François Bruère : « On me réclamait périodiquement cette Mazda des 24 Heures 1991 »

    Facebook François Bruere - Le Mans

    François Bruère expose ses œuvres au Centre Commercial Jacobins au Mans depuis vendredi (ICI) en compagnie de Yann Richard, spécialiste de miniatures et jouets anciens. Nous avons pu rencontrer l’artiste peintre samedi. Il nous en a dit davantage sur ses nouvelles œuvres jamais présentées au public et dévoilées à l’occasion de cette expo / vente !

    Merci de nous accueillir dans votre nouvelle expo ! Pouvez nous présenter vos dernières œuvres ?

    « Dans de ma collection sur les grandes marques de voitures victorieuses aux 24 Heures du Mans, j’ai voulu rendre un hommage à la victoire de Mazda en 1991. C’est un sujet qui me tenait à cœur depuis de nombreuses années. De plus, on me réclamait périodiquement cette voiture là, mais je ne savais pas trop comment la mettre en scène. D’une part, parce que les couleurs sont quand même particulières. La difficulté est de les restituer avec leur éclat, mais sans pour autant que ce soit trop. Une cacophonie de couleurs en fait, il fallait donc rester très classique. C’est pourquoi j’ai choisi la passerelle Dunlop, comme fond, qui reste tellement iconique. A tous les coups, ça marche très bien et je pense que j’ai bien fait parce que les premiers échos que j’ai eus sont tout à fait porteurs. Je suis très content parce que j’ai vendu tout de suite l’œuvre originale avant même que le tableau ne soit terminé.

    Facebook François Bruere – Le Mans

    Encore une fois, pour moi, c’est une petite histoire bien sympathique, cela veut dire qu’il y a des gens qui me font confiance. Cela signifie aussi qu’il y a des gens qui aiment résolument mon travail et qui ont envie d’avoir une belle œuvre accrochée sur le mur de leur salon ou de leur bureau.

    Parallèlement, j’ai voulu montrer un nouveau concept dans un autre tableau qui m’a permis de faire une passerelle entre différents univers que généralement les passionnés d’automobile aiment à savoir un lien entre l’automobile et la gastronomie. On y voit un grand millésime de Pomerol et un jeu de clés Porsche négligemment posé au pied de la bouteille. Je pense que les amateurs, Porschistes ou non, pourront apprécier ce monde que je pense décliner. Voilà ce sont les plus grands crus qui font qui font rêver les amateurs »

    @Christophe Potreau

    A noter que, en plus de la Mazda 787B – 24 Heures du Mans 1991 (format 50x65cm), une autre œuvre numérotée a été dévoilée lors de cette exposition. Une René Bonnet Aérodjet – 24 Heures du Mans 1964 (Format 33×50 cm).

    Facebook François Bruere – Le Mans

    Quel seront vos prochaines œuvres ?

    « Dans mes futurs projets en œuvre originale, j’ai toujours une longue liste de tableaux à réaliser, que j’ai en tête. Actuellement, c’est une Lola T70. Je pense que c’est une marque emblématique qui manque cruellement à mon catalogue. Donc, Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus aujourd’hui parce que le choix de la voiture n’est pas définitif. J’ai différentes pistes, mais tant que tous les morceaux du puzzle ne sont pas assemblés dans mon esprit, je préfère laisser la surprise. Cependant, la thématique sera sûre avec, peut-être, une particularité, c’est à dire que j’ai envie de faire non pas un tableau, mais un diptyque avec deux images qui peuvent se lire indépendamment, mais aussi s’assembler pour réaliser une sorte de fresque. C’est quelque chose qui peut être amusant à présenter dans le cadre d’une exposition pour donner un peu plus de rythme, c’est à dire varier les formats. Je suis toujours à la recherche de choses qui interpellent le regard. »

    @Christophe Potreau

    Quelles seront vos prochaines expositions ? 

    « Alors c’est très simple. Pour le moment, je vis l’instant présent avec cette exposition au centre des Jacobins. Même chose pour mon calendrier d’exposions. c’est du jamais vu depuis 1982, depuis 40 ans ! Je n’ai strictement rien de programmé puisque, comme vous le savez, le calendrier est très compliqué en ce moment, donc, je vis au jour le jour. Cela dit, les choses vont s’arranger! Je reste très optimiste et je sais que l’on va voir très bientôt le bout du tunnel. J’essaierai alors d’être présent comme je suis tout le temps sur tous les grands événements nationaux et internationaux aux États-Unis. Et pourquoi pas au Japon ? Là, il va se passer des beaux événements qui font qu’il faut vivre. Je suis attentif et dès qu’il va y avoir quelque chose d’intéressant qui va se présenter, que ce soit ce soit sur un circuit, sur un salon automobile, une exposition autour de l’art et de l’automobile, j‘essaierai de trouver ma place. Je reste passionné plus que jamais et désireux avant tout de faire avancer le bouchon. Et j’aimerais aussi retrouver un petit peu tous les passionnés. »

    @Christophe Potreau

    Pensez-vous faire quelque chose de particulier pour les 100 ans des 24 Heures du Mans en 2023 ?

    « Oui. Pour le centenaire. j’ai des projets personnels. Je ne peux et veux pas trop en parler là parce que ça reste un peu confidentiel. Mais, c’est certain, j’ai envie de m’investir, de faire des choses parce que vivre le centenaire, c’est quelque chose d’extraordinaire. Par contre, je ne suis pas certain de pouvoir vivre le bicentenaire (rires). J‘essaie de me concentrer sur ce millésime-là. Je vais préparer une nouvelle sélection d’œuvres originales qui seront, bien sûr déclinées, en avançant pas à pas, vous serez tenu au courant. »

    Merci à François Bruère pour son accueil. Ses œuvres sont exposées au Jacobin les mercredi de 13 heures à 18 heures ainsi que les vendredi et samedi de 9 h 30 à 18 heures jusqu’au samedi 27 mars. Une belle initiative à signaler dans ces temps compliqués à cause de la pandémie de Covid-19.

    Facebook François Bruere – Le Mans

    Les œuvres de François Bruère sont disponibles ICI