Historic Tour : veillée d’armes au Val de Vienne

Les concurrents de l’Historic Tour sont ce week-end sur le Circuit du Val de Vienne, dans la Vienne, pour le dernier meeting des Championnats de France Historique des Circuits – Protos/Monoplaces et GT/Tourisme), avec deux titres en jeu.

Des grilles de départ copieuses

250 voitures environ sont engagées dans 10 plateaux. Le plus étoffé est celui du Trophée Lotus avec pas moins de 38 autos sous les ordres du starter ! Voici qui promet des courses très disputées…

L’été est bien fini…

Ce premier week-end automnal est bien différent de ceux que nous avons connus récemment lors des mois de juillet et d’août. Le ciel était chargé de mauvaises intentions et était très menaçant. Heureusement, le vent soufflait fort et a empêché la pluie de s’installer sur le circuit de manières permanente. Seules quelques averses -violentes- se sont abattues sur le circuit mais dans l’ensemble les conditions de piste ont été satisfaisantes.

Des horaires perturbés

Le planning de la journée a été quelque peu bouleversé. Plusieurs voitures ont laissé de l’huile sur la piste et ont nécessité l’intervention des commissaires pour un nettoyage appliqué du revêtement.

La Direction de Course a dû s’employer pour rectifier le programme mais a maîtrisé parfaitement le sujet pour assurer le respect du programme.

La Renault Spider de 1996 de retour

En 1996, Legeay Sports engageait au Mans deux Renault Spider en LM GT1 (#31 et #32). Elle était propulsée par le moteur PRV Renault, un moteur V6 à 90° (2 soupapes par cylindre) de 2975cc, un moteur Biturbo. Elles étaient pilotées, chaussées en Dunlop, lors des Préqualifications par Marc Sourd, Stéphane Daoudi et Lionel Robert (#31) et par Lionel Robert (#32). Le meilleur chrono de la # 32, 4.04.880 ne fut pas suffisant pour qu’elle puisse intégrer la liste définitive des participants à ces 24 Heures 1996. Cependant ce chrono lui valut d’être retenue comme suppléante et elle participa au warm-up des 24 Heures. Aucun forfait n’ayant été à déplorer, elle ne prit donc pas le départ de la course. Elle prit le nom de Helem V6 et prit part également aux Préqualifications des 24 Heures du Mans en 1997 et 1998. Repêchée en 1998 après les Préqualifications en raison de plusieurs forfaits, la voiture ne fut pas autorisée à courir par les commissaires techniques, la voiture n’étant pas conforme à la réglementation en vigueur (train arrière non conforme).

Patrick Legeay (qui avait engagé au Mans une Alpine A610 Turbo en GT2, qui termina 13ème au général et 6ème en GT2) , à la base de la réalisation de cette Renault Spider (avec l’aval de Christian Contzen) est présent ce week-end au Val de Vienne et veille avec amour sur le Spider. Il a entrepris la remise en état du Spider en 2019 et l’a remis dans son état de 1996 sous les couleurs Yacco. Le moteur (carter humide) développe 580 chevaux (avec une pression de 1,4 bar il pourrait atteindre 620 chevaux!!) pour le même poids qu’en 1996, à savoir 1150 kilos, avec de plus un couple impressionnant . Seule différence par rapport à 1996, la voiture est chaussée en Michelin.

La « bête » est pilotée par Arnaud Dousse. C’est un rude changement pour le pilote, qui était un des animateurs de la Formule Ford, avec donc une puissance moteur n’ayant rien à voir avec celle du Spider….

Les premières qualifications

F3 Classic

Pour être une nouvelle fois Champion de France Protos/Monoplace, Frédéric Rouvier (March 783-Toyota #59) doit remporter une des deux courses du week-end, ayant droit à un joker.

Si Rouvier a été le plus rapide dans la première des deux séances, il a été devancé dans la seconde par la Ralt TR3-Alfa Romeo #71 de Alain Girardet, auteur du meilleur chrono des deux sessions en 1.41.426.

F. Ford Historic France

François Belle (Lola T540 E #1), en cas de faux pas de Rouvier, peut encore prétendre au titre de Champion de France, mais il aura fort à faire avec Gislain Genecand (Crossle 30 F #10).


Essais privés

La Dodge Viper #23 de Julien Grenet a dominé les essais des Saloon Cars en 1.48.870 mais devra surveiller la Renault Spider #32 de Arnaud Dousse.

En course, les Saloon Cars feront cause commune avec les GT Classic (mais avec des classements distincts. En GT Classic, Laurent Sabatier (Porsche 993 GT2 #51) doit lui aussi rester invaincu. Olivier Morihain (Porsche 996 Cup #49) a été plus rapide en essais, mais il est hors championnat.

Jean Mercier, fidèle au poste...

Le pilote mayennais, 83 ans, le doyen de l’Historic Tour (et peut-être des pilotes français en activité), est toujours fidèle. Au volant de sa Formule France (la seule du plateau), une Grac MT6 Renault 1293cc, il court avec les concurrents de la Formula Ford Historic France.