Pourquoi le Turn 17 à Sebring est-il si particulier ?

Il y a plusieurs virages mythiques sur les différents circuits à travers le monde. Quand on évoque l’Eau Rouge et le Raidillon à Spa-Francorchamps, les Virages Porsche au Mans, le Karusell au Nürburgring, la Parabolica à Monza, cela parle à tout amateur de sport automobile. Le Turn 17 à Sebring fait aussi partie de ces lieux légendaires.

Sebring est un circuit en deux parties bien distinctes. Du premier virage à la section plus sinueuse de l’Infield (l’intérieur), il prend la caractéristique d’une piste de course normale, avec une bande de goudron entourée de pelouse et autres dégagements. Le reste, c’est à dire les parties les plus rapides du tracé, conserve ce « vieux caractère » qui a rendu Sebring célèbre. Les voitures roulent en effet sur les anciennes dalles de béton fissurées qui constituaient autrefois la piste d’aviation. C’est très rapide, mais très, très bosselé.

Du virage 13 jusqu’à la ligne droite des stands incluse, la piste est large, assez large pour qu’au moins plusieurs voitures puissent se trouver côte à côte sans entrave. Bien sûr, cela signifie qu’il y a beaucoup de dégagements, mais l’intérieur du virage est équipé de barrières en béton armé.

Le virage 17, qui ramène les voitures vers la ligne droite des stands, est l’un des rares à Sebring qui est resté relativement similaire depuis que le circuit a été utilisé pour la première fois en 1950. Au début, il s’agissait juste d’un double droite à 90 degrés (voir photo d’ouverture) puis il se transforma en long droit.

Dans son état actuel, il peut être divisé en deux parties. La première est un virage à droite peu profond, la seconde beaucoup plus serrée et avec une compression massive sur la trajectoire de course qui peut projeter une voiture complètement hors de sa ligne de course. Il y a en plus une bosse dont il faut se méfier à tel point que de nombreux pilotes prennent une ligne extérieure en arc de cercle dans le virage pour l’éviter.

Par conséquent, le « Turn 17 » est le lieu de nombreux incidents au fil des ans comme le montre cet accrochage entre l’Audi R15 (Dindo Capello) et la Peugeot 908 (Marc Gené) lors des 12 Heures de Sebring 2011.

Photos issues de la page Facebook officielle de Sebring International Speedway