Les brèves des 24 Heures du Mans 2007

– Cette année-là, Yves Courage fêtait les 25 ans de Courage Compétition. L’aventure a débuté en 1982 avec Cougar. L’équipe sarthoise a eu du pain sur la planche entre la Journée Test et la semaine mancelle avec une Courage LC70 à reconstruire entièrement suite à une sortie de piste.

– Le public bénéficiait pour la première fois de trois zones luminescentes sur les flancs de chaque voiture. Un système qui vient de l’ALMS. Le ‘leader lights system’ avait été testé avec succès lors de la Journée Test.

– Nicolas Prost découvrait les 24 Heures du Mans au volant de la Saleen S7-R #55 du Team ORECA Matmut.

– Mike Rockenfeller connaissait une violente sortie de piste au Tertre Rouge au volant de son Audi et ce dès le début de course (retour en photo sur cet accident ICI). Jonathan Cochet (Courage LC70) suivait le pilote allemand : “Je me trouvais juste derrière Mike Rockenfeller quand il est sorti. Je savais qu’après avoir tapé le rail, son Audi allait retraverser la piste. J’étais en fin de troisième, j’ai monté les rapports à toute vitesse. J’ai reçu des débris. C’est passé limite-limite.”

– La prestation de la Lamborghini Murcielago/JLOC ne restera pas dans les annales avec un seul tour bouclé en course avant un retour définitif à son stand.

– François Fillon, passionné de sport automobile et Chef du Gouvernement en 2007, avait fait le déplacement aux 24 Heures. 2007 marquait la première et seule visite d’un Premier Ministre en activité sur la course. “Ce qui me fait plaisir, c’est que la course est en pleine renaissance” déclarait François Fillon. “Elle a connu des situations difficiles et elle n’a dû son statut qu’à la détermination de l’ACO et à la solidarité des collectivités locales. C’est une belle leçon. Cela montre qu’il y a d’autres logiques que la commercialisation à outrance de produits sportifs et qu’une épreuve soutenue par les collectivités locales peut réussir à rester au plus haut niveau mondial. C’est l’esprit du sport tel que je l’imagine.”

– L’Audi Tower, haute de 13 mètres, installée au milieu du village, a été dévoilée en juin 2007.

– Adrian Newey débutait dans la Sarthe sur une Ferrari 430 du JMB Racing. Le célèbre ingénieur, notamment de F1, habillé d’une combinaison aux couleurs Red Bull, ne cachait pas sa joie malgré la difficulté de l’exercice : “Être là est une sensation fantastique. C’est un circuit tellement spécial avec tellement de trafic et ces LMP qui vont si vite, surtout dans la seconde partie du tour. Il faut y être très attentif, prêter une grande attention à tout ce qui se passe autour.”

– Motors TV, diffuseur paneuropéen exclusif des 24 Heures du Mans, retransmettait 48 heures de direct intégral.

– Vitaly Petrov découvrait les 24 Heures du Mans sur la Courage LC75 du team de Noël Del Bello avec une grosse frayeur durant la Journée Test : “Dans le 6e tour, à la sortie de S du Karting, l’arrière de la voiture est parti brusquement. Dans l’accident, ma jambe droite a tapé contre la coque et j’ai eu des douleurs au genou et à la cheville.” Les organisateurs ont repêché le Russe qui n’avait pas bouclé ses dix tours obligatoires. ”C’est le sponsor qui a insisté pour que je vienne au Mans” déclarait Vitaly Petrov. “Les Le Mans Series sont d’ailleurs plutôt un entraînement pour le GP2 où je fais ma première véritable saison. Les 24 Heures du Mans restent une course assez mythique en Russie, mais lointaine pour moi. Je n’ai jamais vraiment baigné dans cette culture.”

– Jacques Nicolet, le patron d’Onroak Automotive, a fait ses premiers pas dans la Sarthe il y a tout juste dix ans (1997) sur une Courage LC75 LMP2 du Saulnier Racing. Il partageait le volant avec Alain Filhol et Bruce Jouanny, maintenant présentateur de Top Gear France. Ils avaient dû abandonner…

“Nous n’avons pas l’intention de venir aux 24 Heures du Mans avec une LMP1” confiait en 2007 Hartmut Kristen, patron de la compétition chez Porsche. “Nous n’allons pas dépenser des millions d’euros pour un tel projet, alors que nous savons qu’une voiture essence n’a aucune chance de gagner face aux diesels. Pour en avoir discuté avec Henri Pescarolo, nous sommes sur la même longueur d’onde. L’équivalence d’énergie entre les prototypes essence et diesel établie par l’ACO est une chose, mais il existe une telle différence de puissance entre ces deux types de voiture ! Quand vous voyez Peugeot qui annonce 700 chevaux ou Audi 640, et, encore, ce sont juste les chiffres officiels. Ce que l’on pourrait changer dans le règlement ? Nous n’interviendrons pas, nous pensons qu’un organisateur doit rester indépendant.”