John Fitzpatrick (part 1) : « Des regrets de ne pas avoir gagné Le Mans… »

John Fitzpatrick possède sans conteste l’un des plus beaux palmarès en sport automobile. Pilote polyvalent, il a brillé dans plusieurs disciplines. Il a débuté sa carrière par des courses de Tourisme avec une place de vice-champion en championnat britannique de Tourisme derrière un certain Jim Clark. Il a décroché le titre en 1966 au volant d’une Ford Anglia et a accumulé ensuite les victoires en Tourisme (ci-dessous en 1971, victorieux à Brands Hatch avec une Ford Escort RS 1600).

Il est passé ensuite avec le même succès aux GT s’adjugeant le premier titre de Champion d’Europe GT en 1972 au volant d’une Porsche 911S de Kremer Racing. Il a remporté les 24 Heures de Daytona au général en 1976 sur une BMW 3.0 CSL avec Brian Redman et Peter Gregg, l’année où il remportait également la Bathurst 1000 sur une Holden (ci-dessous).

Il a été vainqueur des 12 Heures de Sebring en 1980 avec Dick Barbour sur une Porsche 935 K3 de Dick Barbour Racing (ci-dessous)

Il a remporté trois victoires de catégorie au Mans : 1975 sur Porsche 911 Carrera RSR avec Gijs Van Lennep, Manfred Schurti et Toine Hezemans, 1980 sur une Porsche 935 K3 avec Brian Redman et Dick Barbour et 1982 sur la Porsche 935/78 Moby Dick de son team, John Fitzpatrick Racing, photo ci-dessous. Ses meilleurs résultats au général restent une quatrième place et trois cinquièmes places.

Il a remporté bien d’autres succès à travers le monde parmi lesquels un titre IMSA GT en 1980, des victoires en DRM et en Can-Am. Si la plupart de ses titres et victoires ont été acquis en GT, il a aussi excellé en prototype avec, entre autres, une victoire aux 1000 Km de Brands Hatch avec Derek Warwick sur une Porsche 956 du John Fitzpatrick Racing en 1983 , l’année de l’arrêt de sa carrière.

Autosport International a consacré un livre à la carrière de John Fitzpatrick : « FITZ, my life at the wheel ».

John Fitzpatrick a eu la gentillesse de répondre à quelques questions pour Endurance-Classic. Nous l’en remercions vivement.

John, vous n’avez pas couru en monoplace. Était-ce un choix personnel, familial, ou un concours de circonstances ?

« Mon père m’a acheté une Mini alors que j’avais 17 ans, j’ai passé mon permis et je l’ai conduite sur route pendant 2 ou 3 ans. Plusieurs de mes amis avaient aussi des Mini et nous avons commencé à les modifier et à les engager en rallye ou dans des courses sprint. Finalement, je ne l’ai plus utilisée sur route et j’ai pris une remorque pour la transporter à cause de mes nombreux succès au cours de la première année. On m’a proposé un contrat pour piloter la Mini Cooper d’usine pour John Cooper. Ce dernier m’a offert un test dans la F3 que Jackie Stewart pilotait. Il pleuvait, j’ai fait un tête-à-queue et heurté le talus, me blessant légèrement au dos. Aussi, j’ai décidé de rester en saloon cars. »

Parmi tous vos nombreux succès (Daytona, Sebring, les titres BRSCC, IMSA et FIA GT, les victoires de catégorie au Mans, pour n’en citer que quelques-uns), lesquels sont vos préférés ?

« Mes années de compétition les plus agréables se sont passées aux Etats-Unis et mon titre favori, c’est lorsque j’ai remporté le championnat IMSA (en 1980 avec Dick Barbour Racing, ndlr).

Plus tard, j’ai aussi apprécié de piloter et de gagner avec Derek Warwick dans la Porsche 956 en Groupe C. « 

Parmi toutes vos courses, lesquelles estimez-vous être les meilleures ?

« Le succès que j’ai préféré, c’est la victoire dans les 6 Heures de Brands Hatch en 1983 avec Derek Warwick (ci-dessous) et la Porsche 956. Je suis également fier d’avoir gagné à Sebring et à Daytona. »

Vous avez remporté trois victoires de catégorie au Mans en GTS et en IMSA. Pouvez-vous dire un mot à propos du Mans ?

« Le Mans est une course fantastique et je suis fier d’y avoir eu quelques succès. C’est une course dure et on doit avoir beaucoup de chance pour y être vainqueur. Les gens disent que ça doit être très fatigant, mais la concentration m’a toujours tenu en éveil. »

Vous avez remporté la victoire au général à Daytona et à Sebring, mais pas au Mans. Avez-vous quelques regrets ? Avez-vous eu l’opportunité de faire partie d’une équipe d’usine au Mans ?

« Oui, j’ai vraiment des regrets de ne pas avoir gagné au Mans. 1980 a été ma meilleure occasion avec la Porsche 935 Dick Barbour Racing. Nous avons été en tête pendant la majeure partie de la course, mais nous avons eu un problème d’échappement vers la fin de l’épreuve et nous avons terminé 5èmes. Cependant, nous avons remporté la catégorie IMSA.

En 1973, après que j’aie gagné la Porsche Cup et le Championnat GT en 1972, je suis allé chez Porsche pour chercher une nouvelle voiture. Une jeune femme à la réception m’a dit que Manfred Jantke, le Team Manager de Porsche, souhaitait me saluer. Je suis allé le voir et il m’a dit que Porche allait faire courir une 911 Turbo en 1973 avec le soutien de Martini et qu’ils aimeraient que je la pilote. Malheureusement, j’avais signé la semaine précédente avec Ford. Si j’avais eu alors un contrat avec Porsche, cela m’aurait amené à être membre du team Porsche Rothmans plus tard au moment des Groupe C… »

A suivre…