L’ARDEX S-80 trop en avance sur son temps ?

En 1981, l’ARDEX S-80 était considérée par beaucoup comme la voiture des années 90. Sa carrière aura finalement été de courte durée puisque l’auto ne s’est pas qualifiée pour les 24 Heures du Mans 1981. On doit ARDEX (Automobile Recherche Développement EXpérimentation) à Max Sardou.

Lors de son arrivée aux Jacobins pour les vérifications techniques, l’ARDEX S-80 était attendue. Son look atypique lui a valu le feu des projecteurs. A cette époque, Max Sardou, âgé de 34 ans, a souhaité aller loin dans l’originalité : « On a cherché à faire un maximum de nouveautés car si l’on s’était contenté de copier les modèles concurrents, cela n’aurait pas eu le moindre intérêt. » 

Le prototype recevait un moteur BMW développant 470 chevaux accouplé à une boîte de vitesses Hewland.

Patrick Perrier, l’un des pilotes, s’est vite acclimaté à sa nouvelle monture : « Au départ, la direction était très lourde, mais on a fait quelques réglages pour solutionner la chose. La stabilité de l’ARDEX est nettement supérieure à ce qu’elle est sur une voiture ordinaire qui sort de l’atelier. Dans les courbes, on a l’impression qu’elle peut aller deux fois plus vite. » 

En arrivant dans le centre-ville du Mans, Patrick Perrier avait conscience du défi qui attendait l’ARDEX : « Notre premier objectif, c’est de franchir le cap des deux jours d’essais et d’être sur la ligne de départ. Ensuite, on tâchera d’aller le plus loin possible. Ce n’est pas au niveau du moteur, du châssis ou de la tenue de route que se situent les inconnues. Mais la voiture n’est terminée que depuis ce matin, et j’ai bien peur que ce soit de petites bricoles qui nous coûtent cher. » 

Patrick Perrier partageait son baquet avec Michel Lateste. Le troisième pilote devait être Maurice Trintignant, vainqueur des 24 Heures du Mans 1954, et qui en 1981 avait déjà plus de 60 ans. « Il avait été proposé par un sponsor », expliquait Max Sardou. « Celui-ci n’a pas tenu ses engagements. Il n’y avait donc pas de raison que l’on prenne Trintignant comme troisième pilote. »