Magny-Cours, vendredi : le tour de chauffe

La première des trois journées du week-end de l’Historic Tour s’est déroulée sous le soleil -après la dissipation des brumes matinales, comme le dit la météo!-.

Des plateaux étoffés : avec 11 catégories au programme, le circuit de Magny-Cours a été sillonné tout au long de la journée, avec plus de 300 voitures engagées. La piste était parfaitement sèche et les interruptions de séance ont été peu nombreuses, ceci expliquant peut-être cela.

Dans ces plateaux, on note quelques stakhanovistes. C’est ainsi que les frères Laurent et Pierre Dutoya, déjà présents la semaine passée en FIA Historic Sportscars lors de la Dijon Motors Cup, sont engagés dans pas moins de quatre plateaux ; ASAVE GT Tourisme & Production & Sports (Plateau 4), ASAVE Racing 65 (Plateau 9) avec l’Elva Mk 8 BMW et une Ginetta G4R, SportsProtosCup (Plateau 10) et Formule Ford Historic (Plateau 6) avec une Tecno Formule Ford….

Des organisateurs qui mouillent la combinaison : HVM Racing est promoteur et organisateur de l’Historic Tour et participe activement au meeting. Laurent Vallery-Masson (le VM de HVM Racing) et Bernard Honnorat (le H de HVM Racing) sont engagés tous deux dans le plateau F3 Classic. La Ralt RT3-VW #22 de Laurent Vallery-Masson et la Ralt RT3-Alfa Romeo #25 de Bernard Honnorat (toutes deux ci-dessus) se sont tiré une jolie bourre pendant les qualifications et Vallery-Masson s’est qualifié en première ligne, Bernard Honnorat en troisième ligne.

Quelques belles têtes d’affiche : sans vouloir faire d’affront aux autres concurrents, la palme va peut-être à la Lola T70 #227 de Franz Metzger engagée dans le Plateau 9 -ASAVE Racing 65).

Classic Sports Car Club : l’Open Series, une de ses nombreuses disciplines, est un peu, si on se dire, un Open Bar ! Si le plateau est disparate, c’est parce que la réglementation est très libérale. Le Classic Sports Car Cub est régi par l’Association MSA -pour Motor Show Association- qui chapeaute 570 Clubs outre-Manche ! En Open Series, tout ce qui n’est pas expressément interdit est autorisé (changement de moteurs, etc). Le plateau va donc de quelques Jaguar XJS, des BMW M3 ou une Porsche 911RSR à des Caterham 420R, des Renault Clio ou des Honda Civic, avec comme doyenne du plateau une Austin Healey Sprite de 19et comme benjamine une Mk Indy RR de 2016, soit plus d’un demi-siècle d’écart, et le tout avec un paddock très relax et très British. Avec 44 voitures en piste, le spectacle semble assuré…

Les premières qualifications

Legends Car Cup : L’expression « se mettre sur son 31 » a pris un sens tout particulier dans ces qualifications.

Davidoff Thomallovich en a une approche très personnelle, avec un look très dépouillé par sa voiture arborant ce #31 puisqu’elle est dépourvue de carrosserie.

Dans cette configuration insolite, il a décroché une jolie pole position, avec près de deux secondes de mieux que son suivant Frédéric Morel (#99) ! Davidoff Thomallovich est le patron des Legend Cars et il testait également une nouvelle version moteur , sa Legend Car étant hors classement.

Trophée F3 Classic – F Renault Classic :  Frédéric Rouvier (Martini Mk31-Toyota #59) toujours en lice pour le titre de Champion de France Protos/Monoplaces, a ajouté une nouvelle pole dans sa besace, avec une seconde et demie d’avance sur Laurent Vallery-Masson !

Marc Klein, cinquième chrono, a été le plus rapide des Formule Renault avec la Martini Mk41 #162 tandis que Carlos Tavares (Chevron B47-Toyota #15) a fait le onzième temps.

Trophée Lotus : Pascal Métayer (Lotus Seven #10), lui aussi candidat au titre, a dominé une fois de plus le Trophée, avec cinq dixièmes d’avance sur Dominique Vulliez (Lotus Seven #36).

Challenge Formule Ford Historic : Pour une fois, François Belle (Lola T540 #25) n’a pas réussi la pole position.

Alors qu’il avait signé le meilleur temps provisoire, il a dû passer par la voie des stands pour quelques réglages mécaniques et Laurent Waisler (Van Diemen RF 80 #90) en a profité en fin de séance pour réaliser le meilleur chrono, précédant Belle de un dixième de seconde.

GT Classic Supertouring Revival : Sans surprise, Benoît Romac (Porsche 993 GT2 Evo #52) a survolé ces qualifications avec un très joli chrono de 1.44.372, loin devant un trio de BMW M3.