Historic Tour Val de Vienne : veille de sacres

Communiqué

Au soir de cette première journée de courses de l’Historic Tour du Val de Vienne, l’issue du Championnat de France Historique des Circuits (l’Historic Tour) se précise. On en connaîtra les nouveaux lauréats ce dimanche !

8 : Le nombre de courses disputées ce samedi. 10 autres suivront dimanche.

16 : L’âge du benjamin du meeting : l’Irlandais, originaire de l’île de Man, Cameron Hawes, 6ème de la course de Youngtimers GTI Cup du jour sur une Golf GTI.

37 : Le nombre d’autos réunies sur le plateau le plus fourni du week-end : le Trophée Lotus. Suit le plateau Saloon Cars/GT Classic avec 32 autos au départ, que se partagent 38 pilotes.

254 : En millièmes de seconde, le plus petit écart du jour entre un vainqueur et son dauphin (François Belle et Gislain Genecand en Formula Ford Historic).

250 : le nombre de pilotes engagés ce week-end.

3729 : En mètres, le développement exact du circuit du Val de Vienne.

LA DECLA

« Chaque année nous sommes particulièrement heureux de pouvoir accueillir l’Historic Tour sur le circuit du Val de Vienne. Ce championnat de France offre aujourd’hui une excellente visibilité à la compétition historique en la déclinant dans toute sa diversité. Ses courses représentent un véritable musée à ciel ouvert. Pour nous qui sommes attachés au patrimoine du sport automobile, c’est très valorisant en termes d’image » (Jean-Hubert Bussac, Directeur du circuit du Val de Vienne).

L’ACTU DU SAMEDI

CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS

Challenge Formula Ford Historic / Courses 1 et 2

Le top 5 : Course 1 : 1.Genecand (Crosslé 30F), 2.Belle (Lola T540E), 3.Weil (Van Diemen RF80), 4.Vaglio-Giors (Crosslé 32F), 5.Deverly (Lola T540E). Course 2 : 1.Belle, 2.Genecand, 3.Vaglio-Giors, 4.Michel (Crosslé 32F), 5. « Nelson » (Van Diemen RF80).

En 2 mots : La remise des prix annuelle du Challenge Formula Ford Historic programmée le samedi soir, les deux courses se déroulent exceptionnellement dès ce premier jour. Dans celle du matin, la lutte s’engage dès le départ entre les occupants de la première ligne de la grille de départ, François Belle et Gislain Genecand, tandis qu’un accrochage entre Marc Faggionato et Alain Girardet laisse le premier au tapis. En tête, Belle et Genecand multiplient les dépassements, puis le Suisse parvient à se ménager une petite seconde d’avance après la mi-course. Les deux hommes rejoignent l’arrivée dans cet ordre, alors qu’Antoine Weil est le seul à terminer dans leur sillage après s’être débarrassé de Christian Vaglio-Giors.

L’après-midi, la course 2 repart sur les mêmes bases. Belle et Genecand sont de nouveau au coude à coude, rejoints dans leur bataille par Antoine Weil. A mi-course, ce dernier doit malheureusement se retirer, laissant les duettistes s’expliquer jusqu’à l’arrivée. Au terme d’un palpitant final, François Belle obtient sa revanche pour 254/1000 de seconde. De son côté, Christian Vaglio-Giors met le dernier tour à profit pour priver Xavier Michel de la troisième place. Comme le matin, Eric Lecluse s’impose en classe A, cette fois devant Régis Prévost.

Trophée F3 Classic / Course 1 (commune avec la Formule Renault Classic)

Le top 5 : 1.Rouvier (March 783), 2.Martin (Martini MK39), 3.Candiani (Chevron B38), 4.Beltramelli (March 813). 5.Paganin (Ralt RT3).

En 2 mots : A l’heure de la pré-grille, une brève averse impose le passage aux pneus pluie à l’ensemble des pilotes. Après deux premiers tours derrière le Safety Car, Frédéric Rouvier s’élance en tête devant Alain Girardet et Eric Martin. A mi-course, ce dernier s’empare de la deuxième place, à 4’’5 du leader, alors que l’assèchement rapide de la piste rend l’usage des pneus pluie de plus en plus délicat.

Frédéric Rouvier gère la situation au mieux et finit la course en vainqueur avec 2’’6 d’avance sur Eric Martin (Martini #2). Grand perdant de la course, Alain Girardet s’arrête dans le dernier tour (problème de durit d’eau), abandonnant la troisième place à un méritant Gianluigi Candiani. Seul pilote de F3 à être repassé par son stand pour chausser des slicks, Laurent Vallery-Masson s’octroie le record du tour.

Trophée Formule Renault Classic / Course 1 (commune avec la F3 Classic)

Le top 5 : 1.Vaglio-Giors (Martini MK51), 2.Mottez (Martini MK51, 3.Baudin (Martini MK54), 4.Boudon (Martini MK48), 5.Domas (Martini MK54).

En 2 mots : Le passage aux pneus pluie à l’instant du départ ne change rien à l’habituelle hiérarchie de la « FR ». Meilleur temps des « qualifs », Christian Vaglio-Giors s’impose en tête dès l’effacement de la voiture de sécurité. Derrière lui, Bruno Mottez s’accroche plutôt bien en pointant à seulement à six secondes au stade de la mi-course. Le pilote suisse augmente légèrement son avance par la suite et signe une nouvelle victoire, tandis que Philippe Baudin s’invite sur le podium. Au volant de la seule Orion présente, Gilles Renoult s’impose en catégorie « atmo ».

SportProtosCup / Course 1

Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Vulliez (Bogani 91 Alfa), 3.Boch (Lucchini P3 BMW), 4.Kolly (Lola T298 BMW), 4.Dougnac (Epsilon Alfa).

En 2 mots : Net dominateur des « qualifs » le matin, Matthieu Châteaux fait preuve d’une même autorité en course en possédant déjà une dizaine de secondes d’avance sur son plus proche poursuivant, Dominique Vulliez, à mi-parcours.

La situation reste figée jusqu’à la fin, Pierre Loup Boch décrochant pour sa part une bonne troisième place. Louis Kolly est quatrième pour son retour au volant de la Lola T298 accidentée en début de championnat. Pas de chance pour Guillaume Gagnard (Norma M14) et Jean-Baptiste Châteaux (Lucchini), successivement contraints à l’abandon alors qu’ils briguaient l’un et l’autre la quatrième place.

Trophée Formule Ford Kent / Qualifs (communes avec la Formule Ford Zetec)

Le top 5 : 1.Genecand (Van Diemen RF92), 2.Michel (Van Diemen RF90), 3.Horion (Van Diemen RF92), 4.Midy/Monteiro (Swift FB89), 5.Beloou (Van Diemen RF90).

En 2 mots : On devra attendre dimanche pour assister aux deux courses réunissant les Formule Ford à moteur Kent et leurs plus récentes cousines à mécanique Zetec. Pour les premières, la séance de qualification du jour s’achève sur la domination de Gislain Genecand.

Particulièrement véloce, le pilote suisse relègue Xavier Michel à 8/10 et le Belge Geoffroy Horion à une seconde pleine.

Trophée Formule Ford Zetec / Qualifs (communes avec la Formule Ford Kent)

Le top 5 : 1.Sanjuan (Tatuus RC99), 2.Lebreton (Van Diemen RF00Z), 3.Dousse (Van Diemen RF02Z).

En 2 mots : Encore trop méconnues malgré leur exceptionnel rapport cout/performances, les Formules Ford Zetec évoluent en comité restreint dans la Vienne, mais en présence de trois excellents pilotes capables de se disputer les victoires. Le verdict des « qualifs » du jour en fournit la démonstration avec le trio helvético-français Augustin Sanjuan, Maxime Lebreton, Arnaud Dousse réuni en une demie seconde.

CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME

Maxi 1300 Series / Course 1

Le top 5 : 1.Besson (Alpine A110), 2.Calas (Cooper S), 3.Poirier (CG coupé), 4.Destombes (CG Spider), 5.Gandini (Mini Jem).

En 2 mots : Mal parti, le « poleman » Jean-François Besson met trois tours pour récupérer son statut de leader aux dépens de Sébastien Calas, le plus prompt au feu vert. Dès lors, le pilote de l’Alpine creuse rapidement un écart conséquent devant la Mini Cooper, tandis que Philippe Gandini, parti de la première ligne au volant de sa Mini Jem, est décroché à la suite d’une coupure moteur. Au terme des 12 tours, Jean-François Besson s’impose à quasi domicile avec une confortable avance (près de 30 secondes !) sur Sébastien Calas. Derrière eux, Laurent Poirier et Jean-Pierre Destombes, tous deux sur ces Simca CG, terminent dans cet ordre après une longue passe d’armes, alors que Philippe Gandini parvient à réintégrer le top 5 dans le dernier tour. Adrien Harang et Claude Corthals, respectivement lauréats des classes 3 et 1, sont les autres vainqueurs du jour.

Roadster Pro Cup / Course 1 (commune avec la Youngtimers GTI Cup)

Le top 5 : 1.Fl.Cabarrou, 2.Fr.Cabarrou, 3.Hergault, 4.Manganaro, 5.Fresnais (tous sur Mazda MX-5).

En 2 mots : En l’absence de Ludovic Bellinato, son plus dangereux rival, Florian Cabarrou prend immédiatement la course à son compte devant… son père Franck. A mi-course, cinq secondes séparent les deux membres de la famille des Hautes Pyrénées, alors que Steeve Hergault est solidement installée à la troisième place. La fin de course confirme ce rapport de force et cet écart. Derrière Steeve Hergault, relégué à une dizaine de secondes, Massimo Manganaro et Laurent Fresnais complètent le top 5.

Youngtimers GTI Cup / Course 1 (commune avec la Roadster Pro Cup)

Le top 5 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 2.Vivas (Citroën AX Coupe), 3.Benjamin (Honda Civic), 4.Mathez (Peugeot 309), 5.Hebette (R5 GT Turbo).

En 2 mots : Crédité du deuxième temps aux essais « qualifs » de la veille, Damien Benjamin réalise la prouesse de boucler le premier tour devant l’invincible Franck Quagliozzi. Celui-ci inverse aussitôt l’ordre, tandis que Samuel Vivas vient intercaler son AX Coupe entre les deux Honda Civic. La mi-course passée, le leader du Championnat de France est déjà loin, laissant ses poursuivants s’expliquer pour la deuxième place. Dans un ultime effort, Samuel Vival parvient à conserver celle-ci avec seulement 4/10 de seconde d’avance sur son jeune rival.

Trophée Lotus / Course 1

Le top 5 : 1.Delhaye 2.Vulliez, 3.Cazalot, 4.Jacquet, 5.Beloou (tous sur Lotus Seven).

En 2 mots : A la pointe d’un peloton particulièrement fourni, le Vichyssois Philippe Koenig réalise le meilleur départ devant Anthony Delhaye, auteur de la pole, et Florent Cazalot. Dès le troisième passage, une sortie de piste impose aux belligérants plusieurs tours dans le sillage de la voiture de sécurité. La course relancée, Koenig n’est plus là et c’est au tour d’Anthony Delhaye, puis de Florent Cazalot de se succéder au commandement. A l’amorce du dernier tour, les six premiers sont encore groupés en à peine plus de deux secondes ! Anthony Delhaye, revenu en tête à ce stade de la course, conserve l’avantage jusqu’à l’arrivée avec une demie seconde d’avance sur Dominique Vulliez. Ce dernier signe ainsi sa seconde deuxième place de la journée après avoir obtenu un même résultat en SportProtosCup dans la course précédente ! Florent Cazalot complète le podium.

Asavé Racing 65 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 75)

Le top 5 : 1.J.Beltramelli (TVR Griffith), 2.Chambon (Shelby Cobra), 3.Deleplanque (Lotus Elan), 4.Guerardelle (MGB), 5.M.Beltramelli (Cortina Lotus).

En 2 mots : Meilleur performer des « qualifs », José Beltramelli donne le tempo dès le début de cette endurance de 45 mn. Au cap des 15 mn, synonyme d’ouverture de la fenêtre des arrêts aux stands, le pilote de la TVR Griffith 500 précède la Shelby Cobra de Nicolas Chambon d’une quarantaine de secondes, tandis que la Diva de Damien Kohler, auteur d’un récent podium au Tour Auto, est déjà « out ». Sans faille, la domination de José Beltramelli se confirme par la suite, son avance sur Nicolas Chambon dépassant la minute à l’amorce du dernier quart d’heure. A l’arrivée, Eugène vient compléter le podium à bord de sa Lotus Elan.

Asavé Racing 75 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 65)

Le top 5 : 1.Derossi (Elva MK7S), 2.Fischer (AMS 2000), 3.Renaut (Ford Escort RS), 4.Besson/Besson (Alpine A310 V6), 5.Valinho/Mathon (Datsun 240Z).

En 2 mots : Le plateau du week-end est particulièrement alléchant avec l’entrée en lice de la magnifique Elva MK7S de François Derossi et de l’inattendue AMS de l’Allemand Roland Fischer. Une auto d’origine italienne vue en son temps à la Targa Florio, puis aux 1000 km de Buenos Aires aux mains de Carlos Pace ! Au bout de 15 mn, ces deux protos sont à la lutte, suivis de près par la Ford Escort BDG (ex Jean-Claude Lefebvre) de Jean-Jacques Renaut. Au sortir de la séquence des passages aux stands, ce dernier est revenu à seulement 5’’ de François Derossi, tandis que Roland Fischer tente de rattraper le temps perdu lors d’un arrêt anormalement long. Ses efforts payent, puisqu’il arrache la deuxième place en vue de l’arrivée derrière le pilote de l’Elva, finalement vainqueur avec 9’’ d’avance.

Trophée GT Classic / Qualifs (communes avec le Saloon Car)

Le top 5 : 1.Sabatier (Porsche 993 GT2), 2.Mathieu (BMW M3 GTR), 3.Morihain (Porsche 996), 4.Daumas (Porsche 968), 5.Bastia (Porsche 964).

En 2 mots : De concert avec leurs homologues du Saloon Car, les pilotes de GT Classic disputeront leurs deux courses dimanche. En attendant, la séance d’essais qualificatifs du samedi matin place logiquement Laurent Sabatier au sommet de la hiérarchie. Au volant de la Porsche 993 GT2 dont il n’avait pu disposer à Nogaro, le Vauclusien relègue son ami Sébastien Mathieu (BMW M3 GTR) à 3’’8. Hors championnat, Olivier Morihain, alias « Monsieur Kennol » décroche le troisième temps.

Trophée Saloon Cars / Qualifs (communes avec le GT Classic)

Le top 5 : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Lefebvre (Audi Quattro), 3.Desmaele (Porsche 996), 4.Dousse (Renault Spider GT1), 5.Samson (Porsche 996).

En 2 mots : En prélude aux deux courses dominicales, Julien Grenet négocie les « qualifs » du jour sur la dynamique de sa double victoire de Nogaro. Intraitable aux commandes de sa Viper, il laisse l’Audi Quattro de Fabrice Lefebvre à 3’’8, tandis que Michaël Desmaele hisse sa Porsche 996 au troisième rang. Crédité du quatrième chrono, Arnaud Dousse retrouve ce week-end le volant de la magnifique Renault Spider double turbo GT1 « made in Legeay » déjà brièvement aperçu à Dijon.

L’ACTU DU LENDEMAIN

Dimanche, 10 autres courses de 9h00 à 12h10 et de 13h40 à 17h10.