Dijon Motors Cup : infos et photos de vendredi

La Dijon Motors Cup a élu domicile ce week-end sur le circuit de Dijon-Prenois pour la deuxième année consécutive.

Une météo maussade

L’Hexagone, au moins dans sa partie nord, ayant basculé sans entracte de l’été à l’automne, la météo dijonnaise n’était pas des plus agréables.

La matinée, en plus d’un brouillard assez épais, a été bien arrosée. Ce n’étaient pas des grands crus bourguignons, du Montrachet ou du Santenay -selon que l’on préfère le vin blanc ou le vin rouge, à consommer avec modération, évidemment…- mais plutôt unne bonne drache, qui somme toute collait bien avec les concurrents britanniques, belges, allemands ou néerlandais, majoritaires ce week-end en Bourgogne.

Qui dit pluie, dit conditions de piste délicates et cela n’a pas facilité le travail des commissaires, avec de multiples full course yellow, des drapeaux jaunes, des drapeaux rouges, le tout se succédant parfois quasi instantanément, d’autant plus que la météo de l’après-midi, même si la température était très fraîche, était un peu plus favorable et a pu inciter les pilotes à appuyer un peu plus sur l’accélérateur, avec les risques inhérents engendrés par une piste pas totalement sèche, sans compter les pertes d’huile qui ont causé dans l’après-midi une interruption des essais relativement longue pour permettre de remettre le circuit en état.

Les F1 en piste

Pour être tout à fait juste, une seule F1 du plateau MAXX Formula a pris la piste hier, la Super Aguri SA06-Cosworth #26 de Wolfgang Jakcsch.

La Jaguar RS ex-Martin Webber est restée bien sagement à l’abri dans son box, mais on la verra dès samedi au moins pour des tours de démonstration, comme Klaus Zwart l’avait fait lors du Grand de Prix France F1 Historique en juillet dernier à Magny-Cours. En revanche, l’Arrows A22 et la Toro Rosso STR8 ex-Jean-Eric Vergne, pourtant annoncées, ne sont pas à Dijon où les F1 vont affronter des Panoz de Formula Superleague, une Dallara Mecachrome F2, des Formule 3000.

HSCC International Historic F2 – la F2 revisite son passé

C’est sans doute un des plus beaux plateaux du week-end. 35 monoplaces szeront au départ. Elles auraient pu être plus nombreuses, mais 35, c’est le chiffre maximum autorisé sur le circuit de Dijon pour la discipline.

Les F2 sont dans leurs livrées d’origine et c’est l’occasion de voir sur les flancs des monoplaces des noms prestigieux, comme ceux d’Henri Pescarolo (March 712M #38 de Hansueli Christen), de Jean-Pierre Jaussaud (March 712M de Robert Simac), de Jean-Pierre Jarier (March 782 #6 de Martin Stretton), de Christian Debias (Ralt RT1 #46 de Peter Williams) côté français, de Bruno Giacomelli (March 772 #66 de Pascal Gerbout), de Brian Henton (March 782 #28) de Mark Hazell) ou de Stephen South (March 782 #33) de Wolfgang Kaufmann.

Les ténors de la discipline sont tous présents, comme Martin O’Connell, Martin Stretton, Andrew Smith ou Michael Wrigley. A Magny-Cours, théâtre du dernier affrontement sur le sol français, c’est la Rondel Motul Mi #70 de David Tomlin qui s’était imposée devant la March 77B #122 de Laurent Vallery-Masson, patron de HVM Racing et Promoteur de l’Historic Tour et de la Dijon Motors Cup. Ces deux pilotes ont été en retrait lors des essais qualificatifs, Valley-Masson ayant tourné en slicks sur une piste qui n’était pas encore uniformément sèche. C’est Andrew Smith qui a signé le meilleur chrono avec la March 742 #77 en 1.30.932 devant la Martini Mk19/22 de Matthew Watts et et la March 782 #6 de Martin Stretton.

La McLaren M1C en vedette

La McLaren Can-Am de Walter Kaufmann, qui s’était déjà mise en évidence en 2018 sur le circuit Bugatti lors du meeting de l’Historic Tour. Ce n’est pourtant pas une authentique Can-Am, mais une réplique, une réplique tout à fait réussie.

Elle n’a pourtant pas été la plus rapide lors des essais du Colmore YTTC (Youngtimer Touring Car Challenge), se contentant du troisième chrono en 1.36.506, devancée par la BMW 323i 3l #64 de Alain Derognat (1.34.107) et de la surprenante Alpine Renault A310 GTA Turbo #76 de Patrick Andriessen (1.34.888), ces deux voitures ayant réalisé des chronos magnifiques.

Les gros cubes en piste

Plusieurs grosses cylindrées ont tourné hier, avec des conditions de piste délicates. On citera la Pontiac Trans Am #8 de Roger Bolliger, la Triumph TR8 IMSA #42 de Christian Marx ou la Chevrolet Camaro #141 de Jan Schippers Colmore YTCC) ou de la Ford Mustang Mach 1 #27 de 1071 de Martin Reynolds (CSCC Cassic) et d’autres encore.

Place aux courses

Les journées de samedi (à l’exception des qualifications du plateau NKHTGT qui ouvre la journée de ce samedi) et de dimanche sont exclusivement consacrées aux courses avec 10 épreuves aujourd’hui et 8 demain.