Jesus Pareja : “J’avais le diable à mes côtés mais je suis parti”

Les 480 km de Montreal 1990 marquaient les débuts en compétition de la Peugeot 905 partagée par Jean-Pierre Jabouille et Keke Rosberg. Cette 8ème manche du Championnat du Monde d’Endurance a connu un épilogue pour le moins inédit. Les concurrents ne sont pas allés au terme de l’épreuve après une grosse sortie de piste de la Porsche 962C/Brun Motorsport de Jesus Pareja.

Une bouche d’égout du Circuit Gilles Villeneuve est allée percuter violemment la Porsche qui a commencé à s’embraser. La bouche d’égout baladeuse a tapé plusieurs autos avant de toucher la Porsche de Jesus Pareja. La seconde 962C du Brun Motorsport de Harald Huysman a elle aussi été touchée en terminant sa course contre le mur. L’actuel promoteur de l’International GT Open est revenu avec nous sur ce dramatique incident qui aurait pu avoir de graves conséquences.

“C’est le jour où je suis né une seconde fois” se souvient Jesus Pareja. “Je voulais dépasser un adversaire, je suis sorti de la trajectoire et la bouche d’égout est subitement rentrée par la gauche dans la voiture. Par chance, le poste de pilotage était à droite. Dans le cas contraire, nous ne pourrions pas en discuter. La pièce a cassé le pare-brise avant de toucher le réservoir. De l’essence est tombée sur le turbo et on connaît la suite. J’avais le diable à mes côtés mais je suis parti. Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. La voiture est partie en tête à queue.”

Capture d’écran 2017-03-25 à 17.28.17

Jesus Pareja a pu s’extraire de l’habitacle, non sans mal, avec quelques brûlures au visage : “Un pilote m’a aidé à sortir. Il y avait un véhicule d’intervention de l’autre côté du rail. Nous sommes allés les voir mais le chauffeur ne savait pas comment me ramener dans le paddock. J’ai ensuite été évacué par hélicoptère vers l’hôpital pour des soins. Des amis sont venus me voir et pour être honnête je ne voulais pas rester une minute de plus dans cette chambre d’hôpital. J’ai quitté les lieux avec eux en prenant un taxi avec comme simple vêtement la blouse de l’hôpital. J’en rigole maintenant mais cet épisode aurait pu se terminer tragiquement.”