Les cinq plus belles éditions des 12 Heures de Sebring (part 2)

1999 @archives Sebring International Raceway

Suite de l’article de Ken Breslauer, historien du circuit de Sebring, qui a classé les cinq plus belles éditions des 12 Heures de Sebring (part 1 ICI).

1999 : La toute première course de l’American Le Mans Series restera longtemps dans les mémoires comme l’une des épreuves les plus passionnantes jamais organisées à Sebring. Bien qu’il y ait eu une abondance de tours de garde, la course a été vraiment spectaculaire.

Les nouvelles BMW V12 LMR et Audi R8R ont rejoint un peloton d’habitués de l’IMSA tels que les Dyson Riley & Scott MKIII et la Ferrari 333 SP de Doyle-Risi Racing. La variété des inscrits dans toutes les catégories est impressionnante, et la course marque le début d’une nouvelle ère pour Corvette Racing.

Un jeune homme du nom de Tom Kristensen fait équipe avec Jörg Muller et J.J. Lehto pour sa première victoire à Sebring. Leur BMW gagne avec une marge de seulement 9,2 secondes sur l’équipe Dyson Racing et sa Riley & Scott Mk III #20 (Butch Leitzinger
Elliott Forbes-Robinson, James Weaver). Il s’agit de l’arrivée la plus serrée jamais enregistrée à cette époque.

De nombreuses autres victoires suivront pour Tom Kristensen, tant à Sebring (7) qu’aus 24 Heures du Mans (9). Le Danois détient d’ailleurs le record de succès dans ces deux courses de légende. Pendant une période de neutralisation de fin de course, Tom Kristensen s’est même permis le luxe de saluer ses amis du Turn 10 qu’il avait rencontrés la veille lors d’une visite à Green Park avec JJ Lehto. Cela ne se passe qu’à Sebring !

Nous avions consacré un focus sur cette BMW V12 LMR (ICI)

2011 : L’Intercontinental Le Mans Cup (ILMC), précurseur des débuts du WEC, a été intégrée aux 12 Heures de Sebring, épreuve phare de l’ALMS.

Les équipes usine Audi (R15+ TDi) et Peugeot (908) se sont affrontées tout au long de la course, la Honda HPD (HPD ARX-01e) de Highcroft Racing étant également en lice. Mais en fin de compte, c’est l’équipe ORECA Matmut Peugeot qui s’est imposée devant les équipes d’usine avec une victoire renversante et retentissante.

2011 Photo: Brian Cleary/BCPix.com

Loïc Duval, Nicolas Lapierre et Olivier Panis pilotaient la Peugeot 908 HDi FAP #10 gagnante. L’équipe Highcroft Racing, composée de David Brabham, Marino Franchitti et Simon Pagenaud, termine à la deuxième place sur leur HPD #01 dans le même tour, une performance impressionnante souvent négligée en raison de la victoire surprise de l’équipe ORECA.

Dans son livre « ORECA 40 ans », Hugues de Chaunac écrit à propos de cette course : « Nous avons préparé Sebring comme s’il s’agissait d’une finale des Jeux Olympiques. Nous avions vraiment la hargne et nous sommes arrivés là-bas particulièrement prêts et déterminés à réussir le sans-faute qui était la seule chance de nous imposer. Toutefois, cela restait un peu du domaine du rêve. 

Ce sans-faute, nous l’avons pourtant réalisé. Pas un tête à queue. Juste un petit accrochage avec l’Audi R15+ TDI #2 de Tom Kristensen, qui nous touche à l’arrière alors que nous étions en tête. Il est d’ailleurs venu s’excuser par la suite. Notre stratège, David Floury, a eu une gestion diabolique sur les sorties des voitures de sécurité. On double Peugeot quasiment sur les arrêts au stand. On ne sait jamais quelle victoire reste la plus belle, la dernière ou celle à venir. Mais celle-ci, je l’ai vécue intensément. C’était fabuleux ! Nous avions une chance sur mille au départ et nous avons réussi le casse du siècle ! « 

Photo: Julie Sueur/ORECA

D’autres éditions méméorables :

1969 : Si vous aimez les drames de fin de course, les 12 Heures de Sebring 69 en eurent plein. Plusieurs changements de leaders dans les deux dernières heures ont permis à la Ford GT40 #22 John Wyer pilotée par Jacky Ickx et Jackie Oliver de remporter une victoire surprenante. Un superbe plateau de voitures et de pilotes d’exception en 1969 a mis fin à une décennie vraiment remarquable.

1954 : Cette course est la première des nombreuses surprises de Sebring. Alors que les 12 Heures n’en étaient encore qu’à leurs débuts, elles attiraient déjà des pilotes et des constructeurs de renom. La puissante équipe Lancia était clairement favorite, mais la victoire est revenue à une petite OSCA de 1,5 litre appartenant à Briggs Cunningham et pilotée par Bill Lloyd (le cousin de Cunningham) et un pilote encore relativement inconnu nommé Stirling Moss.

1954 @archives Sebring International Raceway

1956 : le légendaire Juan Manuel Fangio a gagné deux fois en Amérique du Nord, les deux fois à Sebring et de façon consécutive (1956 et 1957). La première année a été marquée par un plateau impressionnant de voitures et de pilotes et par la première grande victoire de classe internationale de la Chevrolet Corvette (en catégorie S 8.0). Au final, Juan Manuel Fangio l’emporte avec Eugenio Castellotti sur la Ferrari 860 Monza #17 de la Scuderia Ferrari.

1992 : La course du 40e anniversaire de Sebring a été au sommet du championnat IMSA Camel GTP. L’équipe All American Racers de Dan Gurney a remporté sa première grande victoire d’endurance pour Toyota, mettant ainsi fin à la domination de Nissan. Andy Wallace et Juan Fangio III pilotaient l’Eagle-Toyota MK III #99 gagnante.

@Toyota Motorsport GmbH

1963 : Il suffit de parcourir les résultats et de lire les noms des acteurs. C’est l’époque où les pilotes de toutes les disciplines s’affrontaient en course d’endurance et aucune année ne peut se comparer à Sebring 63 à cet égard. Cette année là, John Surtees et Ludovico Scarfiotti l’emportent sur leur Ferrari 250 P #20 engagée par Sefac Ferrari.

Certaines courses de Sebring n’ont peut-être pas connu les mêmes rebondissements sur piste que d’autres, mais elles ont néanmoins été très mémorables pour les fans.

Je pense notamment au 50e anniversaire de Sebring en 2002, au Super Sebring de 2019 et à la course de 1968 qui comprenait une catégorie Trans-Am (photo). Et qui peut oublier l’incroyable arrivée de la catégorie GT2 en 2007 (voir vidéo ci-dessous), la folle course de 1984 ou la victoire de la Chaparral 2A de Jim Hall et Hap Sharp sous la pluie en 1965 ? Autant de grands souvenirs de Sebring…

1965 @Sebring International Raceway
1968 @Sebring International Raceway

Dans la vidéo ci-dessous, revivez le superbe duel des 12 Heures de Sebring 2007 pour la victoire en catégorie GT2. Il a opposé la Porsche 911 GT3 RSR #45 de Flying Lizard Motorsports (Jörg Bergmeister), qui s’inclina sous le drapeau à damier, à la Ferrari F430 GTC #62 de Risi Competizione (Jaime Melo), pour seulement 202 millièmes de secondes !

Heureusement, les années décevantes sont peu nombreuses. En tête de liste des années les plus à oublier, on trouve 1993, année où une faible présence des GTP, de fortes pluies, près de six heures de drapeau rouge et des neutralisations en ont fait une journée misérable. Mais c’était l’exception pour une course, par ailleurs, étonnante…

Rendez-vous maintenant du 11 au 14 novembre 2020 pour un nouveau chapitre de l’histoire de Sebring.

Ken Breslauer