Magny-Cours, samedi : des premières courses très disputées…

Communiqué de presse :

LA SYNTHÈSE DU SAMEDI : En dépit de la brume persistante du début de matinée, puis de quelques incidents de course, cette première journée de compétitions a parfaitement répondu aux attentes sur le plan sportif. Un samedi de courses vécu dans la douceur d’un véritable été indien.

LES VAINQUEURS : Parmi les vainqueurs de ce samedi, François Belle et Frédéric Rouvier font jeu égal, à une victoire partout. Le titre de champion de France « Monoplaces/Protos » se jouera définitivement entre eux dimanche. Côté GT/Tourisme, Pascal Métayer s’incline en Trophée Lotus, laissant ainsi Benoît Romac, lauréat de sa course en GT Classi, lui reprendre de précieux points. Là aussi, le couperet tombera demain avec Franck Quagliozzi (Youngtimers GTI Cup) en arbitre.

LE FAIT DU JOUR : Comme souvent, les intenses batailles en piste qui ont notamment opposé les prétendants à la victoire en Challenge Formula Ford Historic, Trophée Lotus, Maxi 1300 Series et SportProtosCup.

LA DECLARATION : « Pour mon retour après deux ans d’arrêt, j’ai vécu une course merveilleuse dont la victoire s’est jouée dans le dernier tour. En résumé, j’ai un peu plus de chance que mes vaillants camarades… » (Claude Rucheton, vainqueur de la course du Trophée Lotus).

AU FIL DE LA JOURNEE

Challenge Formula Ford Historic / Course 1

Pilotes engagés : 30 – Le Top 5 : 1.Belle (Lola T540), 2.Waisler (Van Diemen RF80), 3.Girardet (Van Diemen RF81), 4.Ducharne (Lola T540), 5.Faggionato (Van Diemen RF81), etc.

En deux mots : après s’être disputés la pole vendredi, Laurent Waisler et François Belle reprennent leur lutte fratricide dès le départ. En pleine bagarre avec son équipier de team Palmyr, ce dernier passe la mi-course en leader, tandis que le Suisse Alain Girardet et Louis Ducharne suivent à quelques longueurs.

Le duel se prolonge ensuite à l’avantage de Laurent Waisler qui finit par perdre tout espoir de victoire en commettant un tête-à-queue à deux tours de l’arrivée. Il n’en assure pas moins le doublé derrière François Belle, alors qu’Alain Girardet conserve une demi-seconde d’avance sur Louis Ducharne pour le gain de la troisième place. Septième, Stéphane Brunetti remporte la classe A devant Pierre-Alain Lombardi et Brady Beltramelli après en avoir été le leader de bout en bout.

Trophée Lotus / Course 1

Pilotes engagés : 35 – Le Top 5 : 1.Rucheton, 2.Métayer, 3.Vulliez, 4.Cazalot, 5.Garcia Imaz (tous sur Lotus Seven).

En deux mots : Net dominateur des qualifications, Pascal Métayer prend logiquement la tête dès le coup d’envoi de cette course 1, mais celle-ci est rapidement arrêtée à la suite d’un accrochage entre Anthony Delhaye et Jean-Pascal Lammelin et du début d’incendie sur l’une des autos concernées.

Une fois la piste dégagée, un nouveau départ est donné. Pascal Metayer prend une nouvelle fois l’avantage et engage une superbe empoignade avec Dominique Vulliez et Claude Rucheton. A deux tours de l’arrivée, c’est au tour de ce dernier de se porter au commandement. A l’ultime freinage du virage d’Adelaïde, ils sont encore à trois de front et, comme attendu, l’ordre du podium se décide dans les derniers hectomètres.

Claude Rucheton décroche finalement le gros lot aux dépens de Pascal Métayer et Dominique Vulliez, tandis que Florent Cazalot termine lui aussi dans la même seconde ! David Mouchet place la première Caterham au onzième rang avec deux petites secondes d’avance sur Pauline Delarbre, «la » féminine de la course.

Trophée Formule Renault Classic / Course 1

Pilotes engagés : 17 (28 avec la F3 Classic) – Plateau commun avec le Trophée F3 Classic – Le Top 5 : 1. « Nelson » (Martini MK51), 2.Cazalot (Martini MK54), 3.Klein (Martini MK41), 4.Boudreault (Orion FR90), 5.Auvray (Martini MK65), etc.

En deux mots : Tenu en échec par Marc Klein lors des qualifs, « Nelson » prend le meilleur dès l’entame de la course. Non content de dominer son adversaire luxembourgeois, l’homme place rapidement la barre encore plus haut en se mêlant à la lutte des F3. Au terme des onze tours, « Nelson » se hisse au quatrième rang du classement général F3/Formule Renault confondues et s’impose nettement dans cette seconde catégorie devant Florent Cazalot, à peine débarqué de la Lotus Seven qu’il pilotait dans la course précédente, et Marc Klein. Côté « FR » atmosphériques, la victoire revient à Tony Boudreault devant Thierry Auvray, soit l’ordre inverse des essais.

Trophée F3 Classic / Course 1

Pilotes engagés : 11 (28 avec la FR Classic) – Plateau commun avec le Trophée Formule Renault Classic – Le Top 5 : 1.Rouvier (Martini MK31), 2.Jacobs (Ralt RT3), 3.Vallery-Masson (Ralt RT3), 4.Merche (Ralt RT1), 5.Jackson (Chevron B43), etc.

En deux mots : Détenteur de la pole, Frédéric Rouvier entame en leader une course rapidement neutralisée à la suite d’une sérieuse bousculade.

NDLR – Un ajout au communiqué de l’Historic Tour pour saluer le professionnalisme et l’efficacité des commissaires de piste et du personnel du Circuit de Magny-Cours. Alors que la bousculade dont il est question plus haut avait fait plusieurs victimes au niveau des voitures uniquement – en dépit d’une large trace de pneumatiques que portait le casque d’Arnaud France qu’une Formule Renault en perdition (elle-même essayant échapper au chaos) lui avait laissé en souvenir – aucun blessé n’a heureusement été signalé. Nous tenions à souligner le travail des commissaires qui firent diligence pour nettoyer la piste des fluides résiduels, évacuer les débris, dégager les voitures touchées avec les manitous, tant et si bien que la course put reprendre et aller à son terme. Chapeau bas, messieurs…

La voie libérée, l’incontestable homme fort de la saison repart de plus belle et creuse vite l’écart sur les Anglais Ian Jacobs et Simon Jackson et un Laurent Vallery-Masson qualifié en première ligne. A deux tours de l’arrivée, le duel anglo-anglais tourne mal avec le tête-à-queue de Simon Jackson. Brièvement précédé par le revenant belge Pierre Merche, le pilote-organisateur Laurent Vallery-Masson en profite pour décrocher une nouvelle invitation à rejoindre le podium. Grand perdant de cette course 1, Simon Jackson termine cinquième devant Jean-Pierre Eynard-Machet et Bernard Honnorat.

Trophée GT Classic et Supertouring Revival / Course 1

Pilotes engagés : 10 – Le Top 5 : 1.Romac (Porsche 993 GT2), 2.Smith/Moulton-Smith (BMW M3), 3.Scott./Boardman (BMW M3), 4.Marcussen (BMW M3), 5.Griffin (BMW M3), etc.

En deux mots : Hors d’atteinte de ses poursuivants dans cette course de 40 mn, Benoît Romac atteint le cap des arrêts aux stands en leader solitaire. Une fois la fenêtre de ces possibles changements de pilotes refermée, le pilote de la Porsche 993 GT2 « ex Larbre Compétition » poursuit son cavalier seul devant la Porsche 964 de Sébastien Mathieu, bientôt écartée du trio de tête par une intervention mécanique aux stands et un stop and go. Cela profite aux Britanniques venus renforcer le plateau à bord de redoutables BMW M3, emmenés par le tandem Mark Smih/James Moulton-Smith.

Maxi 1300 Series / Course 1

Pilotes engagés : 18 – Le Top 5 : 1.Besson (Alpine A110), 2.E.Thiéfain (Cooper S), 3. Destombes (Simca CG), 4.Princen (Rallye 2), 5.T.Thiéfain (Cooper S), etc.

En deux mots : Les détenteurs des quatre meilleurs chronos des essais sont à nouveau à la fête dès les premiers tours, Enzo Thiéfain et Philippe Gandini bataillant devant Guillaume Gagnard et Jean-François Besson sur autant de voitures différentes. A mi-course, la Jem GT de Philippe Gandini conserve un petit avantage sur la Ford Escort de Guillaume Gagnard et l’Alpine de Jean-François Besson, puis les évènements s’accélèrent.

Au tour suivant, les deux premiers finissent leur course dans le bac à Adelaïde ! Jean-François Besson tire les marrons du feu et s’empare définitivement du commandant devant Enzo Thiéfain. Relégué à 16’’ sur la ligne d’arrivée, Jean-Pierre Destombes arrache la troisième place en repoussant les assauts du Belge Jérémy Princen.

SportProtosCup / Course 1

Pilotes engagés : 27 – Le Top 5 : 1.Fraisse (Lucchini SP94 Alfa), 2.Kolly (Lola T292 BMW), 3.Gerbout (Osella PA8 Alfa), 4.Pargamin (Lucchini SP93 Alfa), 5.Julien (Lucchini SP94 Alfa), etc.

En deux mots : Auteur de la pole aux commandes de sa Lucchini SP94 Alfa, Rémi Fraisse impose son rythme en début de course, suivi de près par Davide Leone, qui étrenne une nouvelle Osella PA20 en compagnie de son père Valerio. A mi-course, l’Italien s’empare très brièvement du commandement, mais abandonne aussitôt, transmission HS. A l’approche des derniers tours, Rémi Fraisse n’a pas la voie libre pour autant avec Louis Kolly blotti dans son aileron, tandis que Charles Gerbout et Gérard Pargamin sont toujours dans le match. Le quatuor de tête en reste toutefois là et les intéressés franchissent l’arrivée groupés en à peine plus de trois secondes. Les deux premiers du « scratch » remportent leur catégorie, à l’instar de Francis Dougnac (Epsilon Alfa) et « Nelson » (March 81S).

Asavé Racing 65 / Essais qualifs (course unique dimanche)

Pilotes engagés : 29 – Le Top 5 : 1.Dutoya/Dutoya (Elva Mk8S), 2.Perou (Chevron B8), 3.Beltramelli (Chevrolet Corvette), 4.Valinho (Datsun 240Z), 5.Gruau/Gruau (Shelby Cobra), etc.

En deux mots : Avec le renfort de quelques concurrents du plateau frère « 66-81 », présents en invités, ce premier contingent de l’Asavé a plutôt fière allure. En attendant la course d’une heure programmée dimanche en ouverture de journée, les essais qualificatifs du jour placent en pole l’Elva Mk8S des frères Dutoya, Pierre et Laurent de leurs prénoms. Distancée de 2’’3, la Chevron B8 d’Eric Perou s’élancera également de la première ligne, suivie de la Chevrolet Corvette de José Beltramelli et de la Datsun 240Z de Jean-Charles Valinho. Crédité du cinquième chrono, Didier Gruau délaisse ce week-end son habituelle TVR 400 au profit d’une Shelby Cobra, dont il partage le volant avec son fils Julien.

Youngtimers GTI Cup / Essais qualifs (deux courses dimanche)

Pilotes engagés : 32 – Le Top 5 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 2.Hélary/Hélary (Honda Civic), 3.Benjamin (Honda Civic), 4.Mathez (Peugeot 205 GTI), 5.Fasano (Golf GTI), etc.

En deux mots : Une fois n’est pas coutume, les deux courses de la Youngtimers GTI Cup se dérouleront sur la seule journée du dimanche. Sans surprise, c’est à Franck Quagliozzi que reviendra l’honneur de démarrer depuis la pole, aux côtés de l’autre Honda Civic de la famille Hélary, sur laquelle l’ancien vainqueur des 24 heures du Mans fait équipe avec son fils Loïc. La deuxième ligne de la grille de départ sera partagée par Damien Benjamin (encore une Honda Civic !) et le Suisse Thierry Mathez (205 GTI 1,9). Du côté des Mazda MX-5 de la Roadster Pro Cup (qui deviendra un plateau éligible au championnat de France l’an prochain), le meilleur chrono est à mettre au crédit d’un certain Yann Ehrlacher, le renommé pilote de la Coupe du Monde des voitures de Tourisme (WTCR) précédant Florian Cabarrou et Tony Deschamps.

Asavé 66-81 / Essais qualifs (course unique dimanche)

Pilotes engagés : 19 – Le Top 5 : 1.Dutoya/Dutoya (Elva Mk8S), 2.Perou (Chevron B8), 3. Valinho (Datsun 240Z), 4.Regnier (Porsche Carrera 6), 5.Gruau/Gruau (Shelby Cobra), etc.

En deux mots : Bis repetita sur ce second plateau de l’Asavé, dominé comme la précédente par l’Elva des frères Dutoya (qui partageront également le volant d’une Ginetta G4R) devant la Chevron B8 d’Eric Perou. Cette fois, à Sylvain Regnier, présent sur splendide Porsche Carrera 6, que reviendra le soin de partager la deuxième ligne de la grille de départ avec la Datsun de Jean-Charles Valinho.

LES PLATEAUX INVITES

Pilotes engagés : 31 – Le Top 5 : Course A : 1.De Saeger, 2.Fastres, 3.Morisset, 4.Morel, 5.Sonntag, etc. Course 2 : 1.Morel, 2.Fastres, 3.Morisset, 4.Detry, 5.Grippon, etc.

En deux mots : Le jeune Belge David De Saeger ouvre la marque lors de la course du matin en s’imposant de peu devant Guy Fastres et Antoine Morisset, le leader de la « Cup ».

L’après-midi, la course « B » tourne cette fois à l’avantage de Frédéric Morel devant Guy Fastres, décidément abonné aux deuxièmes places.

Classic Sports Car Club (Course 1)

Pilotes engagés : 44 – Le Top 5 : 1.Davis (Caterham C400), 2.Ratcliff (Caterham C400), 3.Watson (Caterham C400), 4.Carter (Caterham C300), 5.Smith (BMW M3), etc.

En deux mots : Nouveau-venu sur l’Historic Tour, ce plateau britannique ne manque pas de piment avec 44 autos en piste et un concept multi générationnel qui fait cohabiter des véhicules de toutes époques ! Au terme de 30 mn d’une ronde très animée, la course s’achève sur un tiercé gagnant des redoutables Caterham C400.

A suivre dimanche : 12 courses, de 8 h 50 à 12 h 40 et de 13 h 30 à 18 h 30.