Classic Days : du Vintage Grand Cru Classé…

Ce n’était pas la canicule aujourd’hui au Mans, mais on n’en était pas loin….Le programme des Classic Days a continué, avec un public important, que ce soit dans les paddocks bien gardés par la police,

dans les stands transformés pour une bonne moitié d’entre eux en boutiques éphémères et évidemment dans les buvettes du Village, celui-ci étant animé par un orchestre itinérant.

Le support paddock héberge pour l’occasion les voitures des heureux propriétaires de voitures de collection ou de luxe, bien rangées par nationalités, Italiennes, Britanniques, Allemandes, Françaises …

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, il faut rendre visite au paddock des voitures les plus anciennes où sont installées une kyrielle de Bugatti rarement égalée, mais aussi des Talbot, des Amilcar, des Alfa Romeo, des Lotus, des Austin, des Alvis, des Bentley et bien d’autres, avec même des Peugeot.

A propos de Bentley, la marque célèbre son centenaire et en observant les modèles rangées sous la tente dédiée aux anciennes, on peut se rendre compte que le logo de Bentley et le bouchon de réservoir ont évolué au fil des années.

A côté de ces anciennes dont bon nombre ont disputé de nombreuses compétitions, quelques-unes sont encore plus anciennes, certaines étant même plus que centenaires mais toujours aussi rutilantes.

Ligier est plus jeune que Bentley, mais fête néanmoins déjà ces cinquante ans. Jacques Nicolet, le Président de Onroak Automotive, était présent dans le stand Ligier qui présente la quasi totalité de ses modèles GT et Protos, en partenariat avec Mécénat Chirurgie Cardiaque : JS P217 (dans une superbe décoration), JS P2, JS P3 ; JS P4, JS2, JS3 et la petite dernière, la JS2R.

L’intérêt était aussi bien entendu sur la piste, où on a pu voir tourner les deux Porsche 917 mais aussi une rare Ford 3L, un prototype qui avait été développé par Alan Mann.

Les nostalgiques des « Gord » ont pu suivre avec plaisir les évolutions des R12 Gordini, présentes en nombre sur la piste, même si les « purs et durs » préféraient les R8 Gordini.

Une des attractions de la journée était le retour en piste de la Matra 670B victorieuse en 1974 ici-même. Gérard Larrousse, invité d’Honneur de ces Classic Days et qui la pilotait en 1974 avec Henri Pescarolo, en a repris les commandes. La foule était dense autour du box de la Matra.

Quand son tour fut venu de prendre la piste, on lança le V12 de la Matra : FA-BU-LEUX ! Un son comme on n’en fait plus. Gérard Larrousse remonta la voie des stands et la Matra s’éloigna. Malheureusement, elle ne fit pas un tour complet et revint au stand, à cause d’un moteur qui ratatouillait un peu. Mais ce n’est que partie remise. Demain, dimanche, ça ira mieux…

Plus de photos ici