Histoire de châssis : la Courage C65, part 1…

Après une absence de deux ans suite au retrait de Nissan, Courage Compétition revient au Mans en LMP900 en 2002 avec une C60 Jx (J pour Judd et x pour X-trac). Si deux demandes d’engagement sont déposées, une seule est retenue. En effet, à l’époque, les demandes d’engagement dépassaient aisément le chiffre de 80 et le comité de sélection de l’ACO a préféré prendre les 2 Courage Peugeot engagées par Pescarolo.

Conscient qu’il devient de plus en difficile de faire de la course uniquement avec des sponsors et des gentlemen drivers, Yves Courage cherche à diversifier son activité. Rapidement, le choix de développer une LMP2 est entériné. Il faut dire qu’il y a un marché qui commence à grandir. L’American Le Mans Series est dans son Golden Time et cela donne des idées en Europe. L’engagement des 2 MG, avec le moteur AER, qui ont chatouillé pendant deux ans les Audi au Mans ont aussi mis la lumière sur une catégorie qui avait plutôt tendance de faire-valoir depuis son lancement. L’idée est claire : Il faut vendre des LMP2 pour pérenniser l’entreprise et pouvoir continuer à se battre officiellement en LMP900. La C65, puisque ce sera son nom, utilisera la monocoque de son ainée, la C60.

Si les premiers essais sont réalisés avec le 2.0 AER, le choix se porte sur le nouveau V6 JPX (filiale de Mecachrome) de 3400 cm3 construit à Vibraye non loin du Mans. Courage se dirige donc vers un programme 100% sarthois ce qui n’est pas sans plaire au Conseil Général un sponsor fidèle de l’équipe.

Le premier engagement en course intervient aux 24 Heures du Mans 2003. La voiture est confiée aux Français Philippe Alliot et David Hallyday ainsi qu’au Suédois Carl Rosenblad. La voiture réalise le 3ème du LMP675 derrière la DBA du RN Motorsports et la Lola du Intersport Racing. La Courage s’élancera de la 16ème position au général suite au forfait de la Lister après son accident aux essais. Malheureusement, la C65 connaitra rapidement des problèmes et sera retirée dans le courant de la nuit après une casse moteur.

A l’occasion de cette édition des 24 Heures, l’ACO, avec Peter Auto, annonce l’arrivée d’une nouvelle série européenne répondant au règlement des 24h du Mans : les Le Mans Series. Une course de 1000 km, que l’on peut qualifier de rampe de lancement pour la série, sera également organisée en Novembre 2003 sur le circuit Bugatti.

Enfin, l’ACO annonce également la refonte de ces catégories. A partir de 2004, les LMP675 s’appelleront LMP2 et devront répondre à une nouvelle réglementation notamment au niveau de l’aérodynamique.

Après la déception des 24 Heures du Mans, due notamment à des défauts de jeunesse, Courage Compétition saisit l’opportunité d’engager la C65 aux 1000 kms du Mans. Il s’agît du même châssis que celui qui a participé aux 24h (n°6). La voiture est confiée à un trio composé du belge Wim Eyckmans, du russe Roman Rusinov et de l’italien Enrico Muscioni.

Le plateau de cette course a fière allure. 35 voitures sont au départ dont 7 LMP675. La C65 réalise le 3ème temps de la catégorie (8ème général) derrière les deux Lola-MG de RML et Intersport Racing.

C’est November Rain au Mans et il pleut sur la quasi globalité de la course. La Courage passe entre tous les pièges et termine au pied du podium derrière l’Audi du Team Goh, la Pescarolo et la Dome de Racing For Holland. Mais surtout, la C65 JPX remporte la catégorie LMP675 et prouve qu’elle est une valeur sure pour les teams qui souhaitent se lancer en Le Mans Series dans la catégorie.