300 B Lungo Worblaufen de 1938 présentant une superbe patine et avec un historique très documenté a trouvé un nouveau propriétaire moyennant 1.000.000 euros. Un prix inférieur à son estimation qui était comprise entre 1.250.000 et 1.750.000 euros. A noter que cette auto est accompagnée de son moteur d’origine.

S’agissant des autres sportives au programme de cette vente, notre attention s’est portée sur les modèles suivants :

– La DB HBR4 Coach « Le Monstre » dont l’historique a été présenté à nos lecteurs dans un précédent article, est partie pour 145.000 euros, à peine plus que son estimation basse (140.000/180.000 euros).

– Une Delahaye 135 S de 1936 ayant participé aux 24 Heures du Mans 1937 (abandon au 36ème tour) change de mains pour 775.000 euros (estimation 800.000/1.200.000 euros).

– Une BMW 530 Production (1979) – Team JMS Racing, entièrement restaurée en 2016. Plusieurs grands noms se sont succéder au volant de cette auto (C. Ballot-Léna, J.C. Andruet, R. Metge ou encore J.L Schlesser). Elle participa à trois reprises aux 24 Heures de Spa entre 1979 et 1981, remportant la troisième place en 1980, sous les couleurs du sponsor Iso Roulement. La même année, elle terminait deuxième du Championnat de France de Production aux mains de son pilote, Claude Ballot-Léna. Elle est partie pour 110.000 euros (estimation 120.000/200.000 euros).

– L’Alpine A 110 16 Soupapes (1974) – Team Vialle, elle aussi présentée avant la vente dans nos colonnes, a trouvé un acheteur pour 130.000 euros (estimation 160.000/220.000 euros).

– La Serenessima 3000SP Prototipo (1967), dont les spectateurs de la vente ont pu entendre rugir le moteur, a fait monter les enchères à 780.000 euros – nettement en dessous de son estimation comprise entre 1.000.000/1.400.000 euros).

– La Rondeau M378 Le Mans GTP (1978) est partie pour 680.000 euros (estimation 900.000/1.200.000 euros). Son nouveau propriétaire nous permettra-t-il de la voir et l’entendre prochainement sur les circuits ?

– Une rare et performante Chevron B60 de 1980 (ex Jean Blaton dit Beurlys) a atteint péniblement la somme de 36.000 euros (estimation 40.000/60.000 euros).

– La Jaguar XJ220 C Le Mans (1993) qui a fait l’objet d’un « focus » dans nos colonnes part pour 780.000 euros (estimation 900.000/1.300.000 euros).

– Les 3 TOJ ont connu des bonheurs différents. La SC 204 (135.000 euros) et la SC03 (140.000 euros) sont parties en dessous de leurs estimations (180.000/240.000 euros) ; quant à la SS02 elle a été retirée de la vente sur décision de Maître POULAIN sur une dernière enchère à 196.000 euros (estimation 265.000/285.000 euros) car n’ayant pu atteindre son prix de réserve.

Quant à la Jaguar Type D Replica (1987) évoquée par nos précédemment, les enchères sont montées jusqu’à 110.000 euros (estimation 120.000/160.000 euros)

Parmi les autres véhicules vendus notons :

– Une Ferrari F 40 (1991), tout juste sortie de révision, a trouvé preneur pour 935.000 euros (estimation 1.000.000/1.200.000 euros).

– Une AC Cobra 289 Roadster (1965), depuis 50 ans chez le même propriétaire suédois, change de mains pour 630.000 euros (estimation 650.000/1.000.000 euros).

– Deux voitures ayant appartenu à Johnny Hallyday : une Ford Mustang GT 390 Coupé GR1 (1967) et une Ford GT de 2006 sont parties respectivement pour 205.000 euros (estimation 150.000/300.000 euros) et 315.000 euros (estimation 320.000/380.000 euros).

(*) les prix sont exprimés hors frais

Photos : Artcurial