Historic Tour Dijon, samedi : place aux aoûtiens

Communiqué

En cette date peu habituelle de la mi-août, la deuxième séquence du Championnat de France Historique des circuits a débuté dans une agréable ambiance estivale. Onze nouvelles courses l’agrémenteront dimanche.

LES CHIFFRES DU JOUR

6 : Le circuit de Dijon Prenois accueille le Championnat de France Historique des Circuits pour la sixième année de suite, soit depuis sa création.

9 : Le nombre de courses disputées ce samedi. 11 autres suivront dimanche.

11 : Le nombre de nationalités représentées parmi la centaine de pilotes étrangers réunis ce week-end.

17 : En années, l’âge du benjamin des pilotes du week-end : Thomas Compain, débutant en Youngtimers GTI Cup.

83 : L’âge du doyen du meeting, Jean Mercier, pilote d’une Grac de Formule France.

41 : En millièmes de seconde, le plus petit écart du jour entre un vainqueur et son dauphin (Xavier Jacquet et Anthony Delhaye en Trophée Lotus).

3801 : En mètres, le développement du circuit de Dijon Prenois.

LA DECLA

« C’est une belle satisfaction de constater que les spectateurs ont répondu à notre appel. Malgré le report à cette date du 15 août et les limites qui nous sont imposées dans le cadre du protocole sanitaire, ils sont plus nombreux que l’an passé. De même, nous avons le plaisir d’avoir des plateaux bien fournis, notamment grâce à la venue de nos amis belges et allemands » (Laurent Vallery-Masson, HVM Racing).

L’ACTU DU SAMEDI

CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS

Trophée Formule Ford Kent / Course 1

Le top 5 : 1.Horion (Van Diemen RF92), 4.Genecand (Van Diemen RF92), 3.Hackel (Van Diemen RF91), 4.Michel (Van Diemen RF90), 5.Métayer (Van Diemen RF90).

En 2 mots : Pour la toute première course du week-end, le Trophée Formule Ford Kent rassemble un effectif record et très international de 35 pilotes. Parmi eux, le Suisse Gislain Genecand est le plus prompt à se porter au commandement et boucle les quatre premiers tours en leader devant le poleman Geoffroy Horion. A mi-course, la bataille fait rage entre ces deux-là, mais aussi l’Allemand Dieter Hackel et le Français Xavier Michel, les quatre hommes étant groupés en une demie seconde. Peu après, Pascal Métayer rejoint à son tour ce tumultueux groupe de tête, où les positions changent pratiquement à chaque passage ! Cette course incroyablement disputée s’achève finalement sur la victoire du Belge Geoffroy Horion, irrésistible lors des deux derniers tours. Quatrième, Xavier Michel signe le meilleur résultat du contingent français.

Challenge Formula Ford Historic / Course 1

Le top 5 : 1.Timms (Chevron B15), 2.Belle (Lola T540E), 3.Derossi (Chevron B17), 4.Widmer (Merlyn BT18), 5.Genecand (Crosslé 25F).

En 2 mots : Pour son deuxième rendez-vous de la saison, le Challenge Formula Ford Historic complète son plateau du week-end avec un joli contingent de monoplaces de F3 1000 cm3. Après la pole signée le vendredi par l’un de leurs pilotes, l’Anglais Jeremy Timms (sur une Chevron ex Reine Wisell), c’est François Belle qui se charge de placer sa Lola de Formule Ford en tête dès les premiers tours. A mi-course, le Drômois mène toujours la danse mais doit bientôt laisser l’avantage au Britannique, tandis que François Derossi emmène le reste des troupes à bord d’une autre F3. Les deux premières positions bien établies, la fin de course est essentiellement animée par la bataille pour la troisième place, François Derossi, Christoph Widmer, Gislain Genecand et Alain Girardet terminant dans cet ordre réunis en à peine 2/10 de seconde !

Trophée F3 Classic / Course 1 (commune avec la Formule Renault Classic)

Le top 5 : 1.Rouvier (March 783), 2.V.Leone (March 783), 3.Girardet (Ralt RT3), 4.Martin (Martini MK39), 5.Beltramelli (March 813).

En 2 mots : Déjà invaincu à Albi à bord de sa nouvelle monture, Frédéric Rouvier repart de plus belle à Dijon. Net dominateur des « qualifs » vendredi, le champion de France domine le début de course, suivi comme son ombre par Valerio Leone. Passée la mi-course, c’est un duel acharné qui s’engage entre les deux hommes équipés de la même March 783 Toyota. Après une course neutralisation, les deux ultimes boucles tournent à l’avantage de Frédéric Rouvier, finalement vainqueur pour 611/1000 de seconde.

Plus loin, Alain Girardet conserve la troisième place jusqu’au bout en ayant résisté à la pression d’Eric Martin et de Brady Beltramelli. Auteur d’un super départ pour son retour en F3, Pascal Gerbout a ensuite été ralenti par des soucis d’alimentation.

Trophée Formule Renault Classic / Course 1 (commune avec la F3 Classic)

Le top 5 : 1.Vaglio Giors (Martini MK51), 2.Majou (Martini MK44), 3.Mottez (Martini MK44), 4.France (Martini MK44), 5.Baudin (Martini MK54).

En 2 mots : Au-dessus du lot aux essais, Christian Vaglio-Giors s’échappe au commandement dès l’amorce de cette course 1. Jamais inquiété, le Suisse boucle les 19 tours à cette position et s’impose sans problème devant Laurent Majou et Bruno Mottez, qui évolue ce week-end sur ses terres. Derrière ce trio, Arnaud France et Philippe Baudin complètent le top 5, tandis que Marc Wackenheim signe le meilleur résultat des Formule Renault à moteur « atmo ».

Trophée Formule Ford Zetec + FF2000 et Formule Opel / Course 1

Le top 5 : 1.Brandl (MK2), 2.Wutke (Reynard SF86), 3.Tomsen (MK2), 4.Kramer (Reynard SF83), 5.Monbaron (Van Diemen RF00Z).

En 2 mots : Encore un joli plateau, mêlant des monoplaces de Formule Ford Zetec, Formule Ford 2 litres et Formule Opel. Pilote de l’une de ces dernières, l’Allemand Marvin Brandl confirme en course son meilleur temps des essais et file vers la victoire devant la Formule Ford 2000 de son compatriote Max Wutke. Superbement remonté au fil des tours, Georges Tomsen complète le tiercé gagnant au général. Le Suisse Pascal Monbaron s’impose parmi les Formule Ford Zetec devant Arnaud Dousse, le meilleur représentant du Championnat de France.

SportProtosCup / Course 1

Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Kolly (Lola T298), 3.Vulliez (Bogani 91), 4.Destombes (Spider 905), 5.Tavarès (Chevron B21 Ford).

En 2 mots : Matthieu Châteaux trahi par son moteur en essais libres, le privilège de signer la pole est revenu à son frère Jean-Baptiste ce matin en qualifications.

En course, le cadet des Châteaux place immédiatement sa Lucchini en tête. La course un moment neutralisée suite à un accrochage, c’est une lutte à trois qui s’instaure par la suite entre Jean-Baptiste Châteaux, Louis Kolly et Dominique Vulliez, trois hommes finalement classés dans cet ordre sous le drapeau à damier.

Autre prétendant au podium, Pierluigi Candiani a malheureusement été stoppé dans son élan par la mécanique de sa Lucchini.

CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME

Roadster Pro Cup / Course 1 (commune avec la Youngtimers GTI Cup)

Le top 5 : 1.Bellinato, 2.Fr.Cabarrou, 3.Josquin, 4.Laborie, 5.Manganaro (tous sur Mazda MX-5).

En 2 mots : Déjà impérial aux essais la veille, Ludovic Bellinato s’échappe rapidement en tête en compagnie de Florian Cabarrou. Loin devant le reste du peloton, les deux hommes demeurent ensemble durant les deux tiers de la distance, puis le jeune pilote de Tarbes est contraint de lâcher prise, stoppé net par son moteur. Ludovic Bellinato achève ainsi sa course hors de toute menace. Elie Dubelly ralenti par un tête-à-queue, c’est à Franck Cabarrou (le père !) et Dominique que revient l’honneur de venir compléter le podium.

Youngtimers GTI Cup / Course 1 (commune avec la Roadster Pro Cup)

Le top 5 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 2.Compain (Honda Civic), 3.Vivas (Citroën AX Coupe), 4.Mathez (Peugeot 309), 5.Hebette (R5 GT Turbo).

En 2 mots : Auteur de la pole vendredi sur une piste détrempée, Franck Quagliozzi entame son habituel show dès les premiers tours, sans pour autant « oublier » le réputé Steve Compain, nouvel arrivant dans la Cup. A mi-course, à peine plus de 5’’ séparent les deux Honda Civic. L’écart se réduit même légèrement par la suite, avant que l’entrée en piste d’un Safety Car ne fige définitivement les positions à trois tours du but. Samuel Vivas complète le podium avec sa petite AX Coupe.

Trophée Saloon Cars / Course 1 (commune avec le GT Classic)

Le top 5 : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Derognat (BMW 323i), 3.Desmaele (Porsche 996), 4.Delannoy (Porsche 996), 5.Fuet (BMW Compact).

En 2 mots : La course démarre en l’absence du poleman, Arnaud Dousse, parti à la faute la veille en fin de « qualifs ». Une erreur qui nous prive du grand retour en course de la Renault Spider V6 qui, en son temps, avait tenté de se qualifier aux 24 heures du Mans. Débarrassé de cette redoutable concurrence, Julien Grenet prend immédiatement l’avantage devant Alain Derognat, pointé à une quinzaine de secondes de la Viper à mi-course. A la suite d’une sortie de piste, la course est finalement écourtée de quelques tours, cette décision scellant la victoire de Julien Grenet. Troisième homme de la course de bout en bout, Michael Desmaele s’invite lui aussi sur le podium.

Trophée GT Classic / Course 1 (commune avec le Saloon Car)

Le top 5 : 1.Sabatier (Porsche 993 GT2), 2.Gaubert (Viper GTS-R), 3.Spirgi (Porsche 964), 4.Mathieu (BMW M3 GTR), 5.Rougemont (BMW Z3M).

En 2 mots : Pour sa toute première sortie en course, la Viper GTS-R de Guillaume Gaubert (une ex « usine » de 1999) entame la course en leader, avant d’être relayée en tête par la Porsche 993 GT2 de Laurent Sabatier.

A mi-course, les deux autos sont toujours roues dans roues. Puis, afin de permettre l’évacuation d’une auto en difficulté, la courte est finalement écourtée de quatre tours.

Laurent Sabatier s’impose donc devant Ghislain Gaubert, ainsi privé d’une chance de renverser la situation à son avantage, tandis que l’Italien Fabio Spirgi, remonté depuis le fond de grille, complète le podium.

Trophée Lotus / Course 1

Le top 5 : 1.X.Jacquet, 2.Delhaye, 3.Gaso, 4.Gravier, 5.Koenig (tous sur Lotus Seven).

En 2 mots : Auteur d’une superbe pole le matin (avec 8/10 d’avance !), Anthony Delhaye n’avait plus goûté à cet honneur depuis trois ans. En fin de journée, le pilote des Yvelines entame la course 1 avec autant de panache. Au cap de la mi-course, il emmène toujours la meute des Lotus Seven avec un Xavier Jacquet menaçant blotti dans ses roues. Ce dernier porte une attaque décisive deux tours plus tard, tandis que Philippe Gaso prend l’avantage sur Jean-Jacques Gravier peu après pour le gain de la troisième place. Au terme d’une dernière boucle décisive, Xavier Jacquet empoche la victoire pour seulement 41/1000 de seconde. Battu d’un souffle, Anthony Delhaye précède Philippe Gaso, Jean-Jacques Gravier, Philippe Koenig et Cyril Jacquet, réunis dans un mouchoir sur la ligne d’arrivée.

Maxi 1300 Series / Course 1

Le top 5 : 1.T.Thiéfain (Cooper S), 2.Wein (Cooper S), 3.Schneider (NSU TT), 4.Feijten (Rallye 2), 5.Destombes (Simca CG).

En 2 mots : Avec le renfort des concurrents de la série allemande « Kampf der Zwerge », le plateau bourguignon du Maxi 1300 Series a une sacrée allure, forte de pas moins de 43 voitures ! Après avoir déjà eu les faveurs de la pole, Philippe Gandini impose son rythme dès le départ au volant de son originale Jem GT. La course un moment interrompue au drapeau rouge, un nouveau départ est donné pour sept tours. Un second acte dont Philippe Gandini est la première victime. Eliminé par sa mécanique, celui-ci abandonne le commandement à Thierry Thiéfain, le laissant aux prises avec une sérieuse opposition germanique. Au terme d’une superbe lutte finale, le Français rafle la mise devant la Cooper de Herbert Wein et la NSU TT d’Alex Schneider. Cinquième, Jean-Pierre Destombes est le mieux classés des pilotes du Championnat de France.

L’ACTU DU LENDEMAIN

Dimanche, 11 autres courses de 8h30 à 12h15 et de 13h25 à 17h50.