Historic Tour : le samedi à Nogaro

Communiqué

LES CHIFFRES DU JOUR

8 : Le nombre de courses disputées ce samedi. 10 autres suivront dimanche.

176 : En millièmes de seconde, le plus petit écart du jour entre un vainqueur et son dauphin (Anthony Delhaye et Xavier Jacquet en Trophée Lotus).

250 : le nombre de pilotes en course ce week-end.

2017 : L’année de la précédente venue de l’Historic Tour à Nogaro.

3636 : En mètres, le développement exact du circuit de Nogaro.

LA DECLA

« Notre marque Kennol (*) est partenaire de l’Historic Tour depuis 2019. C’est un championnat qui ne cesse de monter en puissance avec de beaux plateaux et une excellente organisation. Nous le soutenons en marge d’autres implications, y compris au plus haut niveau comme en F2 ou en LMP1. L’idée nous est également venue d’engager une auto à nos couleurs. Il s’agit d’une Porsche 996 que j’étrenne ce week-end sur le plateau du GT Classic. A titre personnel, il s’agit d’une reprise, près d’une dizaine d’années après mes dernières courses en Coupe de France des circuits » (Olivier MORIHAIN, Président de Kennol et concurrent de l’Historic Tour de Nogaro). »

(*) Rappel : Dans le cadre des « Kennol Awards », un pilote particulièrement méritant est récompensé à l’issue de chaque course.

L’ACTU DU SAMEDI

CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS

Trophée F3 Classic / Course 1 (commune avec la Formule Renault Classic)

Le top 5 : 2.Rouvier (March 783), 2.D.Leone (Alba), 3.V.Leone (March 783), 4.Martin (Martini MK39), 5.Beltramelli (March 813).

En 2 mots : Auteur du meilleur chrono lors des premières « qualifs » du vendredi, Frédéric Rouvier boucle le premier tour en tête devant Davide Leone et Eric Martin, rapidement dépassé par Valerio Leone. Toujours leader au stade de la mi-course, le pilote de Cannes ne compte alors qu’une seconde d’avance sur le fils Leone, alors que son père Valerio reste en embuscade à trois secondes. Les espoirs de la famille italienne s’estompent ensuite peu à peu et, en dépit d’une belle résistance, Davide Leone doit finalement s’incliner de 1,9’’ face à l’indomptable Rouvier. Eric Martin et Brady Beltramelli, dans un bon rythme l’un et l’autre, complètent le top 5.

Trophée Formule Renault Classic / Course 1 (commune avec la F3 Classic)

Le top 5 : 1.Robert (Martini MK48), 2.Vaglio-Giors (Martini MK51), 3.Majou (Martini MK44), 4.Rigoulet (Martini MK41), 5.France (Martini MK44).

En 2 mots : De retour sur le plateau de la Formule Renault Classic, Lionel Robert se rappelle au bon souvenir de tous dès les essais « qualifs ». Crédité du temps de référence, le Manceau confirme sa suprématie en course en distançant peu à peu Christian Vaglio-Giors, qui demeurait invaincu depuis le début du championnat. Nanti de 17’’ d’avance sur la ligne d’arrivée, Lionel Robert impose sans contestation sa Martini MK48 « ex Claude Dégremont », tandis que Laurent Majou vient compléter le podium. Malgré un tête-à-queue, le local Matthieu Rigoulet empoche la quatrième place devant Arnaud France.

Trophée Formule Ford Kent / Course 1 (commune avec la Formule Ford Zetec)

Le top 5 : 1.Horion (Van Diemen RF92), 2.Genecand (Van Diemen RF92), 3.Michel (Van Diemen RF90), 4.Lukes (Van Diemen RF81), 5.Kozyreff (Reynard 88F).

En 2 mots : Auteur du meilleur chrono des Formule Ford Kent aux essais, Geoffroy Horion laisse filer les versions Zetec, avantagées sur ce tracé, dès le début de course mais tient en respect toutes les autres Formule Ford à moteur Kent. Solide leader durant les douze tours, le Belge parvient finalement à garder l’avantage sur son rival suisse, battu de seulement 723/1000 de seconde. Détenteur de la troisième place de bout en bout, Xavier Michel complète le podium.

Trophée Formule Ford Zetec / Course 1 (commune avec la Formule Ford Kent)

Le top 5 : 1.Sanjuan (Tatuus RC99), 2.Beloou (Van Diemen RF02Z), 3.Heudicourt (Mygale SJ02), 4.Dousse (Van Diemen RF02Z), 5.Rausch (Mygale SJ03).

En 2 mots : Parti de la première ligne, Augustin Sanjuan effectue un formidable départ et se ménage immédiatement une précieuse avance sur le poleman Arnaud Dousse et sur son équipier Nicolas Beloou, de retour sur le trophée. A mi-course, ces derniers sont à la lutte, mais déjà à près d’une dizaine de secondes de l’irrésistible pilote suisse. Celui-ci maintient son avance jusqu’à une fin de course animée par l’enjeu pour la deuxième place, que convoitent Arnaud Dousse, Maxime Lebreton, auteur d’une superbe remontée, et Nicolas Beloou. Celui-ci s’en sort finalement le mieux après l’accrochage de ses deux adversaires dans le dernier tour.

SportProtosCup / Course 1

Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Gagnard (Norma M14 BMW), 3.Vulliez (Bogani 91 Alfa), 4.Dougnac (Epsilon Alfa), 5.De Murard (Merlin MP46 Alfa).

En 2 mots : Incontestable maître du jeu dès les essais, Matthieu Châteaux prend rapidement le large au volant de sa Debora, suivi d’un autre proto mu par un même BMW M12/7 ; la Norma M14 de Guillaume Guignard (que son concepteur Norbert Santos est venu retrouver à Nogaro). Avec une quinzaine de secondes d’avance dès la mi-course, tout suspense est vite oublié. S’ensuit une courte neutralisation, puis une relance pour trois derniers tours et une ultime chevauchée victorieuse de Matthieu Châteaux. Derrière Guillaume Gagnard et Dominique Vulliez, un peu plus tôt en action en Trophée Lotus, Francis Dougnac conclut sa course de rentrée à la quatrième place.

Challenge Formula Ford Historic / Course 1

Le top 5 : 1.Belle (Lola T540), 2.Genecand (Crosslé 25F), 3.Lunardi (Van Diemen RF77), 4.Michel (Crosslé 32F), 5. « Nelson » (Van Diemen RF80).

En 2 mots : L’ultime course du samedi démarre très mal avec la sévère sortie de piste (heureusement sans gravité) de Didier Mantz dès le premier virage. Un nouveau départ est donné, qui voit le « poleman » Gislain Genecand loupé son envol au bénéfice de son compatriote Christian Vaglio-Giors. Très vite, c’est au tour de François Belle de prendre les opérations en mains et de se détacher de notre Suisse, bientôt dépassé par un certain… Dino Lunardi. Invité à se replonger dans la discipline de ses débuts, le pilote de LMP3, ex champion d’Allemagne en GT, n’est pas là pour faire de la figuration ! La mi-course pas encore atteinte, Vaglio-Giors est déjà « out » et le Safety Car de sortie.

Le match relancé, François Belle tient bon en tête et finit par prendre quelques longueurs d’avance sur Dino Lunardi, finalement rattrapé et dépassé par Gislain Genecand dans le dernier tour. Xavier Michel et « Nelson » complètent le top 5, tandis que la victoire de la classe A revient à Eric Lecluse devant une débutante en monoplace : Charlotte Berton. Pour une première expérience, la quadruple championne de France des rallyes termine à une prometteuse dixième place.

CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME

Trophée GT Classic / Course 1 (commune avec le Saloon Car)

Le top 5 : 1.Morihain (Porsche 996), 2.Sabatier (BMW M3 GTR), 3.Mathieu (BMW M3 GTR), 4.Rosembly (BMW Z3M), 5.Bastia (Porsche 964).

En 2 mots : Trahi par le double turbo de sa Porsche 993 GT2 dès les essais libres, Laurent Sabatier trouve heureusement une solution de secours : sportif, son camarade du GBF Racing Sébastien Mathieu lui laisse le volant de sa propre BMW M3 GTR ! Le Vauclusien signe à son bord le meilleur temps en « qualifs », puis entame la course en tête avant d’être rattrapé par un certain… Sébastien Mathieu, finalement parti bon dernier avec son ancienne Porsche 964. Dès lors, ce dernier s’échappe, tandis qu’Olivier Morihain vient ravir la deuxième place à Laurent Sabatier à mi-course. La cause semble entendue pour Sébastien Mathieu, mais sa cadence baisse soudainement en fin de course, ce qui profite à la Porsche 996 d’Olivier Morihain, premier à passer sous le drapeau à damier. Deuxième, Laurent Sabatier sauve l’essentiel : le vainqueur évoluant en invité « hors championnat », il engrange les points de la victoire.

Trophée Saloon Cars / Course 1 (commune avec le GT Classic)

Le top 5 : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Derognat (BMW 323i), 3.Delannoy (Porsche 996), 4.Desmaele (Porsche 996), 5.Lortal (Caterham).

En 2 mots : Partis de la première ligne, le poleman Julien Grenet (Dodge Viper) et son dauphin Alain Derognat (BMW 323i) pointent à nouveau dans cet ordre dès le début de course. En grande forme, le pilote de la Viper se détache ensuite et porte son avance à une dizaine de secondes au cap de la mi-course. L’écart continue de croître par la suite et les deux hommes rejoignent l’arrivée sans plus de soucis. Troisième à près d’une cinquantaine de seconde, Patrick Delannoy précède Michael Desmaele, tous deux à bord de Porsche 996. Le top 5 est complété par un Thierry Lortal toujours aussi véloce au volant de sa Caterham.

Trophée Lotus / Course 1

Le top 5 : 1.Delhaye 2.X.Jacquet, 3.Koenig, 4.Garcia Imaz 5.Vulliez (tous sur Lotus Seven).

En 2 mots : Auteur d’une superbe pole avec une demi-seconde d’avance sur son plus proche poursuivant, Anthony Delhaye prend immédiatement la course à son compte. Dans son sillage, Florent Cazalot tient son rythme avant de devoir abandonner au bout de cinq tours (fil de bougie débranchée). A mi-course, Xavier Jacquet est à son tour dans le rôle du « chasseur », à quelques 3’’7 de Delhaye, juste avant qu’une sortie de piste ne provoque un regroupement derrière le Safety Car. La course relancée pour trois derniers tours, Anthony Delhaye et Xavier Jacquet se retrouvent au coude à coude pour se disputer la victoire. Le Francilien conserve finalement 176/1000 d’avance sur Xavier Jacquet au terme de ce superbe épilogue. Bon troisième, Philippe Koenig résiste jusqu’au bout à Emmanuel Garcia Imaz et Dominique Vulliez, le double vainqueur de Charade.

Roadster Pro Cup / Course 1 (commune avec la Youngtimers GTI Cup)

Le top 5 : 1.Bellinato, 2.Fl.Cabarrou, 3.Dubelly, 4.Fr.Cabarrou, 5.Nougaret (tous sur Mazda MX-5).

En 2 mots : Superbe plateau pour cette manche de Nogaro avec pas moins de 27 Mazda MX-5 prêtes à en découdre sur la piste gersoise. Comme sur les courses précédentes Florian Cabarrou et Ludovic Bellinato s’affirment dès les « qualifs » comme étant les plus sérieux candidats à la victoire. Les deux hommes bouclent le premier tour dans cet ordre, puis une neutralisation sous Safety Car les prive de quelques tours d’empoignade. Celle-ci reprend bien évidemment dès la relance, nos duettistes inversant rapidement leurs positions. Avec 2’’2 de marge, Ludovic Bellinato sort finalement vainqueur de ce duel, alors qu’Elie Dubelly prend une belle troisième place à une dizaine de secondes. Julien Nougaret remporte la Coupe Adour Océan réservée aux pilotes régionaux.

Youngtimers GTI Cup / Course 1 (commune avec la Roadster Pro Cup)

Le top 5 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 3.Vivas (Citroën AX Coupe), 3.Mathez (Peugeot 309), 4.Hawes (Golf GTI), 5.Paupette (Citroën AX Coupe).

En 2 mots : Sans grande surprise, Franck Quagliozzi domine les débats dès le début de course, tandis que Samuel Vivas tente de lui emboîter le pas avec son ancienne Citroën AX de la « Coupe ». A mi-course, 2’’5 les séparent. L’écart augmente sensiblement par la suite et le Mâconnais à la Honda Civic file vers une énième victoire. Bon troisième dès le départ à bord de sa Peugeot 309 GTI groupe A, le Suisse Guillaume Mathez se maintient à ce rang jusqu’à l’arrivée. Michel Quagliozzi et Jacques Boutolleau pénalisés, la quatrième place revient à l’Irlandais Cameron Hawes et sa Golf GTI.

Asavé Racing 65 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 75)

Le top 5 : 1.J.Beltramelli (TVR Griffith), 2.Cambon (Shelby Cobra), 3.Ancelin/Robert (Lotus Elan), 4.Deleplanque (Lotus Elan), 5.Dayraut (Porsche 911 2.0).

En 2 mots : En manque de concurrence directe au volant de sa TVR Griffith 400, José Beltramelli prend une trentaine de secondes d’avance dès le premier quart d’heure de cette endurance de 45 mn. Derrière lui, une bataille s’engage pour la deuxième place entre deux autres superbes autos couvées par le team ATS : la Jaguar type E d’Arnold Robin et la Shelby Cobra de Nicolas Chambon. Après la séquence des arrêts aux stands, derrière un José Beltramelli intouchable, Lionel Robert se charge d’animer la fin de course au volant de la Lotus Elan de Philippe Ancelin. Troisième sous le drapeau à damier, il échoue à seulement 13’’ de la Shelby Cobra de Nicolas Cambon. Vainqueur en « 65 », José Beltramelli remporte également la course au scratch, moins de trois secondes devant le vainqueur du plateau « 75 », Franck Julien.

Asavé Racing 75 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 65)

Le top 5 : 1.Julien (Ford Escort RS), 2.Besson/Besson (Alpine A110), 3.Dauxerre (Porsche 911 3.0 SC), 4.L’Eplatennier (Porsche 911 3.0 SC).

En 2 mots : L’absence de quelques habitués du plateau est en partie compensée par la venue de la Ford Escort de WG British Racing (aux mains de Franck Julien), désormais équipée d’un redoutable Ford BDG de 300 ch, et du retour de l’Alpine A310 V6 de Gérard Besson, vue sur le Tour Auto quelques jours plus tôt. Au bout de 15 mn, alors qu’intervient l’ouverture des stands pour les arrêts obligatoires de cette course de 45 mn, les deux hommes occupent les deux premières places. C’est toujours le cas à l’attaque du dernier quart d’heure. Jean-François Besson, désormais à bord de l’Alpine paternelle, réduit légèrement l’écart mais bien insuffisamment pour imposer une quelconque menace sur la Ford Escort victorieuse.

Maxi 1300 Series / Qualifs

Le top 5 : 1.Gandini (Jem GT), 2.Majou (Cooper S), 3.Besson (Alpine A110), 4.Princen/Chapel (Rallye 2), 5.Destombes (Simca CG).

En 2 mots : Les deux courses du Maxi 1300 Series se déroulent exceptionnellement ce week-end sur la seule journée du dimanche. De fait, l’apparition en piste de ses animateurs s’effectuait aujourd’hui dans le cadre des essais qualificatifs. Philippe Gandini (Jem GT), Laurent Majou (Cooper S) et Jean-François Besson (Alpine A110) les achèvent dans cet ordre, groupés en guère plus d’une seconde. La promesse d’une double course dominicale particulièrement indécise ! Adrien Harang (Cooper S) et Claude Corthals (A112 Abarth) décrochent le meilleur chrono de leurs catégories respectives.

L’ACTU DU LENDEMAIN

Dimanche, 10 autres courses de 9h00 à 12h30 et de 13h45 à 16h50.