Focus sur la Ligier JS2 #5 des 24 Heures du Mans 1975

@Musée des 24 Heures du Mans

Aujourd’hui, nous allons nous attarder sur une auto que nous avons croisée au dernier Tour Auto, une Ligier JS2. Guy Ligier n’a pas seulement été un pilote de course. Il a aussi été champion de France d’aviron, rugbyman international et donc pilote auto mais aussi de moto. Il se lance dans la course automobile dans le courant des années 1960. Il participe à plusieurs Grands Prix et est aussi présent en Endurance sur une Ford GT40 MkII. Il remporte d’ailleurs les 12 Heures de Reims en 1967 avec son ami Jo Schlesser.

Suite à la mort tragique de ce dernier (Grand Prix de France de 1968), il décide de ne plus courir et se tourne vers la construction de voitures de sport qui porteront son propre nom. La première d’entre elle sort en 1969 avec le nom de code JS1 en mémoire de Jo Schlesser.

Puis le projet JS2 voit le jour en 1970 sous la houlette de deux hommes : le directeur technique et ingénieur Michel Têtu et le designer carrosserie, Pietro Frua. Sous le capot, Guy Ligier a mis un Ford V6 2,6 litres, mais cela ne va pas durer. Quelques semaines plus tard, le constructeur américain se retire du projet. Pas de souci, Guy Ligier en trouve un nouveau et son choix se porte sur Maserati avec son V6. Le bloc de 2670 cm3 est implanté longitudinalement en position centrale dans un châssis en acier et la voiture est construite avec une carrosserie en fibre de verre. Le moteur développe une puissance maxi de l’ordre de 270 ch.

Pour ses premiers pas en compétition en 1972, la JS2 ne dispute que les 24 Heures du Mans. Trois voitures sont engagées, mais doivent abandonner avec des problèmes liés au moteur et des soucis de jeunesse. En 1973, Ligier reçoit à la fois un soutien technique de Citroën (développement de l’aérodynamisme) et de Maserati qui prépare pour un « bloc à hautes performances dotés d’un système de lubrification par carter sec » qui développe 330 ch. Malheureusement, aux 24 Heures du Mans, le moteur montre encore ses faiblesses et les deux voitures doivent abandonner.

Guy Ligier décide de continuer à développer cette auto et 1974 est l’année des premiers succès en compétition (doublé au Tour de France auto avec Gérard Larousse). Les JS2 reviennent aux 24 Heures du Mans 1974. Deux voitures sont engagées, l’une pour Guy Chasseuil / Michel Leclère (#14, abandon soupape) et Jacques Lafitte / Alain Serpaggi qui termineront 8e sur la #15.

En 1975, la JS2 est équipée d’un moteur V8 Cosworth DFV de 2 993 cc de cylindrée délivrant une puissance maxi de 460 ch à 10 200 t/mn. Deux JS2 sont engagées. La #5 de Jean-Louis Lafosse et Guy Chasseuil (notre auto) et la #6 pour Henri Pescarolo, qui sort d’une période couronnée par trois succès au Mans avec Matra, et François Migault. Qualifiée respectivement 3e et 5e sur la grille de départ, la #6 doit malheureusement abandonner suite à une crevaison. Par contre, la #5 décroche une magnifique deuxième place et les deux hommes ne sont pas loin de gagner la course après une longue bagarre avec Derek Bell et Jacky Ickx qui finiront par remporter l’épreuve sur leur Mirage GR8.

On ne reverra plus la JS2 en compétition. Guy Ligier décide alors de se tourner vers la Formule 1. On peut désormais revoir cette Ligier JS2, l’ex #5 de 1975, en course classique comme ce fut le cas au Tour Auto 2019.