En 1997, une association militait pour favoriser l’accès des femmes au sport auto

En 1997, deux pilotes féminines participaient aux 24 Heures du Mans avec Claudia Hürtgen sur une Porsche 911 GT2/Roock Racing et Lilian Bryner sur une Porsche 911 GT2/Stadler Motorsport. En septembre prochain, elles devraient être neuf en piste sur le circuit de la Sarthe : trois en LMP2, trois en GTE-Pro, trois en GTE-Am.

Il y a 23 ans, la Commission FIA Women in Motorsport n’était pas ce qu’elle est. Pourtant, une association militait déjà pour favoriser l’accès des femmes aux métiers du sport automobile. L’Association Internationale pour la Promotion des Femmes dans le Sport Automobile (AFSA) était basée à Paris.

Présidée par Marie-Pierre Dupasquier, l’association profitait des 24 Heures du Mans 1997 pour se montrer : « Difficile de dire que les mecs sont machos. Mais il y en a… beaucoup. Trop de portes restent encore fermées. Combien sont-elles aujourd’hui à ne pas trouver de conseils techniques et de soutiens financiers, et qui, pourtant aimeraient profondément intégrer une écurie. » Avec deux féminines au départ des 24 Heures du Mans 1997 pour 147 pilotes, la gente féminine était loin d’être l’égal de l’homme.

« Quand on ouvre une revue spécialisée de sports mécaniques, vous trouverez bien sûr des femmes », soulignait la présidente de l’association en 1997. « Souvent très dévêtues ou exposées à côté des pneus. » En près d’un quart de siècle, les choses ont nettement évolué avec la disparition des grid girls sur pas mal de championnats.

« Notre société occidentale oppose encore de sérieux barrages à l’entrée des femmes dans les métiers techniques et mécaniques, malgré une sensible évolution des mentalités ces dernières années », se désolait Marie-Pierre Dupasquier. « Les femmes sont performantes sur des épreuves d’endurance. Elles sont plus prudentes que les hommes. Feeling maternel oblige ! Mais attention, elles ne manquent pas de hargne au volant. »

L’association avait pour objectif de faire rouler un équipage féminin aux 24 Heures du Mans 1998. Il faudra attendre 2010 pour cela avec la Ford GT/Matech Competition de Rahel Frey, Cyndie Allemann et Natacha Gachnang.

Avec 10 départs au Mans, Anny-Charlotte Verney reste la féminine qui compte le plus de participations. Le meilleur classement d’une femme au Mans reste une belle 4e place décrochée par Odette Siko en 1932. Trois ans plus tard, 10 femmes étaient au départ avec 4 équipages féminins.

1980 : Anny-Charlotte Verney/Xavier Lapeyre/Jean-Louis Trintignant Porsche 935 K3 #43 Abandon