Le Mans : les brèves du lundi 13 juin 1983…

Des Porsche plus légères…

Avec trois Porsche 956 officielles, la marque allemande a de quoi jouer le haut de l’affiche. Après la victoire décrochée en 1982, on n’a cessé de travailler comme le précise Manfred Jantke, en charge de la compétition chez Porsche : « Nous avons allégé notre carrosserie et notre châssis. Nous sommes tout près de la limite de poids des Gr. C avec 810 kg. Nous avons aussi diminué notre consommation d’essence. Le moteur turbo, c’est un choix définitif chez nous. Nous continuons à travailler sur nos moteurs. En 1984, selon l’évolution du règlement, ils seront plus gros ou plus petits. L’option définitive sera arrêtée après Le Mans. »

Des Lancia modifiées…

Cesare Fiorio a avoué en arrivant au Mans que les tests d’endurance ont été effectués sur le banc avec tout de même une tentative a été effectuée la semaine passée à Imola. Les trois Lancia sont différentes de celles vues à Silverstone et Monza, avec une puissance légèrement en baisse et un capot avant modifié.

Des Porsche 956 privées différentes…

Cette année, Bob Wollek ne roule pas pour le compte de l’usine mais bien du team de Reinhold Joest. Le Strasbourgeois partage son baquet avec Klaus Ludwig et Stefan Johansson sur une 956 différentes des autos d’usine, comme il l’explique : « Notre voiture est inférieure au moins sur une dizaine de points, à celles de l’usine. Un handicap de deux à trois secondes au tour qui sera peut-être moins sensible sur 24 heures. Je suis très motivé, c’est vrai, mais pas plus que pour une autre course. Comme la plupart de mes adversaires, je fais ce métier par passion et c’est bien normal nous voulons tous gagner… »

Thierry Boutsen confiant…

Le jeune pilote compte bien être la nouvelle star en Belgique et succéder à Jacky Ickx. On le retrouve cette année aux 24 Heures du Mans sur l’une des Rondeau M482 qu’il partage avec Henri Pescarolo et Michel Ferté. Tout juste sorti d’une 7ème place en Formule 1 à Détroit, Thierry Boutsen est ravi de passer à l’Endurance : « Au Mans, avec Henri Pescarolo, nous sommes en mesure de l’emporter. J’aime aussi conduire les Gr. C. Mes premières impressions sur Rondeau à Spa ont été positives. Jean a construit une nouvelle voiture performante et je ferai tout pour lui donner satisfaction. »

Jean Rondeau et Ford France, une belle complicité…

Ford France soutient activement le constructeur manceau et Jean Rondeau le rend bien. Les 270 concessionnaires ont fait le voyage jusqu’aux ateliers du Sarthois où plus de mille personnes ont vu de près les Rondeau de course.

Les débuts de Antiope…

Le télétexte Antiope permet, en reliant sa télévision à un décodeur muni d’un clavier, d’accéder à une gamme étendue de magazines d’informations, composés de pages de textes et de graphiques en couleur. Des dizaines de décodeurs seront disséminés autour du circuit afin de permettre au public de suivre au plus près de l’action les 24 Heures du Mans. Le magazine sera préparé avec l’aide des journalistes de FR3.

Peugeot prend le large…

Le constructeur sochalien n’a jamais officiellement soutenu le programme WM mais Peugeot est maintenant plus intéressé par son programme en rallye avec une 205 Groupe B. De plus, le pétrolier qui soutenait WM a nettement réduit son engagement avec l’équipe basée à Lagny. Il reste à bien passer cette 51ème édition des 24 Heures du Mans avec une auto confiée à Dorchy/Couderc/Fabre, l’autre étant pour Raulet/Pignard/Theys.

Pas de Pink Floyd au Mans…

Le célèbre groupe ne régalera pas les spectateurs des 24 Heures du Mans mais Steve O’Rourke, manager du band, sera bien là mais au volant d’une Aston Martin roulant sous la bannière EMKA. Pour cette édition mancelle, l’Aston Martin EMKA est la plus belle évoluée des autos représentant les couleurs Aston Martin. La EMKA est équipée d’un nouveau moteur V8 5.3l développant 570 chevaux.