Retour sur la préparation des Sauber Mercedes C11 en vue des 24 Heures du Mans 1991 (+ vidéo)

On vous présente une vidéo aujourd’hui qui tourne autour de la Sauber-Mercedes C11 et en particulier de sa préparation en vue de sa participation aux 24 Heures du Mans 1991. Cette voiture de course de l’écurie suisse / allemande Team Sauber Mercedes a été construite pour le Championnat du monde des voitures de sport qu’elle a remporté en 1990. Sauber a choisi d’appeler cette voiture en passant de C9 à C11 simplement parce que la lettre C et le nombre 10 se prononcent pareils en allemand.

Le développement

Après le succès de la Sauber C9 avec, entres autres, une victoire aux 24 Heures du Mans en 1989 (Manuel Reuter / Jochen Mass / Stanley Dickens, photo ci-dessous), la Mercedes-Benz C11 est le dernier prototype Groupe C construit par l’équipe Sauber Mercedes avant l’introduction de la catégorie 3,5 litres.

C’est à partir d’une feuille blanche que Leo Ress (qui faisait partie de l’équipe depuis l’époque de la Sauber C7), fait un gros boulot en réduisant notamment la surface frontale afin d’améliorer l’aéro et les appuis qui progressent globalement de 25%. Alors que le châssis C9 avait été principalement fait en aluminium, celui de la C11 est le premier monocoque entièrement en carbone et la carrosserie est en carbone/kevlar, construite par la société suisse locale Nobrac. Le reste des composants ont été fait par DPS Composites dans le Surrey, au Royaume-Uni, dont le directeur, Dave Price, était aussi en charge de Team Sauber Mercedes. Contrairement à la Sauber C9, la nouvelle C11 n’avait pas une configuration à faible traînée pour Le Mans, cette course ne faisant pas partie de la saison du Championnat du Monde en 1990.

La Sauber C9 avait reçu un nouveau moteur en 1989. Le V8 Mercedes M119 est à nouveau repris sur la Sauber Mercedes C11. Il fait 4973 cm³, est alimenté par deux turbos et deux niveaux de puissance sont prévus. Le moteur développe “normalement” 730 chevaux à 7000 tr/min, tout en respectant la limite de consommation fixée par la FIA. Pour les qualifs, la puissance peut-être largement augmentée, elle passe alors à 930 ch en augmentant la pression de suralimentation. A la sortie du moteur, on installe une nouvelle boîte de vitesses à 5 rapports (transversale). Les étriers de freins sont de Brembo tandis que les disques de frein passent en carbone. Au total, la voiture pèse 895 kg.

Sauber avait prévu de construire quatre châssis C11, mais ce sont finalement cinq C11 qui voient le jour. Les vrais débuts de l’auto se font à la fin de l’année 1989 au Paul Ricard, histoire de se familiariser avec les nouveaux pneus.

Les débuts en compétition ont lieu au Japon en 1990, à Suzuka, où une auto est amenée et confiée à l’équipage phare constitué par Jean-Louis Schlesser et Mauro Baldi. Le Français va cependant accidenter la voiture qui ne pourra plus courir. C’est la C9 qui assurera la course… et qui la remportera ! Par la suite, sur les huit autres manches de la saison, sept sont remportées par la C11. L’équipe Team Sauber Mercedes est sacrée championne du monde Equipes tout comme les pilotes Jean Louis Schlesser et Mauro Baldi…

Cette vidéo vous montre la préparation de la C11 pour Le Mans. On y voit aussi les pilotes dont un certain Michael Schumacher. Ne soyez pas surpris, il n’y a pas de commentaires. Profitez et on vous raconte Le Mans 1991 ensuite !

Les 24 Heures du Mans 1991 : à quelques heures près…

Au Mans, Mercedes arrive sans aucune victoire en championnat du monde, juste une 2e place à Suzuka et une 3e décrochée à Monza avec la C11. La firme à l’étoile amène au Mans une C291 (#2 pour Karl Wendlinger, Michael Schumacher, Fritz Kreutzpointner) qui répond à la nouvelle réglementation (3.5 litres), mais elle ne donne pas satisfaction aux essais et, surtout, sa présence est indispensable, sinon l’équipe aurait reçu une amende (championnat du Monde Endurance FIA). Mercedes décide donc de ne pas l’aligner en course.

Ce sont donc trois Sauber Mercedes C11 qui vont participer à la classique mancelle. Jean-Louis Schlesser, en tant que champion du monde, court sur la #1 avec Jochen Mass et Alain Ferté. La #31 est confiée à l’Autrichien Karl Wendlinger accompagné de Michael Schumacher et Fritz Kreutzpointner, la #32 est aux mains de Jonathan Palmer, Stanley Dickens et Kurt Thiim (le papa de Nicky).

@Nicolas Trefou

En qualifications, c’est Schlesser qui établit la pole position en 3:31.270 sauf que les C11 courent en catégorie C2, ce qui veut dire que les 10 premières places sont réservées aux C1. Les trois Sauber Mercedes C11, créditées des 1er, 4ème et 5ème temps, partent finalement 11ème, 12ème et 13ème ! Vous suivez ? Les Peugeot 905 s’élancent en tête et, à la fin de la première heure, la 905 #6 de Keke Rosberg, Yannick Dalmas et Pierre-Henri Raphanel est en tête devant deux Porsche 962C.

La C11 #31 est 4ème, la #1 5ème et la #32 7ème. Mais la Peugeot, toute récente et fragile, cède sa place dès la deuxième heure à la C11 #31. Mieux encore, à la troisième heure, les trois Mercedes sont en tête !

@Nicolas Trefou

A la 5ème heure, la #31 a un problème (tête à queue) et chute au 6ème rang, mais la #32 prend la tête suivie par la #1. Puis la #31 revient à la troisième place dès la 6ème heure quand la #1 passe en tête car c’est au tour de la #32 de rencontrer une difficulté qui la fait chuter au 9ème rang à la fin de la 10ème heure.

A mi-course, la #1 devance la #31. La #32 est toujours en retrait, à la 11ème place.

A la treizième heure, la #31 a cédé sa place, une Jaguar XJR-12 et une Mazda 787b à moteur rotatif lui sont passées devant et talonne la C11 de tête. Une heure plus tard, la #31 glisse à la 8ème place suite à un souci de boîte de vitesses et les problèmes continuent, deux heures plus tard, avec la #32 qui rentre à son stand, surchauffe moteur, la courroi de la pompe à eau a cédé. C’est l’abandon.

Les espoirs se reposent sur la #1 toujours aux commandes, la #31 est alors 8ème, mais coup de tonnerre ! Alors qu’elle domine l’épreuve avec cinq tours d’avance sur son plus dangereux concurrent, la C11 #1 va connaître elle aussi le même problème moteur (surchauffe) que la #32. A 12 h 53, la voiture doit abandonner, la Mazda 787b #55 passe en tête. La #31 sauve les meubles avec une 5e place qu’elle va tenir jusqu’au bout.

On ne reverra plus les Sauber Mercedes C11 en course après ces 24 Heures du Mans finalement décevantes malgré des performances de premier ordre. La C291 prendra la suite et sera le dernier sport prototype de l’union Sauber / Mercedes. Les deux acteurs partiront ensuite en Formule 1 et Mercedes reviendra aux 24 Heures du Mans avec les CLK-GTR puis CLM en 1998 et 1999 avec les résultats que l’on sait !

Pour plus d’informations, nous vous conseillons l’entretien que Mauro Baldi avait accordée à Endurance-Info (ICI et ICI).