Les Editions Glénat mettent à l’honneur Bentley aux 24 Heures du Mans

Endurance-Classic ne s’interdit de traiter aucun sujet dès lors qu’il touche à l’automobile ancienne. Les amoureux du sport auto et de la bande dessinée connaissent la collection « «Plein Gaz » éditée par Glénat. Dans cette collection figurent notamment des albums consacrés aux parcours de Colin Chapman, Jacky Ickx, à la marque Alpine…

Les 24 Heures du Mans font l’objet d’une série dont le sixième tome est paru avant l’été. Ce tome « 24 Heures du Mans 1923-1930 : la naissance d’une légende » relate les huit premières éditions des 24 Heures en se concentrant sur le parcours de la marque Bentley Motors (créée en 1919 par Walter Owen dit « W.O. » Bentley ) et plus particulièrement l’épopée des Bentley Boys, ces pilotes engagés sur des Bentley entre 1923 et 1930, pour la plupart des membres de la « upper class » britannique. Il faut noter la présence de deux français : André d’Erlanger (deux participations dont une troisième place en 1929) et Jean Chassagne (trois participations avec pour meilleur classement une quatrième place en 1929).

Denis Bernard (scénario) et Christian Papazoglakis (dessin) les auteurs de ce tome 6 n’oublient pas de traiter le contexte historique et social de ces Années Folles avec la sortie de la première Guerre Mondiale, essor de l’industrie automobile, émancipation des femmes… rappelons que le premier équipage entièrement féminin fut engagé lors de l’édition des 24 Heures de 1930, il était composé de Marguerite Mareuse et Odette Siko sur une Bugatti type 40 et se classa septième au général.

Les auteurs n’omettent pas d’illustrer ces anecdotes qui font le sel et la légende des 24 Heures du Mans. Ainsi, lors de l’édition de 1923, John F. Duff au volant de la Bentley #8, suite à une panne d’essence revint au stand en courant sur cinq kilomètres et son équipier Frank Clement repartit dans l’autre sens avec deux bidons de cinq litres sur l’épaule. N’oublions pas que lors des éditions 1923 et 1924, le règlement de course prévoyait que toutes les voitures s’arrêtent à la fin du cinquième tour pour que le pilote ferme seul la capote et vingt tours plus tard le pilote devait s’arrêter à nouveau pour rouvrir la capote.
La marque Bentley aux 24 Heures du Mans entre 1923 et 1930 ce sont notamment cinq victoires (1924, 1927, 1928, 1929 et 1930) dont trois d’affilée en trois participations pour le pilote Woolf Barnato. L’épopée prendra fin après l’édition de 1930. Bentley Motors sera victime des conséquences du krach boursier de 1929. En novembre 1931 la société Bentley Motors sera vendue à Rolls-Royce. « W.O. » Bentley se mettra au service de la marque Lagonda avec laquelle il reviendra au 24 Heures du Mans en 1939 en concevant deux voitures qui se classeront aux troisième et quatrième places.