On a testé pour vous… la Crosslé 90F chez Classic Racing School

    Qui n’a jamais rêvé de piloter une monoplace historique ? Classic Racing vous permet de réaliser votre rêve dans un environnement haut de gamme. La première école de pilotage historique au monde propose de prendre le volant d’une Crosslé 90F (réédition usine de la Crosslé 16F) sur le magnifique tracé de Charade au cœur des volcans d’Auvergne. Nous avions répondu à l’invitation de leur équipe en 2018, dont Julien Chaffard, co-fondateur de Classic Racing School. Qu’allait bien pourvoir nous réserver cette journée de pilotage ? Retour sur cette magnifique expérience.

    La première chose qui frappe en arrivant à Charade, c’est le lieu chargé d’histoire – célébré en septembre prochain à l’occasion de la seconde édition de Charade Heroes. Jim Clark, Jackie Stewart, Patrick Depailler, Henri Pescarolo, Jean-Pierre Beltoise ou Jochen Rindt se sont illustrés sur cette piste au tracé sinueux, en pleine montagne.

    Sept personnes étaient conviées à cette journée de pilotage en ce début mai 2018. Dès notre arrivée, les huit Crosslé 90F sont là dans la voie des stands, prêtes à attendre leur pilote d’un jour. Il n’est pas question de faire claquer un temps au volant d’une monoplace irlandaise reconstruite à l’identique des années 60. Pierre Sancinéna fera office de pilote instructeur, ce qui est déjà un point positif.

    Classic Racing School privatise à l’année plusieurs stands du circuit de Charade. Tout rappelle les années 60 dans le « lounge » en bord de voie des stands. Un luxe que peu de circuits peuvent prétendre. Entre le grand canapé en cuir, les affiches sixites, la déco retro et la musique d’époque, tout vous rappelle que vous n’allez pas prendre le volant d’une monoplace moderne. L’accueil des stagiaires est aux petits soins et quand on dit aux petits soins, le terme n’est pas exagéré. Le temps de faire connaissance, il faut s’équiper et, là aussi, vous avez le droit à un vestiaire à votre nom et tout l’équipement du pilote d’époque, de la combinaison aux chaussures. Tout le jeune staff de Classic Racing School est d’ailleurs habillé historique.

    Une fois que vous avez enfilé la combinaison, le temps s’arrête. Vous êtes Jackie Stewart (sans le talent bien entendu). Le briefing donné par Pierre Sancinéna se veut détaillé et clair. C’est qu’il va falloir appréhender cette monoplace équipée d’un moteur Ford Zetec de 110 chevaux pour un poids de 420 kg. La boîte de vitesses manuelle à 4 rapports à crabots est identique à celles des années 60. Ne cherchez surtout pas les palettes au volant…

    La matinée sert à appréhender la piste et l’auto derrière une autre Crosslé, pilotée par Romain Sarazin, lauréat de la Nissan GT Academy 2015. Deux groupes sont formés et, après quelques tours en passager de Pierre Sancinéna pour découvrir le magnifique tracé de Charade, il faut se lancer dans le grand bain. En hommage à cette période des sixties, chacune des Crosslé a une livrée qui rappelle l’histoire : vert Lotus, bleu Matra, bleu marine BRM, blanc Honda, rouge Ferrari, « Gulf », orange Mclaren… On se croirait dans l’Honneur du Samouraï avec Michel Vaillant – détail n’ayant pas échappé à l’équipe ayant récemment dévoilé une version « Vaillante » de la monoplace à Rétromobile en 2019 en collaboration avec la marque.

    L’habitacle est légèrement plus grand que celui d’origine pour plus de confort. Afin de respecter la loi en vigueur, la Crosslé 90F n’émet pas un bruit assourdissant. Le premier tour s’effectue à allure assez réduite car Charade ne s’apprend pas en un tour. Il faut rouler, enchaîner les tours et écouter les débriefings. La Crosslé permet de faire le talon-pointe sans le moindre problème, mais aussi de changer les vitesses en débrayant normalement sans le moindre souci. Un vrai régal et dites vous que les 110 chevaux sont bien suffisants pour prendre du plaisir. Le rythme augmente au fil des séries jusqu’à un déjeuner bien mérité. Le soleil auvergnat permet de s’installer directement dans la voie des stands. Je dois bien avouer que déjeuner dans une voie des stands d’un circuit est tout de même chose rare voire même impossible de nos jours.

    Sitôt la pause restauration terminée, retour en piste pour plusieurs runs à vitesse plus élevée. Le plaisir est absolu et les corrections apportées par les moniteurs en bord de piste permettent de progresser à grandes enjambées. Le seul problème est que le plaisir a une fin. C’est quand vous commencez à vous lâcher au volant de la Crosslé 90F que la journée se termine. C’est pourquoi les stagiaires n’hésitent à revenir à Charade chez Classic Racing School. L’expérience est innovante, excitante et déroutante. Il n’y a pas besoin d’être pilote pour prendre le volant de cette monoplace qui vous donnera de belles sensations.

    Toutes les infos ici

    Le roulage est visible ici