Le Mans : un jour, une histoire…

Nous sommes en 1927 et le circuit des 24 Heures du Mans développe 17,262 km. Outre le fait qu’il faille boucler les vingt premiers tours capote levée, ce cinquième Grand Prix d’Endurance de 24 Heures a été confronté à une situation économique morose (comme quoi ça ne date pas d’hier). Le plateau faisait état de 22 autos, le tout représentant seulement deux nations : France, Angleterre.

L’édition 1927 marque les débuts de la marque Tracta à traction avant. Deux modèles étaient au départ, une pour Jean-Albert Grégoire et Lucien Lemesle, l’autre pour Pierre Fenaille et Etienne Boussod.

En rejoignant le circuit le samedi matin depuis Angers, les quatre pilotes connurent une sortie de route à l’entrée d’Arnage et trois des quatre pilotes (Grégoire, Fenaille, Bourcier) allaient se retrouver à l’hôpital du Mans. Seul Boussod, qui conduisait la Panhard, était indemne. A la mi-journée, Jean-Albert Grégoire, le moins blessé des trois, décidait de faire le mur et de monter dans un taxi pour rejoindre le circuit. Malheureusement, tous les mécanos avaient déserté faute de pilotes.

Charles Faroux, le directeur de course de l’époque, eut alors pitié du pilote sans coéquipier. Un appel par haut-parleur a permis de recruter in extremis Lucien Lemesle qui n’avait pas d’expérience, mais qui a tout de même bouclé quelques relais.

Malgré ce handicap, la Tracta était classée dès le dimanche à la mi-journée, mais un des deux réservoirs était crevé. Contre toute attente, Grégoire décida de s’arrêter entre Mulsanne et Arnage pour se reposer au pied d’un pin. Il convient de préciser qu’il devait rouler avec un casque plus grand compte tenu de ses bandages. La direction s’est alors inquiétée de ne plus voir passer la Tracta et Géo Lefèvre, second de Charles Faroux, retrouva le pilote allongé près de sa Tracta. Le pilote expliqua qu’il ne voulait plus rouler. Finalement, il boucla quelques tours jusqu’à l’arrivée. La Tracta #20 termina 7e à 40 tours des vainqueurs ci-dessous, John Benjafield et Sammy Davis sur la Bentley Sport #3…

Photo: D.R ACO