Les nouveautés Peter Auto 2020

Qui dit nouvelle saison, dit nouveautés ! Peter Auto ne déroge pas à la régle. 2020 sera encore une belle année pour l’organisateur des plus grandes courses classiques en Europe, que ce soit SPa-Classic, le Tour Auto ou encore le Grand Prix de l’Age D’or. Julien Hergault, chargé des relations presse pour Peter Auto nous fait le point sur ce qui va changer cette année.

Fifties Legends : « Nous avions le Sixties Endurance qui a très bien marché. Tellement que l’on avait trop de voitures, que l’on arrivait aux limites des circuits. Parfois, nous avions jusqu’à 82 autos en piste. C’était dommage car cela nous obligeait à refuser des autos qui étaient tout à fait éligibles et qui méritaient d’être là. Nous avons donc divisé le plateau avec une partie plus années 50 et début 60 (Fifties Legends) et le second (Sixties Endurance) plus tourner à partir du milieu des années 60 avec les GT40, les Cobra. Si vous vous rappelez bien, nous avions déjà fait la même chose avec le CER en créant le CER 1 et le CER 2. »

Les Dix Mille Tours en début de saison : « Jusqu’à maintenant, cette course clôturait la saison et nous avons décidé de la placer au début cette fois-ci. Le Castellet est un circuit qui s’y prête bien. Il a de grand dégagements, il met à l’aise les pilotes. Pour ceux qui vont débuter la saison avec une nouvelle voiture, ce sera plus sécurisant que de commencer à Spa, par exemple. En fin d’année 2020, nous aurons maintenant Estoril Classics, une première. Quand on allait en péninsule ibérique, nous allions à Jarama, Barcelone et là, nous serons à Estoril, au Portugal. Cela devrait être un beau meeting avec un circuit à l’ancienne qui s’y prête bien. Un peu comme on fait en Italie (Imola, Mugello,Vallelunga, Monza), le but est d’alterner les tracés pour ne pas que nos pilotes se lassent. A coté de cela, nous conservons toujours nos « classiques : Tour Auto, Spa Classic, Grand Prix de l’Age d’Or. De plus, nous avions auparavant une remise des prix que nous ne mettions pas assez en avant quand on la faisait au moment de Rétromobile. Cela faisait tard, quatre mois après la fin de la saison. Nous avons donc décidé de la faire juste après le meeting d’Estoril, sur place. Nous allons trouver un bel endroit pour cela ! »   

Le Tour Auto : « Cette année, nous mettrons en avant les prototypes Porsche. Nous devrions en avoir entre 10 et 12 : des 904, des 906, des 910, etc…Nous aurons un beau panel de Porsche, cela fait longtemps que nous n’en avions pas eu autant au départ. Ce sera vraiment chouette ! De plus, la marque allemande amènera trois voitures officiellement issues du musée Porsche avec Romain Dumas sur une Porsche 356 B Carrera Abarth GTL (1961), Gérard Larrousse à bord d’une Porsche 911 2,5L ST (1972) et Stéphane Ortelli avec une Porsche 550 Spyder (1956). L’arrivée se fera sous forme de dîner qui sera organisé au pied du Pont du Gard. Le Tour Auto a un but culturel, nous avons des concurrents qui viennent du monde entier. Ils connaissent tous Paris, la Tour Eiffel, Versailles, mais il est important de les emmener dans des endroits comme cela. Ce sera une soirée magique, à n’en pas douter. De plus, le départ a traditionnellement lieu au Grand Palais avec des autos qui partent dans le désordre. Ensuite, il y a le départ officiel où on les remet en ordre de numéros de course. Cette année, le départ officiel se fera à Montlhéry et les concurrents débuteront directement par une spéciale sur le circuit. On n’a plus le droit de faire des courses en peloton là bas, mais on peut faire une spéciale en les faisant partir une par une ! Ce sera sympa car c’est un circuit étroitement lié à Peter Auto car les Coupes de l’Age d’Or avaient lieu là-bas dans les années 80/90. »

 Endurance Racing Legends : « Nous avons lancé cette catégorie en 2018 et on alternait entre démonstration et compétition. Nous voulions un peu « tâter » le terrain pour voir si les gens étaient prêts à investir car, même si ces autos ne sont pas vieilles, les normes ont déjà changé et cela implique des modifications sur les voitures au niveau structurel, du réservoir, etc… Tout cela a un certain coût et nous ne savions pas si les concurrents étaient prêts à sauter le pas. Cependant, nous nous sommes rendu compte qu’ils étaient en faveur de la compétition et que faire des démonstrations ne les intéressait guère. Du coup, ce sera 100% compétition cette saison sur tous les circuit fréquentés dont Spa-Classic et  Le Mans Classic où on s’attend à avoir 70 à 80 voitures ! Nous avons vraiment hâte de voir ces courses ! »

A suivre avec les nouveautés de Le Mans Classic 2020…