Historic Tour Nogaro : Un été sans fin

Communiqué

LES CHIFFRES DU JOUR

2 : En millièmes de seconde, le plus petit écart du jour entre un vainqueur et son dauphin (Franck Julien et José Beltramelli en Asavé Racing 65/75).

10 : Le nombre de courses disputées ce dimanche.

10 : Dans le cadre du Championnat de France, le nombre de pilotes ayant remporté ce week-end les deux courses de leur plateau. Soit : José Beltramelli (TVR Griffith 400 en Asavé Racing 65), Franck Julien (Ford Escort RS en Asavé Racing 75), Julien Grenet (Dodge Viper en Saloon Cars), Laurent Sabatier (BMW M3 GTR en GT Classic), Augustin Sanjuan (Tatuus en Formule Ford Zetec), Frédéric Rouvier (March 783 en F3 Classic), Lionel Robert (Martini MK48 en Formule Renault Classic), François Belle (Lola T540 en Formula Ford Historic), Matthieu Châteaux (Debora en SportProtosCup) et Franck Quagliozzi (Honda Civic en Youngtimers GTI Cup).

60 : En remportant la course de F3 Classic d’aujourd’hui, Frédéric Rouvier inscrit son nom au prestigieux palmarès du Grand Prix de Nogaro (le 60ème du nom cette année). Y figurent, entre autres illustres champions, les noms de Schlesser, Pescarolo, Cevert, Beltoise, Larrousse, Tambay, Arnoux, Jaussaud, Streiff et autre Berger !

L’ACTU DU DIMANCHE

CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS

Trophée F3 Classic / Course 2 (commune avec la Formule Renault Classic)

Le top 5 : 2.Rouvier (March 783), 2.V.Leone (March 783), 3.Martin (Martini MK39), 4.Beltramelli (March 813), 5.Lacour (Martini MK42).

En 2 mots : Fréderic Rouvier contre les Leone père et fils, c’est l’enjeu majeur de ce nouveau match de la F3 Classic. Parti de la pole, le Français s’installe immédiatement à sa place favorite, suivi comme son ombre par Davide Leone. Au cap de la mi-course, seulement 6/10 de secondes séparent les deux hommes, tandis que Valerio Leone est lui aussi toujours au contact à 1’’6. A quatre tours de l’arrivée, Davide Leone est contraint de regagner son stand, suite à un double souci de moteur et de freins, laissant son père seul aux prises avec Frédéric Rouvier. Un dernier face à face infructueux pour l’Italien, qui s’incline pour 5/10 de seconde. Eric Martin, au terme d’une solide course, les rejoint sur le podium, tandis que Brady Beltramelli et le revenant Bernard Lacour complètent le top 5.

Trophée Formule Renault Classic / Course 2 (commune avec la F3 Classic)

Le top 5 : 1.Robert (Martini MK48), 2.Vaglio-Giors (Martini MK51), 3.Rigoulet (Martini MK41), 4.Majou (Martini MK44), 5.France (Martini MK44).

En 2 mots : Toujours aussi dominateur, le revenant Lionel Robert distance très vite Christian Vaglio-Giors, qu’il repousse à une dizaine de secondes au stade de la mi-course. Comme la veille, suivent Laurent Majou et le Gersois Matthieu Rigoulet. Le Manceau continue ensuite de creuser l’écart et signe ainsi le doublé devant son challenger suisse. En outre, il s’intercale entre les F3 à la quatrième place du scratch. Un moment en mesure d’inquiéter ce dernier, Laurent Majou, en proie à une surchauffe moteur, se contente finalement de la quatrième place, intercalé entre Matthieu Rigoulet et Arnaud France.

Trophée Formule Ford Kent / Course 2 (commune avec la Formule Ford Zetec)

Le top 5 : 1.Genecand (Van Diemen RF92), 2.Michel (Van Diemen RF90), 3. « Nelson » (Van Diemen RF92), 4.Horion (Van Diemen RF92), 5.Lukes (Van Diemen RF81).

En 2 mots : Premier leader, Geoffroy Horion brigue une seconde victoire après celle du samedi. Mais d’autres ne l’entendent pas ainsi, à commencer par Gislain Genecand, que l’on retrouve au commandement à mi-course devant Xavier Michel et le pilote belge. Pénalisé par un Drive through, celui-ci doit se contenter d’une maigre quatrième place à l’arrivée, loin de Gislain Genecand et Xavier Michel, restés au coude à coude jusqu’à l’arrivée. Pour 9/10 de seconde, le Suisse sauve sa première place sur la ligne d’arrivée.

Trophée Formule Ford Zetec / Course 2 (commune avec la Formule Ford Kent)

Le top 5 : 1.Sanjuan (Tatuus RC99), 2.Heudicourt (Mygale SJ02), 3.Dousse (Van Diemen RF02Z), Beloou (Van Diemen RF02Z).

En 2 mots : Vainqueur samedi, Augustin Sanjuan s’impose à nouveau en tête du peloton dès les premiers tours. Après une course neutralisation, le Suisse passe la mi-course avec Eric Heudicourt, Arnaud Dousse et Nicolas Beloou lancés à ses trousses. Par la suite, Arnaud Dousse lâche prise, ralenti par un souci de pot catalytique, tandis que Nicolas Beloou est contraint à l’abandon, moteur « out ». Dernier des challengers d’Augustin Sanjuan, Eric Heudicourt termine finalement la course à 4’’3 du pilote suisse.

Challenge Formula Ford Historic / Course 2

Le top 5 : 1.Belle (Lola T540), 2.Genecand (Crosslé 25F), 3.Michel (Crosslé 32F), 4.Lukes (Van Diemen RF81), 5.Lunardi (Van Diemen RF77).

En 2 mots : Sixième à l’arrivée de la course de samedi, Eric Lukes crée la surprise en bouclant les trois premiers tours en tête. La course reprend sitôt après une tournure plus familière avec Gislain Genecand et François Belle aux deux premières places, tandis que Dino Lunardi doit effectuer un Drive through pour avoir anticipé le départ. A l’approche de la mi-course, une sortie de piste implique une neutralisation temporaire de la course. La course relancée par un dernier sprint de cinq tours, François Belle et Gislain Genecand se retrouvent seuls à se disputer la victoire, quelques encablures devant Xavier Michel et Eric Lukes. Comme la veille, le Drômois a le dernier mot et s’impose pour 6/10. A une dizaine de secondes, Xavier Michel s’invite lui aussi sur le podium, tandis que la victoire de la classe A revient à Stéphane Brunetti.

SportProtosCup / Course 2

Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Gagnard (Norma M14 BMW), 3.De Murard (Merlin MP46 Alfa), 4.Dougnac (Epsilon Alfa), 5.Destombes (Peugeot 905).

En 2 mots : Malgré la résistance offerte par Guillaume Gagnard et sa très belle Norma M14, Matthieu Châteaux prend très vite la course à son compte.

Course – Historic Tour 2020 – Nogaro – SportProtos Cup

Dans le trio de tête, Dominique Vulliez ne dépasse malheureusement pas le troisième tour. Sans le moindre suspense, Matthieu Châteaux creuse l’écart au fil des tours et rejoint l’arrivée avec plus d’une demi-minute d’avance sur Guillaume Gagnard. Bon troisième, Josserand De Murard termine devant Alexandre Dougnac, le fils de Francis vu la veille au volant de l’Epsilon familiale. Carlos Tavarès hisse sa Chevron #58 au sixième rang.

Groupe – Historic Tour 2020 – Nogaro – SportProtos Cup

CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME

Maxi 1300 Series / Courses 1 et 2

Le top 5 : Course 1 : 1.Majou (Cooper S), 2.Falière (Rallye 2), 3.Barrere (Cooper S), 4.Quirière (Cooper S), 5.Princen (Rallye 2). Course 2 : 1.Gandini (Jem GT), 2.Falière, 3.Destombes (Simca CG), 4.Quirière, 5.Harang (Cooper S).

En 2 mots : Journée chargée pour les pilotes du Maxi 1300 Series avec une première course en début de journée, puis une seconde programmée en fin d’après-midi. Crédité de la pole avec sa Jem GT, Philippe Gandini perd gros au départ de celle du matin, en l’anticipant un peu trop au goût de la Direction de course. Sanctionné par un Drive through, il laisse Laurent Majou prendre ses aises au commandement. A mi-course, le pilote de la Mini Cooper compte 6’’7 d’avance sur le Belge Jérémy Princen (Rallye 2), et une dizaine de secondes de marge sur Alexandre Falière (Rallye 2), bientôt rattrapé par un certain Gandini, en pleine remontée. A quatre tours de l’arrivée, l’intrusion du Safety Car offre à celui-ci l’occasion de gommer son retard. Désormais groupés, les hommes de tête repartent pour deux derniers tours particulièrement animés, mais Laurent Majou tient bon et conserve 3’’8 d’avance sur Philippe Gandini à l’arrivée, avant que ce dernier ne soit doublement pénalisé, notamment pour une vitesse excessive lors de son Drive through.

Dans la course de l’après-midi, Philippe Gandini est immédiatement débarrassé de Laurent Majou (défaut de pression d’huile). Après avoir laissé Alexandre Falière mener les deux premiers tours, le pilote de la Jem GT prend l’avantage et file vers la victoire. Derrière Falière et Jean-Pierre Destombes, Philippe Quirière remporte la classe 3 pour la seconde fois de la journée.

Asavé Racing 65 / Course 2 (Commune avec l’Asavé Racing 75)

Le top 5 : 1.J.Beltramelli (TVR Griffith), 2.Chambon (Shelby Cobra), 3.Ancelin/Robert (Lotus Elan), 4.Deleplanque (Lotus Elan), 5.Dauxerre (Porsche 911 3.0 SC).

En 2 mots : Insatiable chasseur de victoires, José Beltramelli fait parler le V8 de sa TVR Griffith 400 dès le départ et atteint le cap des 15 mn, synonyme d’ouverture de la fenêtre des arrêts aux stands, avec plus de 23’’ d’avance sur la magnifique Shelby Cobra de Nicolas Chambon. A l’instar du samedi, Le Troyen boucle finalement ses 45’ de course en vainqueur avec 54’’ d’avance sur la Shelby Cobra, malgré un tête-à-queue, mais abandonne la victoire au scratch pour… un millième de seconde ! A l’image de la course 1, Lionel Robert effectue un relai express pour hisser au troisième rang la Lotus Elan qu’il partage avec Philippe Ancelin.

Asavé Racing 75 / Course 2 (Commune avec l’Asavé Racing 65)

Le top 5 : 1.Julien (Ford Escort RS), 2.Besson/Besson (Alpine A110), 3.Dauxerre (Porsche 911 3.0 SC), 4.L’Eplatennier (Porsche 911 3.0 SC).

En 2 mots : Comme la veille, Franck Julien se porte immédiatement en tête de cette course de 45 mn avec arrêt obligatoire (2’30’’ minimum). Au bout de 15 mn, le pilote de l’Escort RS à moteur Ford BDG possède déjà une confortable avance sur l’Alpine A310 de Gérard Besson et la Porsche 911 3l SC de Fabien L’Eplatennier. Sans soucis la Ford de WG British Racing poursuit sa démonstration après les arrêts aux stands et s’impose ainsi pour la seconde fois. Passée aux mains de Jean-François Besson (par ailleurs privé de ses courses de Maxi 1300 Series à cause d’un embrayage défaillant sur son autre monture), l’Alpine A310 termine à 1’34’’ au terme des 45 minutes de course. Vainqueur de son plateau, Franck Julien remporte également cette course au scratch après avoir rattrapé José Beltramelli sur la ligne d’arrivée.

Trophée Lotus / Course 2

Le top 5 : 1.Jacquet, 1.Delhaye, 3.Vulliez, 4.Garcia Imaz 5.Deleplanque (tous sur Lotus Seven).

En 2 mots : Emaillée de plusieurs accrochages, la seconde rencontre du Trophée Lotus démarre de manière tumultueuse et impose immédiatement l’entrée en piste de la voiture de sécurité. La course relancée, Xavier Jacquet est pointé en tête avec Emmanuel Garcia Imaz et Dominique Vulliez blottis dans ses roues. Un nouveau Safety Car permet ensuite au peloton de chasse de faire la jonction avec ces trois échappés. La course relancée pour cinq tours, Xavier Jacquet se donne un peu d’air en tête, quelques secondes devant Emmanuel Garcia Imaz, Anthony Delhaye, bien revenu après un départ raté, et Dominque Vulliez. Vainqueur de la course du samedi, Anthony Delhaye se hisse par la suite à la deuxième place et termine en trombe en échouant à seulement 7/10 du vainqueur Xavier Jacquet.

Trophée GT Classic / Course 2 (commune avec le Saloon Car)

Le top 5 : 1.Morihain (Porsche 996), 2.Sabatier (BMW M3 GTR), 3.Daumas (Porsche 968), 4.Mathieu (Porsche 964), 5.Rosembly (BMW Z3M).

En 2 mots : Evoluant en invité, hors championnat, Olivier Morihain hisse sa Porsche 996 Cup au commandement dès le coup d’envoi de cette seconde course de GT Classic, partagée avec le plateau du Saloon Cars. A mi-course, Laurent Sabatier est sagement installé à la deuxième place (à une demi-minute du patron de Kennol) avec la BMW M3 GTR que lui prête ce week-end Sébastien Mathieu, tandis que Gilbert Daumas complète le tiercé de tête. Celui-ci deviendra définitif neuf tours plus tours, Sébastien Mathieu, contraint d’opérer un arrêt à son stand, et Geoffroy Rosembly venant compléter le top 5 du jour.

Trophée Saloon Cars / Course 2 (commune avec le GT Classic)

Le top 5 : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Delannoy (Porsche 996), 3.Derognat (BMW 323i), 4.Lortal (Caterham), 5.Desmaele (Porsche 996).

En 2 mots : Impérial en course 1, Julien Grenet repart au combat avec la même soif de victoire. Alain Derognat tente vainement de le suivre, perd un temps précieux sur un tête-à-queue, puis se fait déloger de la deuxième place par Patrick Delannoy. A mi-course, ces deux poursuivants sont respectivement à 11 et 15’’ de la Viper de tête. Derrière un Julien Grenet intouchable jusqu’au bout, Patrick Delannoy et Alain Derognat terminent dans cet ordre, séparés par à peine plus de trois secondes, tandis que Thierry Lortal, quatrième, progresse d’une place par rapport à la veille.

Roadster Pro Cup / Course 2 (commune avec la Youngtimers GTI Cup)

Le top 5 : 1.Fl.Cabarrou, 2.Bellinato, 3.Dubelly, 4.Fr.Cabarrou, 5.Nougaret (tous sur Mazda MX-5).

En 2 mots : Les deux actuels hommes forts de la Roadster Pro Cup, Ludovic Bellinato et Florian Cabarrou, reprennent immédiatement leur duel de la veille. Absolument inséparables, les deux compères jouent des coudes et tentent de profiter au maximum du phénomène d’aspiration. Le spectacle est permanent et l’issue de leur lutte parfaitement indécise. Il faut bien évidemment attendre le dernier tour pour voir Florian Cabarrou obtenir le dernier mot à l’issue de ce qui restera surement le plus bel affrontement du week-end ! A huit secondes, Elie Dubelly s’offre un second podium après avoir pris l’ascendant sur Cabarrou père.

Youngtimers GTI Cup / Course 2 (commune avec la Roadster Pro Cup)

Le top 5 : 1.F.Quagliozzi (Honda Civic), 3.Vivas (Citroën AX Coupe), 3.Mathez (Peugeot 309), 4.M.Quagliozzi (Honda Civic), 5.Hawes (Golf GTI).

En 2 mots : Comme un remake de la veille, Franck Quagliozzi prend immédiatement ses aises en tête de la course, tandis que Samuel Vivas reste très vite le seul à tenir sa cadence. Mais à l’impossible nul n’est tenu. Le pilote de l’AX finit par lâcher prise et à rejoindre l’arrivée à la deuxième place avec sur solide avance sur le Suisse Guillaume Mathez. Michel Quagliozzi, le père du vainqueur, complète le quatuor gagnant.