Dossier RS Spyder 2e partie : les succès s’accumulent !

Suite de notre rétrospective consacrée à la carrière de la Porsche RS Spyder. Après avoir dominé l’American Le Mans Series, le prototype de la marque germanique s’est ensuite attaqué au vieux continent.

Au cours de l’hiver 2007, quelques modifications aérodynamiques sont apportées au prototype et son poids minimum est fixé à 825 kg (contre 750 à l’origine) par l’ACO qui réduit aussi la capacité de son réservoir à 80 litres. La dernière évolution de taille est introduite en ALMS au mois de juillet où le V8 3.4 litres (nom de code MR6), reçoit l’injection directe. Sa puissance est accrue ainsi que son couple (503 ch à 10 000 tr/mn et 385 Nm à 8500 tr/mn.) L’adaptation de l’injection directe permet surtout aux motoristes de Stuttgart de diminuer la consommation de leur moteur. Un avantage qui va s’avérer capitale dans sa lutte face à Acura.

Sur le continent nord américain, l’équipe Penske Racing s’impose aux 12 Heures de Sebring 2008, grâce au trio Timo Bernhard, Romain Dumas et Emmanuel Collard face aux deux ténors de la catégorie reine, Audi et Peugeot. Une victoire qui est complétée par la seconde place au général de Dyson Racing. La suite de la saison est beaucoup plus disputée en LMP2 face aux Acura ARX-01b ! Le RS Spyder ne s’imposera qu’à cinq reprises en 2008 (deux fois au général). A l’issue d’un duel aux couteaux avec le team Patrón Highcroft Racing, les hommes de Roger Penske conservent finalement leurs couronnes dans les championnats Equipes, Constructeurs et Pilotes (Timo Bernhard et Romain Dumas).

En Europe, trois RS Spyder disputent pour la première fois le championnat Le Mans Series. Van Merksteijn Motorsport, Horag Racing et Essex alignent chacun un exemplaire du prototype allemand qui écrase sans partage la concurrence, trois Porsche aux trois premières places du championnat. Le titre revient au team Van Merksteijn qui gagne quatre des cinq courses (Jos Verstappen / Peter van Merksteijn). La seconde place est décrochée par le Team Essex (John Nielsen / Casper Elgaard) qui doit se contenter de son unique victoire dans le temple de la vitesse à Monza. Le podium final est complété par le Horag Racing (Fredy Lienhard, Didier Theys et Jan Lammers) qui remporte, pour sa part, le challenge Michelin Energy.

En juin, deux équipes sont présentes aux 24 Heures du Mans : Van Merksteijn et Team Essex. Le prototype allemand ne rate pas son rendez vous avec l’histoire et, sans grande surprise, les deux RS Spyder réalisent le doublé en LMP2 face à l’équipe française, Saulnier Racing. Les hollandais du Van Merksteijn (Peter van Merksteijn, Jeroen Bleekemolen, Jos Verstappen) s’imposent face aux danois de Team Essex (John Nielsen / Casper Elgaard / Sascha Maassen). Pour la petite histoire, le RS Spyder termine à la dixième place du général et concède que 27 tours à l’Audi R10 TDi vainqueur de cette édition.

En 2009, après trois titres d’affilé, l’écurie Penske Racing quitte l’ALMS tandis que Dyson Racing s’offre un nouveau défi avec Mazda. Pour la première fois depuis 2005, aucun RS Spyder n’est présent sur la grille de départ du championnat américain. Même constat en Europe : les équipes Van Merksteijn et Horag Racing ont jeté l’éponge. Seul Team Essex est présent, mais avec un programme très réduit qui ne comprend que deux courses : les 1000 km de Spa Francorchamps et les 24 Heures du Mans. Deux épreuves où la structure danoise s’impose haut la main grâce au trio Emmanuel Collard, Casper Elgaard et Kristian Poulsen.

L’équipe japonaise Navi Team Goh, venue dans la Sarthe pour y disputer sa seule course de la saison, va malheureusement manquer de réussite et doit abandonner sur sortie de piste dans la dernière heure alors qu’elle occupait la seconde place de la catégorie LMP2 (Keisuke Kunimoto, Seiji Ara et Sascha Maassen).

A mi-saison, le prototype de Weissach fait son retour en ALMS à Mid Ohio grâce à l’écurie  Muscle Milk Team. La paire Greg Pickett /Klaus Graf décroche plusieurs podiums, mais aucune victoire.

Apres l’expérience acquise la saison précédente, Muscle Milk Team CytoSport est de retour en ALMS pour y disputer l’intégralité de la série. L’équipe commence sa campagne 2010 en remportant la catégorie LMP2 aux 12 Heures de Sebring grâce au trio Sascha Maassen/ Greg Pickett/ Klaus Graf. Apres avoir signé sa première victoire au général à Lime Rock Park, l’écurie américaine connait un coup d’arrêt brutal à Mid Ohio où Greg Pickett est victime d’une violente sortie de piste. La coque du RS Spyder est fortement touchée et l’équipe n’a d’autre choix que de se retirer de la course. Apres avoir reconstruit le prototype dans sa base d’Indianapolis, l’équipe est de retour à Road America où Timo Bernhard vient remplacer Greg Pickett, forfait pour la fin de la saison. Au volant du RS Sypder, le pilote allemand, accompagné de Klaus Graf, décroche la seconde place au général. A Mosport, c’est au tour de Romain Dumas de venir prêter main forte à Klaus Graf. Le pilote français et son coéquipier germanique signent la dernière victoire du RS Spyder en ALMS et de son histoire.

Pour partager le baquet de la RS Spyder de Klaus Graf à Petit Le Mans, l’équipe américaine fait appel aux deux pilotes qui l’ont fait début en 2005 c’est à dire Lucas Luhr et Sascha Maassen. Tout un symbole puisque cette course sera la dernière course de l’histoire du prototype allemand. Apres avoir connu un début de course perturbé par des coupures moteur, l’écurie signe un ultime podium. L’équipe Muscle Milk Team CytoSport termine second du championnat Equipes et Pilotes.

La course de Road Atlanta ferma le livre de l’histoire de la Porsche RS Spyder. Quinze exemplaires ont été construits. Le prototype allemand a été aligné au départ de 56 courses. Il a remporté 13 victoires au général en ALMS et 35 victoires dans sa catégorie. Autant dire qu’il a largement mérité sa place au coté des autres monstres sacrés de la marque dans son célèbre musée de Stuttgart.

Laurent Cartalade

Photos Laurent Chauveau, Michel Faust et Porsche Motorsports