Le saviez-vous ? Une roue de secours pour aller passer les vérifs au Mans

Nous sommes en 1976 et Inaltera fait ses débuts aux 24 Heures du Mans avec deux autos. L’incroyable aventure montée par Charles James, Jean Rondeau et une petite équipe de passionnés veut faire trembler les grands avec un prototype qui porte le nom d’une marque de papiers peints. Plutôt innovant pour l’époque.

Juin 1976 marque donc les débuts d’Inaltera au Mans avec deux prototypes motorisés par un Ford Cosworth engagés dans la catégorie GTP.

Les deux Inaltera, construites Rue Hoche dans le centre du Mans, doivent rejoindre le centre-ville pour les vérifications techniques et administratives. Les deux lieux ne sont séparés que de 1,2 km mais il n’est pas question d’y aller par la route. Les autos sont emmenées sur un camion plateau pour passer devant les contrôleurs de l’ACO.

Pour passer les vérifications, il fallait que les autos de la catégorie GTP soient équipée d’une roue de secours comme en témoigne la photo envoyée par Lucien Monté (sur la photo), l’un des premiers compagnons de Jean Rondeau. Quarante-quatre ans plus tard, Lucien croit même se souvenir qu’il fallait en plus un klaxon. Une autre époque !

En 1976, Jean-Pierre Beltoise et Henri Pescarolo raflent la catégorie GTP en terminant au 8e rang sur la #1. Christine Beckers, Jean Rondeau et Jean-Pierre Jaussaud prenaient quant à eux la 3e place en GTP.