Estoril Classics samedi : Narac/Lecourt et Dario Franchitti en vedette

Le dernier meeting 2020 organisé par Peter Auto, Estoril Classics, a lieu ce week-end au Portugal. Les conditions sanitaires ont forcément eu des conséquences sur le meeting, avec quelques plateaux un peu dégarnis et l’absence regrettée des voitures de l’Endurance Racing Legends. Cependant, le spectacle a été au rendez-vous.

The Greatest’s Trophy

Le plateau ouvrait hier samedi le programme des courses du week-end. Nicky Pastorelli avait réalisé la pole position avec la Lister Costin Jaguar #34 (1959) et a confirmé en course.

 

Avec son coéquipier David Hart il a remporté une large victoire, avec plus d’une minute d’avance sur la Maserati T61 (1960) de Guillermo Fierro et plus d’une minute et demie sur la Bizzarrini 5300 GT (1965) de Dirk et Leon Ebeling.

Classic GP – F1 Pre 1986

Michael Lyons avait été le plus rapide lors des qualifications avec l’Hesketh 308E #24 (1976) en 1.34.721 mais en course il a dû s’employer pour remporter la victoire.

Steve Brooks (Lola 81/1 de 1981) a offert une jolie résistance et n’a concédé que six secondes à Lyons au terme des 13 tours de course tandis que Jamie Constable (Brabham BT37 1972) complétait le podium à distance.

Classic Endurance Racing 1

Comme pour les concurrents du CER2, c’était jour de qualifications, les courses se déroulant ce dimanche.

Martin O’Connell partira en pole position après avoir signé le meilleur chrono en 1.44.789 au volant de la McLaren M8C DFV #11 de 1970, qu’il partagera avec Marc Devis. O’Connell a devancé nettement la Lola T70 Mk3 B (1969) de Pastorelli/Hart et la Chevron B19 (1971) de John Emberson.

Classic Endurance 2

Le Suisse Yves Scemama a été le plus vite avec sa TOJ SC 304 #52 (1976) en 1.41.659, nettement devant la Lola T280 (1972) de Carlos Barbot et la TOJ SC 206 (1977) de Franck Morel.

Group C Racing

La Porsche 962 C #82 (1990) de Raymond Narac et Michel Lecourt a dominé les débats ; Elle a tout d’abord réalisé la pole position dans les deux séances qualificatives, Michel Lecourt étant le plus rapide dans la première et Raymond Narac dans la seconde, Narac réalisant le chrono le plus rapide de ce samedi, toutes disciplines confondues, en 1.34.681, plus vite donc que l’Hesketh F1 de Michael Lyons.

En course, la suprématie des deux Français a été encore plus nette, leur Porsche s’imposant avec deux tours d’avance sur la Tiga GC288 (1988) de Vincent Neurrisse/Bertrand Rouchaud et la Porsche 962 C (1991) de Hans-Jörg Hübner.

Ddario Franchitti et Zak Brown ont échoué au pied du podium avec une Jaguar XJR10 de 1989.

Sixties’Endurance

Les Shelby Cobra n’ont laissé que des miettes à leurs rivales. En qualifications, elles avaient écrasé la concurrence en réalisant les six meilleurs temps, avec la pole position pour l’insatiable Nicky Pastorelli (Shelby Cobra 289 #376 1963) en 2.00.308.

Cependant,Pastorelli et David Hart ont trouvé à qui parler pendant la première course du week-end. Ils ont dû baisser pavillon devant la Shelby Cobra Daytona #70 de Pierre-Alain et Erwin France qui ont conservé une seconde d’avance sur es deux Néerlandais sous le drapeau à damiers, la Shelby Dcobra 289 #16 1964) de Damien Kohler/Christophe Van Riet complétant le podium. Pastorelli devait se satisfaire du meilleur tour en course, en 1.59.873, plus vite qu’en qualifs.

Heritage Touring Cup

Dario Franchitti faisait son retour en piste, associé à Zak Brown sur la Ford Capri 3100 RS (1974). Le retour a été concluant, Franchitti réalisant la pole position en 1.51.502.