Des pneus Pirelli pour la nuit aux 24 Heures du Mans 1980

Les 24 Heures du Mans 1980 marquent le retour de Pirelli en terre sarthoise avec l’implication la plus importante depuis 25 ans. Cinq autos sont équipées des gommes italiennes avec trois Lancia Beta Montecarlo, une Porsche 935 et une Osella PA8. Avant 1980, Pirelli avait remporté la classique mancelle à deux reprises en 1949 et 1954. Pour son retour au Mans, Pirelli met les petits plats dans les grands.

Les cinq autos sont équipées de gommes Pirelli P7 avec ceinture acier et nylon spécialement développées pour Le Mans. La firme italienne a su profiter de l’expérience acquise aux Etats-Unis avec la Porsche aux couleurs MOMO de Moretti.

Cinq cents pneus Pirelli sont disponibles au Mans pour les cinq autos engagées. Ces pneus avaient une bande de roulement à double mélange renforcés aux épaulements pour améliorer la tenue de route. Les pneus radiaux P7 étaient prévus pour compenser le carrossage négatif des 7 km de ligne droite où le poids des voitures était concentré sur la partie intérieure de la bande de roulement.

Les pneus Pirelli avaient une gomme plus pure sur la partie intérieure de la bande de roulement pour compenser la concentration du poids, et plus tendre sur la partie extérieure  pour obtenir un maximum d’adhérence dans les virages.

Parmi les 500 pneus P7, des gommes spécialement pour la nuit étaient préparées où la baisse de température pouvait jouer sur la performance des pneumatiques.

La seule auto équipée de gommes Dunlop qui a vu le damier est la Lancia Beta Montecarlo/Jolly Club de Carlo Facetti et Martino Finotto (19e au général, victoire en Gr5-2.0l).

La Porsche 935 de Bob Wollek et Helmut Kelleners a abandonné suite à une casse moteur. Même sanction pour l’Osella PA8/Scuderia Torino Corse de Lella Lombardi et Mark Thatcher (sortie de piste au Tertre Rouge).