Christian Philippsen : « leBolide fait dans l’auto passion »

A 70 ans passés, Christian Philippsen n’hésite pas à parcourir le monde. Sa passion de l’automobile remonte à sa plus tendre enfance et de cette passion est née un métier. On le retrouve maintenant à la tête de leBolide, le site de vente aux enchères hautes performances.

Si sa première voiture était une MG TC, il s’est vite tourné vers Ferrari et plus précisément l’Ecurie Francorchamps dirigée par Jacques Swaters. Au fil des années, ses différentes activités professionnelles lui ont permis de faire le tour du monde.

« J’ai toujours été passionné par l’automobile« , a déclaré Christian Philippsen à Endurance-Classic. « Parmi mes différents métiers, j’ai aidé Christie’s à reconstituer son département automobile où j’ai officié de 1989 à 2002. » Christie’s a préféré se concentrer sur les ventes d’art et le département automobile a finalement été fermé.

« J’avais suggéré à Christie’s de lancer des opérations en ligne », poursuit-il. « Cela n’a pas pu se faire, mais j’ai toujours gardé cette idée dans un coin de ma tête. J’ai vu le succès de Bring a Trailer aux Etats-Unis. Sur les 50 à 60 autos qu’ils mettent en ligne chaque jour, plus des 2/3 sont vendues. Cette idée de reproduire le même schéma en Europe a mûri, d’où la création de leBolide. »

Le site met en vente aussi bien des voitures de série que des voitures de course. « leBolide est ouvert à toutes les autos qui ont un intérêt particulier », précise Christian Philippsen. « Le site est ouvert aux particuliers, aux vendeurs professionnels et privés. Il fait dans l’auto passion. » 

Hasard du calendrier, le lancement coïncide avec une situation liée au Coronavirus compliquée, ce qui n’empêche pas leBolide d’avancer : « Le site est opérationnel et nous avons des autos à proposer, mais elles ne sont pas encore disponibles aux enchères. Beaucoup d’acheteurs ont actuellement autre chose en tête. Mon univers est celui des collectionneurs et des passionnés. leBolide est en parfaite adéquation avec le climat actuel en apportant aux acheteurs une information honnête et transparente. » 

leBolide peut s’occuper de tout pour la mise en ligne de l’annonce. Le site peut aussi mettre en relation l’acheteur et le vendeur. « Tout est basé sur la confiance et la qualité », tient à préciser Christian Philippsen. « Le site est ouvert à tous même si pour enchérir, il faut s’inscrire, mais la vitrine est ouverte à tout le monde. »

Avec cette crise sanitaire, le monde de l’automobile est à l’arrêt, mais le fondateur de leBolide se veut confiant : « L’avenir est compliqué à déchiffrer car l’auto que nous aimons, celle qui brûle de l’essence, traverse une période de transformation et de mutation. Cependant, je n’ai pas d’inquiétude pour notre métier même s’il y a moins d’acheteurs qu’il y a 20 ans. Il y aura toujours des vendeurs et des acheteurs. J’ai beaucoup travaillé pour Ferrari. En 1987, j’étais présent pour le 40e anniversaire de la première Ferrari lors de la présentation de la F40. Lors d’un tête-à-tête avec Enzo Ferrari, je lui ai demandé si en 40 ans il avait imaginé ce qu’il était devenu. Il ne répondait jamais par oui ou par non et m’a dit qu’il était une niche pour ses délinquants car il appelait ses clients, avec humour, des délinquants. C’est la même chose avec l’historique qui restera une niche. »