Historic Tour Charade samedi : par monts et merveilles…

Départ - Historic Tour 2020 - Charade - SportProtos Cup

Communiqué

LES CHIFFRES DU JOUR

6 : Le circuit de Charade accueille l’Historic Tour pour la sixième année de suite. Soit depuis la création de ce dernier en 2015.

9 : Le nombre de courses disputées ce samedi. 9 autres suivront dimanche.

14 : Le nombre de plateaux concourant pour le Championnat de France Historique des Circuits.

127 : En millièmes de seconde, le plus petit écart du jour entre un vainqueur et son dauphin (Geoffroy Horion et Antoine Weil en Formule Ford Kent/Zetec).

1957 : L’année de naissance de la doyenne du meeting : la Triumph TR3 de Christian Tetot, engagé en Asavé Racing 65.

3975 : En mètres, le développement exact du circuit de Charade.

LA DECLA

« Après ce que nous avons vécu ces derniers mois avec le Covid-19, c’est fabuleux de voir le Championnat de France Historique des Circuits repartir d’aussi belle manière à Dijon, Albi et maintenant, ici, à Charade. Les plateaux sont toujours aussi nombreux et variés et l’engouement des pilotes quasi intact. 2020 restera malgré tout une saison particulière, à la suite de laquelle nous espérons tous pouvoir retrouver des conditions normales et un beau calendrier en 2021 » (Dominique Roger, Vice-Président de la FFSA, Président du DSN).

L’ACTU DU SAMEDI

CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS

Trophée Formule Ford Kent et Zetec / Course 1

Le top 5 : 1.Horion (Van Diemen RF92), 2.Weil (Van Diemen RF90), 3.Genecand (Van Diemen RF92), 4.Dousse (Van Diemen RF02Z), 5.Thetiot (Reynard 85FF).

En 2 mots : Après la journée d’essais du vendredi contrariée par de multiples averses, c’est une météo autrement plus clémente qui accompagne le début des courses en ce samedi fin de matinée. Le Trophée Formule Ford ouvre les hostilités en mixant les monoplaces à moteur Kent 1600 et celles, moins anciennes, propulsées par un bloc Zetec. Au volant de l’une de ces dernières, le poleman Arnaud Dousse se fait subtiliser le commandement par Geoffroy Horion (sur une Kent) au départ. Après une courte neutralisation, le pilote belge tient bon en tête, talonné par Arnaud Dousse, Antoine Weil et Gislain Genecand, juste avant qu’une nouvelle intervention du Safety Car ne fige ces positions. Les débats relancés, la bagarre fait rage entre les quatre pilotes jusqu’à l’arrivée, que Geoffroy Horion franchit en vainqueur avec seulement 127/1000 d’avance sur Antoine Weil. Grand perdant de cet ultime rush, Arnaud se contente de la quatrième place.

Trophée F3 Classic / Course 1 (commune avec la Formule Renault Classic)

Le top 5 : 1.V.Leone (March 783), 2.Rouvier (March 783), 3.Girardet (Ralt RT3), 4.Martin (Martini MK39), 5.Vallery-Masson (Ralt RT3).

En 2 mots : Crédité de la pole lors des « qualifs » du matin, Frédéric Rouvier boucle les trois premiers tours en position de leader avant de devoir laisser l’avantage à Valerio Leone.

Survolté, l’Italien franchit le cap de la mi-course avec presque trois secondes d’avance sur le champion de France, lui-même suivi comme son ombre par Alain Girardet. Valerio Leone confirme sa suprématie par la suite et signe une superbe victoire à l’instant où la course est abrégée par la sortie de piste d’une Formule Renault. Décroché sur la fin, Alain Giradet complète le podium devant Eric Martin et Laurent Vallery-Masson, à la lutte tout au long de la course. Sixième Davide Leone réalise « la » remontée du jour après être parti bon dernier faute d’avoir pu obtenir un chrono aux essais.

Trophée Formule Renault Classic / Course 1 (commune avec la F3 Classic)

Le top 5 : 1.Vaglio-Giors (Martini MK51), 2.Majou (Martini MK44), 3.Faucher (Martini MK63), 4.Wackenheim (Martini MK65), 5.Mottez (Martini MK51).

En 2 mots : Sans surprise, Christian Vaglio-Giors s’échappe en tête dès les premiers tours devant Alexandre Faucher, bientôt dépassé par Laurent Majou. A mi-course, le pilote suisse a déjà une quinzaine d’avance sur ce dernier, tandis qu’Alexandre Faucher complète le trio de tête au volant de sa Formule Renault à moteur « atmo ». Les positions demeurent en l’état jusqu’à l’arrêt de la course suite à la sortie de piste de Didier Blanc. Hugo Wackenheim et Bruno Mottez, auteur d’un excellent deuxième chrono aux essais, complètent le top 5.

SportProtosCup / Course 1

Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Vulliez (Bogani 91 Alfa), 3.Candiani (Lucchini SP94 Alfa), 4.Boch (Lucchini P3 BMW), 5.De Murard (Merlin MP46 Alfa).

En 2 mots : Qualifiée en pole par son équipier Frédéric Rouvier, la Lucchini Alfa de l’Italien Gianluigi Candiani entame la course en troisième position derrière la Bogani Alfa de Dominique Vulliez et, surtout, la Debora BMW de Matthieu Châteaux.

 

CHATEAUX Matthieu – 1 – Historic Tour 2020 – Charade – SportProtos Cup

Impérial, celui-ci creuse rapidement l’écart sur ses poursuivants avant qu’un Safety car ne réduise ses efforts à néant. A quatre tours de l’arrivée, Matthieu Châteaux doit ainsi se remettre à l’ouvrage pour se débarrasser, définitivement cette fois, de Dominique Vulliez et Gianluigi Candiani. Le Président de PSA, Carlos Tavarès, hisse sa Chevron B21 au sixième rang.

Challenge Formula Ford Historic / Course 1

Le top 5 : 1.Girardet (Crosslé 25F), 2.Belle (Lola T540E), 3.Genecand (Crosslé 25F), 4.Vaglio-Giors (Crosslé 32F), 5.Deverly (Lola T540E).

En 2 mots : La pluie est de retour à l’instant de donner le coup d’envoi de cette avant dernière course de la journée. Alain Girardet, crédité de la pole vendredi, s’échappe rapidement en compagnie de François Belle, auteur du meilleur départ, et Gislain Genecand. A mi-course, le trio a déjà distancé son plus proche poursuivant, Christian Vaglio-Giors. Alors que l’adhérence devient de plus en plus précaire, les trois hommes de tête animent une formidable bataille en échangeant leurs positions à chaque tour. Alain Girardet en sort finalement vainqueur devant François Belle, battu de 7/10 de secondes, et Gislain Genecand. Pierre-Alain Lombardi pénalisé pour un Drive through non effectué, la classe A revient à Stéphane Brunetti.

CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME

Roadster Pro Cup / Course 1 (commune avec la Youngtimers GTI Cup)

Le top 5 : 1.Bellinato, 2.Fr.Cabarrou, 3.Laborie, 4.Hergault, 5.Gosset (tous sur Mazda MX-5).

En 2 mots : Auteur de la pole position le samedi matin, Florian Cabarrou mène la première moitié de la course, avant de laisser le meilleur à son plus sérieux challenger, Ludovic Bellinato. Entre les deux hommes le duel se poursuit jusqu’au terme des dix tours, le second obtenant le dernier mot pour moins d’une seconde. Parmi les nombreux autres adeptes de la Mazda MX-5, Philippe Laborie s’en sort le mieux en repoussant jusqu’au bout les assauts de Steeve Hergault. Le top 5 est complété par Philippe Gosset, l’opérateur du plateau.

Youngtimers GTI Cup / Course 1 (commune avec la Roadster Pro Cup)

Le top 5 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 3.Vivas (Citroën AX Coupe), 3.S.Compain (Honda Civic), 4.T.Compain (Honda Civic), 5.Benjamin (Honda Civic).

En 2 mots : Indétrônable leader de la « Cup » à bord de sa Honda Civic, Franck Quagliozzi passe le cap de la mi-course avec près de cinq secondes d’avance sur la petite, mais très efficace, AX « Coupe » de Samuel Vivas. Non loin, suit Steve Compain à bord d’une autre Civic Groupe A. Sans plus d’inquiétude, Franck Quagliozzi rejoint ensuite l’arrivée en vainqueur avec une dizaine de secondes d’avance sur Samuel Vivas. Steve Compain conserve sa troisième place devant… Thomas Compain, son jeune fils, lui aussi en piste à bord d’une Honda Civic. Pour une demie seconde, Damien Benjamin lui laisse le bénéfice de cette quatrième place.

Trophée Lotus / Course 1

Le top 5 : 1.Vulliez, 2.X.Jacquet, 3.Delhaye, 4.Koenig, 5.Cazalot (tous sur Lotus Seven).

En 2 mots : Sa course de SportProtosCup à peine achevée, Dominique Vulliez saute du baquet de son proto à celui de sa Lotus Seven pour débuter cette autre épreuve depuis la pole ! Immédiatement dans le rythme, le pilote savoyard rejoint la mi-course en leader avec six secondes d’avance sur Xavier Jacquet, alors en pleine bagarre avec Anthony Delhaye. Non loin, suivent Philippe Koenig et Florent Cazalot, eux aussi inséparables. Décidemment intouchable, Dominique Vulliez poursuit son échappée par la suite et remporte la course haut la main devant Xavier Jacquet, Anthony Delhaye, Philippe Koenig et Florent Cazalot, groupés sur la ligne d’arrivée. David Mouchet hisse la première Caterham au onzième rang.

Maxi 1300 Series / Course 1

Le top 5 : 1.Besson (Alpine A110), 2.Gandini (Jem GT), 3.Faliere (Rallye 2), 4.Harang (Cooper S), 5.Krause (Marcos 1300 GT).

En 2 mots : Auteur de la pole pour son grand retour sur l’Historic Tour, Jean-François Besson loupe son départ et laisse Philippe Gandini et Laurent Majou boucler le premier tour portière contre portière.

Le pilote de l’Alpine A110 comble toutefois très vite son retard et pointe déjà en tête à la mi-course devant la Jem et la Cooper S. Au volant de cette dernière, Laurent Majou est ensuite contraint à l’abandon sur un problème de transmission, laissant Philippe Gandini en seul prétendant à la deuxième place. Jean-François Besson s’impose finalement avec une vingtaine de secondes d’avance sur lui, tandis qu’Alexandre Falliere complète le podium aux commandes de sa Rallye 2. La classe des 1000 cm3 couronne Damien Benjamin et son Alpine A106.

Asavé Racing 65 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 75)

Le top 5 : 1.J.Beltramelli (TVR Griffith), 2.Vacher (Lotus Elan), 3.Achard/Piat (Lotus Elan), 4.Raffin (Cortina Lotus), 5.Tetot (Triumph TR3).

En 2 mots : Didier Gruau éliminé dès les essais libres, l’autre TVR Griffith 400 de José Beltramelli se retrouve bien esseulée dans cette course de 45 mn avec arrêt aux stands obligatoire.

Le plus logiquement du monde, le Troyen y prend immédiatement le large devant la Lotus Elan de Jean-Pierre Vacher. Passée la séquence des arrêts, José Beltramelli aborde le dernier quart d’heure de la course avec plus d’une minute d’avance. A défaut d’être inquiété sur son plateau, il s’impose avec le mérite de précéder ses homologues de l’Asavé Racing 75, la famille Gaubert en tête.

Asavé Racing 75 / Course 1 (Commune avec l’Asavé Racing 65)

Le top 5 : 1.Gaubert/Gaubert (Porsche 911 2.8 RSR), 2.Besson (Alpine A110), 3.Regnier (Porsche 910), 4.Valinho/Valinho (Datsun 240Z), 5.Schneider (Datsun 240Z).

En 2 mots : Présents avec une précieuse Porsche 2.8l RSR encore inédite sur l’Historic Tour (mais ayant pris part aux 24 heures du Mans en 1977 !), Ghislain Gaubert et son fils Guillaume se partagent la pole. En course, Guillaume se porte logiquement en tête dès les premiers tours et boucle le premier quart d’heure de cette endurance de quarante-cinq minutes en solide leader devant la Datsun 240Z de Jean-Charles Valinho, l’Alpine A110 1800 de Jean-François Besson et la Porsche 910 de Sylvain Regnier. Après les arrêts, Ghislain Gaubert, passé au volant de la Porsche de tête, voit l’Alpine A110 revenir à moins de six secondes au moment de couper la ligne d’arrivée. Bon finisseur, Sylvain Regnier grimpe à la troisième place en fin de course.

Trophée GT Classic / Course 1 (commune avec le Saloon Car)

Le top 5 : 1.Sabatier (Porsche 993 GT2), 2.Mathieu (BMW M3 GTR), 3.Daumas (Porsche 968), 4.Bastia (Porsche 964), 5.Roche (Porsche 928).

En 2 mots : Une piste détrempée est au menu de cette ultime course de la journée, regroupant les GT Classic et les Saloon Cars. Dans la première catégorie, Laurent Sabatier se montre intouchable dès le début de course au volant de sa rare Porsche 993 GT2.

Au bout de quatre tours, une sortie de piste oblige la Direction de course à interrompre momentanément l’épreuve. A peine la course relancée, Laurent Sabatier s’enfuit à nouveau et relègue Sébastien Mathieu à plus d’une minute au terme des 14 tours. Gilbert Daumas signe une belle troisième place avec sa Porsche 968.

Trophée Saloon Cars / Course 1 (commune avec le GT Classic)

Le top 5 : 1.Derognat (BMW 323i), 2.Lefebvre (Audi Quattro), 3.Desmaele (Porsche 996), 4.Frugier (BMW 2002 TI), 5.Verney (R5 GT Turbo).

En 2 mots : Alain Derognat, Fabrice Lefebvre et Julien Grenet entament la course dans cet ordre sur une piste détrempée et piégeuse.

Au bout de quatre tours, le dernier cité en fait les frais en partant à la faute à bord de sa Viper, provoquant une neutralisation des débats. Au « restart », Alain Derognat prend très vite le large et se forge une avance conséquente sur l’Audi Quattro de Fabrice Lefebvre. Derrière eux, Michael Desmaele hisse sa Porsche 996 à la troisième place.

A l’instant du podium, les pilotes se réunissent pour respecter une minute de silence à la mémoire de leur ancien camarade Nicolas Maurel, victime quelques jours plus tôt d’un accident mortel à l’âge de 46 ans. Ancien pilote émérite du Trophée Saloon Cars, créé et animé par ses parents Claude et Nicole, Nicolas Maurel s’était notamment illustré les dernières saisons au volant d’un proto Cesca Grac avant de développer sa propre structure, Blue Fox. Toute l’équipe d’HVM Racing s’associe à ce moment et présente ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.