Estoril Classics 2020 : un final sous le soleil

La saison 2020 des meetngs de Peter Auto s’est achevée hier au Portugal sous le soleil d’Estoril pour le dernier événement donc de l’année 2020, Estoril Classics.

Communiqué

Ce meeting vient ainsi clôturer la saison avant une reprise dès mars 2021 avec, pour la première fois, des essais qui permettront de réaliser les derniers ajustements avant les premières courses. Rendez-vous donc pour les Series Test Days, sur le circuit Paul Ricard les 4 et 5 mars prochains. En attendant, retour sur les courses du week-end dans la belle région de Cascais, au Portugal.

The Greatest’s Trophy – Course 2

Le départ se fera malheureusement sans la victorieuse Lister de David Hart (victorieuse la veille, NDLR) dont la boite de vitesse a cédé le matin même. Quant à la Porsche 904 GTS (#49), elle n’effectue qu’un seul tour de piste avant de se retirer.

Cela n’empêche pas la Bizzarrini (#68) et la Maserati T61 (#61) de se battre de nouveau pour la première place. La Bizzarrini a l’avantage avec une avance de 36.443 secondes devant sa consœur, la T61 de Guillermo Fierro.

Group C Racing – Course 2

L’heure de la revanche a sonné pour les Group C Racing, la seconde course est lancée. La Porsche 962C et Michel Lecourt mènent à nouveau un beau duel contre la Spice SE92 de Allard Kalf.

Rappelons que cette voiture avait rencontré des difficultés la veille. Durant les 20 premières minutes, seules quelques secondes séparent les deux leaders mais au dixième tour, les problèmes semblent de retour sur la Spice (#10) qui est contrainte de se retirer pour ne pas endommager le moteur. Cela donne l’avantage à la Nissan R90 CK (#27) qui est alors à 55.334 secondes de Raymond Narac (#82). La japonaise n’arrive pas à réduire l’écart mais décroche néanmoins une belle deuxième place !

Classic Endurance Racing 1 – 1 heure de course

Première et unique course pour le plateau Classic Endurance I. Déjà victorieux lors du dernier meeting, David Hart en Lola T70 MkIII (#34) est placé deuxième sur la grille de départ. Il s’élance et s’empare de la première position très rapidement. Il est suivi de près par la McLaren M8C DFV (#11) qui, durant les neufs premiers tours, arrive à maintenir le rythme. Mais la pression de Steve Brooks (#159) est forte.

Il réussit un beau dépassement, les deux Lola T70 MkIII (#34 et #159) sont en tête. La McLaren (#11) est troisième mais cette place est également en danger. La Chevron B19 (#15) est sur ses talons pour ce qui semble être un duel digne de David vs Goliath. En effet, la McLaren a un moteur huit cylindres de trois litres alors que la Chevron n’a que quatre cylindres et deux litres. Ils n’ont que quelques secondes d’écart, le combat est magnifique. Alors qu’il ne reste plus que 17 minutes de course, Martin O’Connell (McLaren M8C DFV- #11) s’arrête sur le bord de la piste, drapeau jaune. Il semble avoir un problème, mais Martin connaît parfaitement sa voiture et arrive rapidement à la faire repartir pour effectuer un pitstop. La boite a cédé, il ne retournera pas en piste. Ralentissement également suivi d’un arrêt juste après le quatrième virage pour la Chevron B19 de John Emberson (#15). Quel dommage ! La troisième position revient donc à (surprise, une voiture partie en septième place) la Ford GT40 (#69). Moins de neuf minutes avant le drapeau à damier, deux Lola sont en tête (#34 et #35). Dernier lap, la Chevron B19 d’Alexandre Beirao (#56) alors quatrième au classement s’écroule en puzzle en plein milieu de la piste, casse moteur. Drapeau rouge, fin de la course.

Classic GP – F1 Pre-1986

Comme la veille, Michael Lyons s’est imposé avec son Hesketh 308E #26. Comme samedi, Steve Brooks lui a opposé une belle résistance avec la Lotus 81/1 #12, terminant à cinq secondes seulement de Lyons. Le podium était complété par la Williams FW08C #16 de Mark Hazell.